Un livre qui met en lumière le patrimoine historique des brasseries du Royaume

Un livre qui met en lumière le patrimoine historique des brasseries du Royaume

Parution de «Cafés Du Maroc, miroirs des cultures urbaines»

«Cafés Du Maroc, miroirs des cultures urbaines» est l’intitulé du livre réalisé et publié par la maison d’édition Langages du Sud en partenariat avec la «Société des Boissons du Maroc». Il s’agit d’un ouvrage inédit sur le patrimoine historique et culturel des brasseries et des cafés du Royaume. «Architectures d’époque, comptoirs anciens, cuivre d’origine, chacun de ces 82 établissements raconte non seulement l’histoire des villes marocaines mais apporte aussi un éclairage sur la société d’aujourd’hui et son mode de vie urbain profondément ancré dans les valeurs de convivialité, de partage et de solidarité», indique Langages du Sud. Au fil des pages de cet ouvrage, le lecteur voyage à travers les 12 régions du Maroc, de Casablanca à Tanger, de Marrakech à Fès, de Rabat à Oujda. Il découvre en effet les photographies originales de Yassine Alaoui Ismaili, alias Yoriyas.

Des clichés captent sur le vif des instants de vie et soulignent la beauté et la singularité des lieux, conférant à l’ouvrage une dimension esthétique incomparable. Au total, plus de 150 photos racontent des histoires chaleureuses et des anecdotes savoureuses. Des images emblématiques, des affiches anciennes et des prises de vue extérieures et intérieures qui témoignent de la mémoire des lieux et bien plus encore. Pour rappel, Yassine Alaoui Ismaili est un street photographer marocain. Autodidacte, il se fait mondialement connaître par son travail intitulé «Casablanca not the movie» dans lequel il dépeint sa ville colorée, contrastée, inattendue et bien loin du cliché hollywoodien.

Il publie dans le New York Times, Vogue, National Geographic ou the Guardian. Ses photographies sont exposées dans plusieurs coins du monde à Miami, Bruxelles, Dubaï, Paris ou Marrakech. En 2018, il remporte le 7ème Contemporary African Photography Prize et en 2019 celui de l’Institut du Monde arabe pour la jeune création contemporaine arabe.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *