970x250

Shéhérazade : Immersion dans l’époque la plus glamour de l’histoire arabo-maghrébine

Shéhérazade : Immersion dans l’époque la plus  glamour de l’histoire arabo-maghrébine

Une expression visuelle et musicale de la délicatesse orientale d’hier et d’aujourd’hui

Shéhérazade nous raconte sa culture et ses origines, avec un discours empreint de l’esprit soufi, elle pointe du doigt l’incompréhension entre nos deux cultures et notre histoire commune et indissociable.
Shéhérazade de Fatima Zahra Amrani peut être considérée comme une création qui nous plonge dans l’époque la plus riche et la plus glamour de l’histoire arabo-maghrébine. Elle est fondatrice et créatrice de l’Association Fleur d’Oranger et créatrice de plusieurs comédies musicales, agréées et soutenues par la Fondation Beaumarchais reconnue dans l’univers du théâtre.

Comme une œuvre symphonique centrée sur un programme très particulier et bien contemporain bien des siècles après Nikolaï Rimski-Korsakov (1888) qui créa à Saint Petersburg sa magistrale et grandiose suite symphonique classique : Shéhérazade constituée de quatre mouvements, celui de Fatima Zahra Amrani est un registre bien exotique aux couleurs orientales. C’est la conjugaison d’un répertoire musical classique qui génère un indéniable parfum des Mille et une nuits contemporain. La conjugaison des instruments musicaux permet une connexion entre la conteuse réalisatrice et ses thèmes orientaux où l’on entend presque le mugissement des vagues de la mer et les échos joyeux d’une grande fête. C’est tout un ballet et toute une chorégraphie où la douceur et la poésie sont de mise.

Fatima Zahra, interprète, réalisatrice et narratrice, ouvre un mouvement symphonique où seules les virtuoses gammes musicales viennent perturber le climat ambiant des artistes dans leurs mouvements avec des ornements et un accompagnement esthétique très professionnel de l’ensemble des cadences de la danse. C’est comme des motifs qui passent et se répandent à travers l’œuvre faisant suite en s’entrelaçant pour apparaître à chaque fois sous une lumière différente, dessinant des traits distincts exprimant des situations nouvelles.

Dans ses voyages à travers le temps, Shéhérazade, la danseuse philosophe, élabore une nouvelle forme de composition contemporaine s’inspirant d’un thème séculaire, mais n’y restant pas de manière trop plaquée. Certains passages évoquent une certaine furie, un certain déchaînement où ses musiques et ses danses peuvent être considérées comme un procédé théâtral de mise en abyme des personnages de fiction, qui porte en lui une force émotionnelle et philosophique puissante qu’on peut définir comme noyau du livre des Mille et une nuits persanes et arabes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.