Site de Sijilmassa : Bientôt de nouveaux projets de fouilles archéologiques d’envergure

Site de Sijilmassa : Bientôt de nouveaux projets  de fouilles archéologiques d’envergure

Prévus dès la prochaine rentrée universitaire

Le site archéologique de Sijilmassa situé dans le sud du Royaume (classé patrimoine national) deviendra dès la prochaine rentrée universitaire un théâtre d’exploration archéologique de grande envergure. Ce site exceptionnel âgé de plus de 1.300 ans accueillera en effet de nouveaux projets de fouilles menés par des experts, universitaires ou chercheurs nationaux et internationaux. Un programme d’appel à manifestation international a été tout récemment lancé, dans ce sens, par le département de la Culture en partenariat avec l’Institut national des sciences de l’archéologie et du patrimoine (INSAP). L’objectif étant la promotion de la recherche archéologique et la sauvegarde et la valorisation du patrimoine culturel.

Conçues pour une période de 5 ans renouvelable

Les recherches archéologiques seront étalées pour une durée de cinq ans. Elles s’articulent autour de cinq secteurs portant chacun sur un projet différent. «Le montage de ces projets est motivé par les résultats des cinq sondages effectués dernièrement. Ces résultats ont permis d’identifier cinq secteurs aptes à faire, chacun, l’objet d’un projet de recherches à part», peut-on lire dans le document. Et d’ajouter qu’«un sixième secteur pourrait être développé et devenir un terrain de recherche au niveau de la forteresse médiévale de Jbel al Mudawwar (environ 15 km à l’ouest du site archéologique de Sijilmassa)». Selon la même source le coût forfaitaire par projet pour 5 ans est estimé à 1.038.500 dirhams HT (626.750 dirhams HT (apport forfaitaire du département de la Culture et 411.000 dirhams HT comme apport forfaitaire du partenaire étranger)).


A cet effet, le candidat sélectionné devrait élaborer un rapport administratif à fournir un mois après la fin des travaux, un rapport scientifique, une chronique, par campagne de fouilles, publiable au Bulletin d’archéologie marocaine à déposer 6 mois après la fin des travaux. Ainsi, durant chaque quadriennal de fouilles archéologiques, le candidat devrait organiser une rencontre scientifique destinée à discuter les résultats obtenus, la rédaction d’une monographie du site sur la base des résultats scientifiques et enfin l’organisation d’une exposition visant la vulgarisation des résultats scientifiques auprès du grand public.

Pour rappel, le site archéologique de Sijilmassa est fondé par les Midrarites en 757. Il est connu aussi sous le nom de «Cité de l’or», a joué un rôle majeur dans le monde islamique médiéval. Il a longtemps été un carrefour commercial mais aussi un point liant les civilisations africaines et orientales, avant son déclin à partir de la fin du XIVe siècle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *