Accueil Culture Promotion du patrimoine muséographique : Les détails de la nouvelle convention entre la FNM et le ministère de la culture
Culture

Promotion du patrimoine muséographique : Les détails de la nouvelle convention entre la FNM et le ministère de la culture

La Fondation nationale des musées (FNM) et le ministère de la jeunesse, de la culture et de la communication renforcent leur partenariat.

Ils viennent de signer une nouvelle convention visant à développer une coopération dans le domaine de la promotion du patrimoine culturel, de la formation, de la recherche, de la préservation et de la mise en valeur du patrimoine culturel. Mehdi Qotbi, président de la FNM, a déclaré dans ce cadre : «Nous sommes heureux d’établir une véritable passerelle entre la FNM et le ministère de la culture. Cet accord va permettre à l’INSAP d’exposer les objets qui ont été trouvés dans les fouilles aux différents musées. Cela va permettre aux Marocains d’admirer les découvertes».

Mettre en place des formations axées sur la muséographie
Dans les détails, les deux parties s’accordent à réaliser des actions culturelles et scientifiques communes dont la mise en place d’une formation axée sur la muséographie sanctionnée par un diplôme et une offre de formation continue sanctionnée par des certificats. Selon la convention ayant pour durée 5 ans, la FNM s’engage à procéder au transfert immédiat aux musées relevant de sa compétence des collections de trouvailles exhumées des fouilles archéologiques réalisées par l’INSAP, accueillir des étudiants de l’INSAP et s’engage à leur assurer les conditions adéquates pour leur formation pratique en leur permettant d’accéder aux musées et en mettant à leur disposition le matériel et les équipements nécessaires. «Les étudiants stagiaires choisis selon leur spécialité par l’INSAP peuvent être amenés à assister les conservateurs, notamment dans l’opération d’inventaire», lit-on dans le document.

Accès aux objets découverts et publications des résultats
Les deux parties s’accordent à ce que tous les objets archéologiques mis à jour au cours des fouilles restent propriété nationale de l’Etat marocain et soient déposés à la Fondation nationale des musées conformément à l’article 3 du Dahir n° 1-10-21 du 14 Joumada I 1432 (18 avril 2011) portant promulgation de la loi n°01-09 portant institution de la «Fondation nationale des musées». Ils décident en commun accord de donner accès aux chercheurs et aux étudiants des instituts de formation et de la DPC dépendant du ministère de la jeunesse, de la culture et de la communication aux trouvailles archéologiques et aux collections ethnographiques pour étude ou toute autre opération permettant leur valorisation et préservation. «Les deux parties peuvent s’associer avec d’autres institutions nationales ou internationales pour des travaux d’expertises, d’analyses scientifiques et techniques qui ne sont pas disponibles au sein des départements des deux parties», lit-on dans le document. Et d’ajouter : «Les résultats des études effectuées sur des collections muséographiques par des chercheurs et des cadres de la FNM, de l’INSAP et ou de la DPC, peuvent être publiés dans les revues spécialisées nationales ou internationales».

Pour noter, dans le cadre de la présente convention, un comité restreint sera désigné par les deux parties pour le suivi, l’évaluation de mi-parcours (après deux ans) des réalisations et pour la proposition des amendements.

Articles similaires

Khadija Assad, une étoile s’est éteinte

La star emblématique de la télévision et du cinéma marocain, Khadija Assad,...

Une fondation dédiée pour Casablanca et le Maroc

Une nouvelle fondation du patrimoine musical marocain voit le jour. Elle rassemble...

Fatima Amahzoune publie un nouveau livre

« Moha Ou Hammou Zayani Amahzoune, la saga d’un grand guerrier (1857-1921)»...

«Le concept de Factory est différent d’une galerie classique»

L’artiste-peintre tangéroise Najoua El Hitmi parle de son nouvel espace/atelier factory qu’elle...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie