970x250

Sophia El Khensae Bentamy fait sa première montée sur les planches

Sophia El Khensae Bentamy fait sa première montée sur les planches

Elle se produira dans deux sketchs le 26 mai à Rabat

Elle concrétise enfin sa passion pour le théâtre. L’humoriste marocaine Sophia El Khensae Bentamy fera sa première montée sur scène le 26 mai en soirée à la salle Bahnini de Rabat. «Je vais jouer dans deux sketchs en français», annonce-t-elle. Dans les détails, ses performances sont programmées en prélude à la représentation théâtrale de l’œuvre «Le bouc émissaire» de Diana Vivarelli sur une adaptation et mise en scène d’Amal Agoumi. Le tout à l’initiative de l’Association art théâtral en collaboration avec le ministère de la culture. Ainsi, Sophia se produira aux côtés d’autres artistes dans le sketch «Les ravissants» de Guy Foissy ainsi qu’à un extrait du film «Dîner de cons» de Francis Veber. «Cela fait environ deux ans que nous préparons ce spectacle», enchaîne-t-elle en tenant à révéler que le théâtre est sa «grande passion». D’ailleurs, elle l’étudie, tel qu’elle l’indique, depuis quelques années avec un professeur de français.

Et ce n’est pas tout ! Cette artiste vient de rejoindre le mouvement des «femmes sur leur 31» qu’elle qualifie de «féministe et féminin». Il vient d’être lancé en mars par «Hola Maroc» et «Visages du Maroc». «Ces deux médias m’ont sollicitée. Je vais être l’une des ambassadrices du mouvement pour essayer de le développer», avance-t-elle. La valeur du mouvement étant d’encourager et de soutenir la femme dans l’entrepreneuriat dans les trois domaines de l’agriculture, l’artisanat et l’environnement. «Pour moi, c’est une grande reconnaissance le fait que les responsables de ces supports m’aient choisie parmi le collectif en tant que femme des médias et pour mon cursus en communication ainsi que ma présence sur les réseaux sociaux», s’exprime-t-elle.

En fait, cette humoriste s’est frayé un chemin sur ces espaces. Connue sous l’appellation de Sophia Tsu, elle fait dans «l’humour social, constructif et éducatif voire engagé». Pour commencer, elle a choisi de partager des capsules sur les réseaux sociaux pour aborder certains phénomènes ayant pris une ampleur dans le vécu et ses espaces. Sa visée étant de sensibiliser à leurs inconvénients «en faisant rire les gens». En fait, l’humour est, pour elle, une passion tout comme les planches. Elle a au compteur plusieurs vidéos comme «Zéro Aadi ou Stop Aadi». Elle fait même des parodies et des séries ramadanesques sur ses propres pages sur la Toile. Le tout en gardant une flamme pour la scène. Avec cette première montée, elle se fraie un chemin doucement mais sûrement.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.