Tétouan : Une nouvelle vie pour le Théâtre national Msallah

Tétouan : Une nouvelle vie pour le Théâtre national Msallah

Il s’apprête à ouvrir après plus d’une trentaine d’années de sa fermeture

Après d’importants travaux de restauration et d’aménagement, le Théâtre national Msallah a pu reprendre son positionnement parmi les plus importants sites culturels et historiques intramuros de Tétouan. D’un coût global de plus de 23 millions de dirhams, la mise en état et l’équipement du bâtiment viennent après plus d’une trentaine d’années de sa fermeture au public. Selon Kamal Ben Laymoun, directeur régional de la culture de Tanger-Tétouan- Al Hoceima, ce projet a permis au Théâtre national de préserver et sauvegarder les aspects architecturaux de ses locaux. Témoin de l’âge d’or de l’art théâtral au Maroc, «le Théâtre national est considéré comme étant le premier théâtre au Maroc, son architecture est imprégnée par le style mudéjar d’influence arabo-mauresque avec une conception fonctionnelle du théâtre italien», a-t-il fait savoir. Par ailleurs, ce projet s’inscrit dans le cadre du programme de développement économique et urbain de Tétouan, dont l’un des volets vise à aider la ville à se réconcilier avec son passé culturel. Il vise à contribuer à la valorisation du patrimoine et au développement du tourisme culturel à Tétouan, qui souffre depuis toujours de la saisonnalité de ses activités touristiques.

En plus de la restauration et de la mise en état des locaux de l’ancien Théâtre national, il a aidé à sauver de la déperdition d’anciens objets et documents que le bâtiment a continué de disposer, mais qui ont été à l’époque dans un état de délabrement très avancé. Ce qui permet à la colombe blanche de poursuivre la préservation et le sauvetage de ses archives, considérées comme une partie de sa mémoire historique. Trônant sur une superficie globale de 435 m2 dans l’ancienne médina, plus précisément au quartier Msallah, l’ancien Théâtre national de Tétouan a été créé en 1914 en dehors du célèbre quartier El Ensanche, où se situent la plupart des anciens bâtiments réalisés pendant l’occupation espagnole. Il a continué jusqu’aux années 30 de porter le nom du Théâtre Victoria. Sa grande salle a vu jouer sur scène de grands noms marocains et étrangers ayant marqué de leur empreinte l’art théâtral. Parmi lesquels, figure la troupe espagnole Labarreca, dirigée par le célèbre dramaturge et poète Garcia Lorca. Rappelons qu’en plus de l’ancien Théâtre national, Tétouan se distingue par un grand nombre de sites culturels et artistiques hérités du temps du protectorat espagnol, voire avant cette période coloniale.

Parmi lesquels, il y a lieu de citer l’Institut national des beauxarts de Tétouan et le cinéma espagnol qui ont, tous deux, bénéficié des projets de réhabilitation de leurs locaux. Concernant ce dernier établissement, connu, depuis sa création en 2016, par teatro español, celui-ci a été, en 2000, entièrement restauré, tout en gardant toujours son ancienne architecture.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *