970x250

«Souffle d’Afrique» à la So Art Gallery de Casablanca

«Souffle d’Afrique» à la So Art Gallery de Casablanca

Elle présente pour la première fois des oeuvres rendues uniques grâce à la technologie NFT

Les cimaises de la So Art Gallery accueillent jusqu’au 30 juillet une dizaine d’oeuvres d’artistes africains sous le thème «Souffle d’Afrique». Une exposition collective qui fait référence à toute la poésie et l’énergie du continent africain. «C’est le souffle que veut insuffler la galerie So Art, une fois encore, à travers cette exposition. Les artistes y sont certes d’origine africaine, la revendiquant même parfois, mais leurs oeuvres elles, une fois offertes aux regards, s’échappent et s’émancipent. Fortes de leur signification première, elles s’enrichissent des sens qu’elles prennent et des coeurs qu’elles bouleversent. Ce sont en fait plusieurs souffles et non un seul qui témoignent de leur vie», souligne la galerie à propos de cette exposition.

«Souffle d’Afrique» regroupe plusieurs artistes de la scène africaine à l’instar de Medina Dugger, cette artiste basée à Lagos dont l’oeuvre est au service de la mise en valeur de la culture nigériane et principalement la culture capillaire. Pour cette exposition, Medina Dugger, en collaboration avec François Beaurain, présente ses oeuvres sous format vidéo rendues uniques grâce à la technologie NFT. Une première au Maroc. Le public découvre à cet effet plusieurs de ses oeuvres issues de sa série «Chromatin» célébrant l’art de la culture capillaire nigériane.

«Chroma est une série qui célèbre les coiffures traditionnelles nigérianes à travers une vision fantaisiste et contemporaine. Les images sont inspirées par les tendances de coloration de cheveux à Lagos et par le regretté photographe nigérian J.D. ‘OkhaiOjeikere», lit-on dans le catalogue. Les amateurs de l’art peuvent également voir les oeuvres des artistes ivoiriens Pascal Konan et Koffi Mounou désiré. Celui-ci réalise un heureux mariage entre l’impressionnisme et l’art figuratif. Il affirme son propre style en poussant les limites de la peinture avec une touche aussi séduisante qu’imprévisible. C’est que l’artiste a décidé de donner une seconde vie aux téléphones portables usagés.

Alors il utilise les claviers et les écrans pour dessiner des silhouettes humaines, qu’il insère dans des décors urbains réalistes et hauts en couleur. Le public découvre ainsi l’artiste franco- béninoise Leslie Amine, Ngimbi Bakambana, artiste congolais, Raphael Adjetey Mayne, du Ghana et Angelo Dakouo, du Mali. Une fois de plus, l’exposition «Souffle d’Afrique» donne à voir des artistes de multiples horizons et parage leur univers où la plasticité et l’harmonie des couleurs fait place à la poésie de l’Afrique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.