Accueil Culture Signature de deux conventions à Tétouan
Culture

Signature de deux conventions à Tétouan

Deux conventions de partenariat pour la valorisation du patrimoine juif de la région du Nord ont été signées, mercredi à Tétouan, en marge du 1er forum national sur «Le rôle des juifs marocains dans l’enrichissement de la mémoire collective nationale».

La première convention de partenariat a été signée par le conseiller de SM le Roi et président fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, André Azoulay, le président de la commune de Tétouan, Mustapha El Bakkouri, le président fondateur du Centre d’études et de recherches sur le droit hébraïque, Abdellah Ouzitane, le président exécutif du Centre d’études et de recherches sur le droit hébraïque au Maroc et le directeur de la Chaire droit hébraïque de l’Université Mohammed V à Rabat, Farid El Bacha, et le président de la Fédération séfarade du Canada et vice-président de la Fédération séfarade mondiale, Avraham El Arar.
Cet accord vise à conserver les documents des juifs de Tétouan et à établir un cadre réglementaire de partenariat entre les parties signataires dans l’objectif de mettre en exergue le patrimoine juif de Tétouan et de valoriser le patrimoine matériel et immatériel des juifs de la ville.
Les signataires de cet accord s’engagent à organiser des séminaires et des rencontres scientifiques conjoints, pour mettre en lumière le patrimoine civilisationnel des juifs de Tétouan, renforcer la coopération et la coordination pour collecter, archiver et conserver le patrimoine juif à Tétouan et œuvrer à créer une archive locale pour les juifs de Tétouan, dans la perspective de mettre en place un musée pour préserver la mémoire juive de la ville.
Cet accord prévoit également la création d’un groupe de travail conjoint pour assurer la mise en œuvre des programmes de coopération et de partenariat.
Concernant la deuxième convention de partenariat, signée par M. Azoulay, le président de l’Université Abdelmalek Essaâdi, Bouchta El Moumni, le représentant de la communauté juive de Tétouan, Albert Hayoun, et MM. Ouzitane et El Bacha, elle porte sur la mise en place d’un cadre réglementaire de partenariat entre les parties, afin d’encourager les recherches sur l’histoire des juifs de la région du Nord et de valoriser le patrimoine matériel et immatériel des juifs de Tétouan.
Les parties s’engagent à organiser des colloques et des rencontres scientifiques pour mettre en avant le patrimoine civilisationnel des juifs de la région du Nord, renforcer la coopération et la coordination pour collecter et archiver le patrimoine juif à Tétouan et créer un musée pour préserver la mémoire juive de la ville.

C’est le titre de la boite
Les parties s’engagent à organiser des colloques et des rencontres scientifiques pour mettre en avant le patrimoine civilisationnel des juifs de la région du Nord.

Cette cérémonie s’est déroulée en présence notamment du gouverneur de la province de Tétouan, Younes Tazi, d’élus, de responsables judiciaires, d’acteurs culturels et de la société civile, de représentants d’instances religieuses et de membres de la communauté juive marocaine. Ce forum a également été marqué par le lancement du Centre d’études et de recherches sur l’histoire des juifs de Tétouan et l’inauguration de la galerie de la mémoire documentaire à l’ancien siège de la commune de Tétouan, qui présente des documents rares sur l’histoire des juifs de la ville.
Ce forum, organisé par la commune de Tétouan et l’Université Abdelmalek Essaâdi (UAE), avec le soutien de la préfecture de Tétouan, à l’occasion de l’anniversaire de la présentation du Manifeste de l’Indépendance, vise à promouvoir le rayonnement culturel et l’attractivité de Tétouan, qui constitue un lieu de rencontres, d’échanges et de métissage des cultures.

André Azoulay 
Le Maroc est dépositaire de la diversité, qui a nourri et forgé le pays et constitue l’un de ses atouts majeurs dans le monde, a souligné, mercredi à Tétouan, le Conseiller de Sa Majesté le Roi et président fondateur de l’Association Essaouira-Mogador, André Azoulay.
«Face à toutes ces régressions qui nous entourent, le Maroc de 2023, qui a entamé cette marche glorieuse, dit aux autres nous restons plus que jamais dépositaires de la diversité, qui nous a nourris et forgés et qui est aujourd’hui l’un des atouts majeurs de notre pays dans le monde», a indiqué M. Azoulay, qui animait un cours inaugural à l’Université Abdelmalek Essaâdi (UAE) sur «le rôle des juifs marocains dans l’enrichissement de la mémoire collective nationale».

Mustapha El Bakkouri
Le président de la commune de Tétouan, Mustapha El Bakkouri, a souligné que ce forum constitue l’occasion de mettre en lumière les contributions des juifs dans l’histoire de la ville de Tétouan, qui a été reconstruite par les musulmans et les juifs expulsés d’Andalousie, soulignant que les juifs constituaient autrefois environ un tiers de la population de la ville et contribuaient à gérer ses affaires locales, dans un environnement empreint de coexistence et d’harmonie avec les musulmans, et à forger l’identité de la ville dans différents domaines.

Farid El Bacha
Le président exécutif du Centre d’études et de recherches sur le droit hébraïque au Maroc et directeur de la Chaire droit hébraïque de l’Université Mohammed V à Rabat, Farid El Bacha, a relevé que «la création du Centre d’études et de recherches sur le droit hébraïque à Essaouira en 2018 nous a permis de dire au monde, qu’au Maroc il y a des juges hébreux qui appliquent la loi hébraïque aux juifs marocains, et rendent des jugements au nom de SM le Roi aux côtés des juges musulmans», soulignant qu’«il s’agit d’un cas singulier, qui reflète l’identité plurielle du Maroc, et il est de notre responsabilité de le faire connaître».

Articles similaires

Khadija Assad, une étoile s’est éteinte

La star emblématique de la télévision et du cinéma marocain, Khadija Assad,...

Une fondation dédiée pour Casablanca et le Maroc

Une nouvelle fondation du patrimoine musical marocain voit le jour. Elle rassemble...

Fatima Amahzoune publie un nouveau livre

« Moha Ou Hammou Zayani Amahzoune, la saga d’un grand guerrier (1857-1921)»...

«Le concept de Factory est différent d’une galerie classique»

L’artiste-peintre tangéroise Najoua El Hitmi parle de son nouvel espace/atelier factory qu’elle...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus

Jouer est une maladie