Culture

Salima Ben Moumen : parcours d’une battante

Contractée de l’intérieur, parce qu’elle se dépense sans mesures dans son jeu, Salima Ben Moumen est dotée d’une silhouette mince et tranchante comme le fil d’un rasoir. Sa mobilité sur scène est légendaire. Elle se meut dans l’espace avec une légèreté inouïe. Salima Ben Moumen a su tirer parti de la minceur de son corps en jouant le rôle de plusieurs personnages masculins au théâtre. Salima Ben Moumen est venu au jeu par le détour de la littérature. Elle a aimé les textes de théâtre avant de les jouer. Un enseignant de théâtre, convaincu qu’un texte dramatique doit être avant tout joué, demande à Salima Ben Moumen d’interpréter le rôle de Mme Jourdain dans «Le Bourgeois gentilhomme» de Molière. Ce premier contact de Ben Moumen avec le public fut très remarqué. De telle sorte qu’un jeune metteur en scène marocain, Nourredine Drouri, lui proposa un rôle dans une pièce adaptée de «Résurrection» de Paul Heys. La passion pour le théâtre était née. Suit une période de semi-professionnalisme où Salima Ben Moumen s’est produit sur plusieurs scènes à Rabat et a participé à quelques festivals de théâtre. La passion du théâtre amènera Salima Ben Moumen à l’Institut d’art dramatique et de l’animation culturelle (ISADAC). Elle y resta 4 ans pendant lesquels elle a joué dans plusieurs pièces. Son rôle dans «Yerma», une pièce de Lorca qui a fait l’objet d’une tournée internationale, reste encore vivace dans les mémoires. Salima Ben Moumen a aussi fait de la mise en scène. Sa mise en scène du «Bel indifférent» de Cocteau a été récompensée par plusieurs prix internationaux. En 1996, Salima Ben Moumen fait sa première expérience du cinéma en jouant dans «Fabula», un court-métrage de Omar Chraïbi. Suivent le grand succès de «Femmes et femmes» et une interprétation magistrale dans «Tresses» de Jillali Ferhati. Salima Ben Moumen ne s’est pas complètement convertie au cinéma, sa passion pour le théâtre est indemne. En atteste son rôle de Desdémone dans «Othello» de Shakespeare, pièce qui a eu un franc succès aux Pays-Bas. Salima Ben Moumen a toujours su préserver son intégrité, elle vit un peu en retrait du milieu artistique. C’est dans le jeu qu’on doit la chercher. Mais lorsqu’on lui refuse le droit de jouer, où la trouver ?

Articles similaires

Culture

Dans le cadre de la Journée Internationale du livre : L’IC organise la Semana Cervantina 2024

L’Institut Cervantès de Casablanca célèbre la Semana Cervantina 2024 avec différentes activités...

Culture

Ouverte au public du 18 avril au 6 mai 2024: La Fondation BMCI et la galerie 38 lancent «Vogue»

La BMCI, à travers sa Fondation et en partenariat avec la Galerie...

Culture

«Moroccan badass girl» de Hicham Lasri à l’assaut des salles nationales

Il évoque la pauvreté, le chômage et le désespoir de la jeunesse

Culture

«Disciples Escoffier Maroc» : Un rendez-vous gastronomique à Rabat

Organisé autour de la transmission à travers les femmes

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux