Quand le confinement fait son œuvre sur l’art de Yassine Guedira

Quand le confinement fait son œuvre sur l’art de Yassine Guedira

Il est également auteur et poète : Le confinement a été une bonne aubaine pour l’artiste-peintre marocain Yassine Guedira.

Il en a tiré profit pour créer des œuvres inédites. «Je me suis senti dans un état qui m’a poussé à revenir à l’art plastique qui dépend de l’humeur de l’artiste», exalte-t-il. En fait, cette discipline remonte, chez lui, à des études au lycée. «J’ai un baccalauréat en art graphique», remonte-t-il le temps en rappelant que ce diplôme, décroché à Rabat, date de trente ans. Quant à son art abstrait, il le définit comme un «miroir» qui reflète son humeur actuelle. «Comme je suis, en Belgique, loin de mes parents âgés et seuls au Maroc et que je n’ai pas le moyen de les voir, je me suis senti un peu mélancolique. L’art est, pour moi, un exutoire tout comme la poésie, l’écriture de romans ainsi que la lecture», confie l’artiste maniaco-dépressif souffrant de trouble bipolaire depuis longtemps. A propos de ses toiles, il indique que celles-ci sont meublées de formes humaines et de prises de vue.

D’ailleurs, sa nouvelle collection s’intitule «Regards». «J’essaie prendre des regards instantanés et de les reproduire à ma façon», précise-t-il. Concernant la peinture qu’il utilise, il indique recourir à l’acrylique. «Il faut être clément avec la nature. C’est pourquoi je privilégie des matériaux qui respectent l’environnement», détaille-t-il en rappelant avoir précédemment eu recours à la peinture à l’huile. Cela étant, l’artiste-peintre envisage de révéler ses œuvres au grand jour. «Dès que j’aurai atteint une trentaine ou une quarantaine de toiles, j’exposerai mes toiles soit en Belgique, en France ou au Maroc. Je vais bientôt commencer à entretenir une communication directe avec des galeristes dans ce sens», avance-t-il. Déjà, il a ses œuvres en 2011 à Rabat. Et ce n’est pas tout ! M. Guedira est également poète et auteur. Il vient de terminer deux livres. Le premier étant un recueil de poèmes intitulé «Sens et contresens». Au moment où le deuxième est une publication satirique appelée «Blague à part» qui recueille, selon ses dires, «300 boutades».

Outre ces œuvres littéraires, l’écrivain, également traducteur et professeur de langues, qui parle l’arabe, le français, l’espagnol, l’italien, le néerlandais et l’anglais, a déjà publié le roman «Deo Ignoto I, Le repentir d’Ismaël» et le recueil de poèmes «Rêves vendus» qui lui a valu de remporter le Prix 2M pour la création littéraire. Au-delà de cette compétition, M. Guedira est un passionné du verbe. Un amour qu’il doit à son père savant et homme de lettres. Tel père, tel fils !

Beni Mellal : 1ère exposition au niveau national après l’allègement des mesures de confinement

La première exposition plastique au niveau national après l’allègement des mesures de confinement est organisée jusqu’au 10 juillet courant dans la ville de Béni Mellal, sous le thème «Des touches inspirées du confinement». Cette exposition collective, organisée par l’association Manbaa des arts plastiques en partenariat avec Dar Attakafa de Béni Mellal, connaît la participation de 9 artistes représentant une série d’écoles artistiques variées.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *