Culture

Questions à Younes El Atiri, poète marocain : «J’ai cherché à établir une connexion émotionnelle avec le lecteur»

Le jeune poète marocain Younes El Atiri vient de publier un recueil de poèmes intitulé «Tristesse». Dans cet entretien, il s’exprime sur la portée de son œuvre. L’occasion de l’interroger aussi sur ses regards à propos de la poésie.

ALM : Dans votre recueil, vous révélez des sentiments tristes alors qu’il n’est pas évident de trouver des mots poétiques pour les exprimer. Pourriez-vous partager avec nous les dessous de cette expérience littéraire?
Younes El Atiri : Dans mon recueil, la quête de mots poétiques pour exprimer des sentiments tristes a été une exploration délicate. Chercher la justesse des mots tout en maintenant la poésie a été un défi créatif, mais cela a également ouvert la voie à une palette émotionnelle variée. Les pages dévoilent non seulement la tristesse, mais aussi des nuances d’amour passionné, de joie fugace, de bonheur introspectif et du manque poignant. Chaque poème est une tentative minutieuse de capturer l’essence de ces émotions complexes, offrant ainsi une expérience littéraire riche et diversifiée.

La couverture de votre œuvre est garnie d’une mention en arabe. Serait-ce aussi une publication qui allie les deux langues ?
Le choix de la calligraphie arabe pour la couverture de mon recueil n’est pas seulement esthétique, mais aussi une expression de ma culture et identité en tant qu’Arabe. La calligraphie arabe, riche en symbolisme artistique, ajoute une dimension visuelle et culturelle, renforçant ainsi la connexion entre le contenu poétique et mes racines. C’est une façon de fusionner l’art linguistique et visuel pour créer une expérience complète pour le lecteur.

Vous adressez vos écrits à une personne suite à une séparation marquante. Vos vers de poèmes ont-ils eu éventuellement un écho chez cette personne ?
Mes écrits dans le recueil ne s’adressent pas exclusivement à une personne après une séparation. Ils capturent une expérience partagée, permettant à n’importe qui ayant vécu une histoire similaire de trouver des échos dans mes vers. C’est une exploration universelle des émotions qui transcende une expérience individuelle, ils ne sont pas spécifiquement destinés à une seule personne. Mon intention est de partager une expérience universelle, permettant à quiconque ayant vécu des épreuves similaires de trouver une résonance dans mes poèmes. Les vers ne se limitent pas à une histoire personnelle, mais plutôt à une exploration profonde des émotions partagées, offrant ainsi une connexion empathique avec divers lecteurs qui peuvent se reconnaître dans cette expérience commune.
Souvent, les poètes ont recours à un style inaccessible au lecteur au point que c’est ce procédé qui fait parfois la particularité d’un recueil. Quel commentaire en faites-vous ?
Plutôt que de créer un style inaccessible, j’ai cherché à établir une connexion émotionnelle avec le lecteur. La compréhension et l’empathie sont essentielles pour moi.

Auriez-vous d’autres projets ?
Oui, j’ai d’autres projets en cours. En ce moment, je travaille sur un deuxième recueil intitulé «Nty» (Toi), où j’exprime mes pensées et émotions en darija marocain. C’est un projet que j’aborde avec enthousiasme, explorant de nouvelles facettes linguistiques pour partager des émotions et des réflexions dans un contexte différent.

D’autres facettes de l’auteur
Parcours Younes El Atiri, alias LeTché, est un slameur, poète et photographe marocain. Le Rap et le Slam Poésie sont sa vocation. Né à Khouribga où il a grandi, LeTché débute dans le rap à quinze ans et forme le groupe ALEF-57. Cette formation se dissout rapidement pour permettre à chacun de poursuivre une voie en solo. En octobre 2006, il découvre le Slam Poésie et se lance dans une nouvelle aventure dans ce mouvement artistique. En décembre 2019, il a remporté deux premiers prix, soit in prix national et un autre africain à Casablanca. Younes a participé ensuite à la Coupe Maroc du Slam Poésie en 2020, une occasion pour faire sa connaissance autrement. À travers sa participation, ses performances pleines d’émotions ont pu être appréciées. Une passion pour le Slam qui lui est venue parce qu’il avait des choses à exprimer comme il en témoigne à travers ses écrits ! Il se crée son propre univers en progressant afin de s’imposer parmi les meilleurs slameurs dans le domaine.

Articles similaires

Culture

Des expositions, des rencontres, des conférences… au menu: Le centenaire du Jardin Majorelle, célébré tout au long de l’année 2024

Le Jardin Majorelle et la Fondation Jardin Majorelle se réjouissent de célébrer...

Culture

Lauréate du Prix Norval d’art souverain africain: CNN met les projecteurs sur l’artiste Amina Agueznay

Inspirée de l’architecture marocaine et créée dans des ateliers textiles locaux, une...

Culture

Exposition à la Galerie 38 Plongée dans l’univers fascinant de Fathiya Tahiri à Casablanca

L’artiste Fathiya Tahiri revient à la Galerie 38 de Casablanca et dévoile...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux