Un pionnier de l’art contemporain emporté par la Covid-19

Un pionnier de l’art contemporain emporté  par la Covid-19

Le Souverain adresse un message de condoléances à la famille de Mohamed Melehi

Suite au décès de l’artiste-peintre Mohamed Melehi, SM le Roi Mohammed VI a adressé un message, vendredi, à la famille du défunt dans lequel le Souverain affirme avoir appris «avec une grande émotion et une profonde affliction le décès de l’artiste-peintre Mohamed Melehi, dont le départ douloureux fait perdre à l’art plastique marocain contemporain un de ses pionniers, connu pour sa créativité et sa distinction aux niveau national et international». SM le Roi dit également partager les sentiments de la famille du regretté «suite à cette pénible séparation se remémorant avec estime les grandes qualités humaines du défunt, son goût esthétique soucieux du renouvellement du patrimoine artistique national et de son enrichissement».

Mercredi dernier, le coronavirus s’est emparé de l’âme de l’artiste-peintre. Admis récemment en réanimation intensive à l’Hôpital Ambroise Paré (près de Paris), il a succombé, mercredi, à la Covid-19 après l’avoir contractée lors d’un séjour dans une clinique parisienne pour y subir une intervention chirurgicale spécifique. Le destin en a voulu ainsi après 84 ans pleins de vie et de passion pour l’art. Une disparition qui a endeuillé la scène artistique. «Le monde de l’art est triste. Melehi nous a quittés», s’exprime le président de la Fondation nationale des musées, Mehdi Qotbi, sur sa page officielle Facebook à propos de la disparition de l’artiste né en 1936 à Asilah. Pour cette fondation, «Mohamed Melehi était un artiste majeur et un pionnier de la modernité qui a marqué des générations». Selon la même structure, feu Melehi est parmi les artistes les plus actifs et engagés de sa génération, outre sa vocation d’artiste. Il est aussi pédagogue chevronné qui a enseigné à l’école des beaux-arts de Casablanca de 1964 à 1969, témoigne la FNM, ajoutant que le défunt a aussi créé et dirigé la revue artistique et littéraire «Intégral» en 1971. Il a également occupé des postes de responsabilité aussi bien au ministère de la culture qu’à celui des affaires étrangères comme le rappelle la fondation. «Une grande perte, profonde tristesse», indique, de son côté, le designer marocain Hicham Lahlou sur son compte officiel en considérant le regretté comme «pionnier».


En tant que chef de file de la modernité marocaine et artiste cosmopolite, Mohamed Melihi a, à travers son œuvre, contribué à façonner l’esthétique des réseaux artistiques post-coloniaux et panarabes à travers ses expérimentations géométriques, la révolution culturelle opérée avec l’École de Casablanca mais aussi son travail de photographe, éditeur, designer, affichiste et muraliste. Ses créations artistiques ont fait l’objet de nombreuses expositions dans le monde entier et plusieurs rétrospectives lui ont été consacrées.
Mieux encore, Mohamed Melihi s’impose depuis quelque temps comme étant le principal représentant encore vivant, à l’international, de l’art contemporain marocain. Considéré comme l’un des pionniers de l’art moderne, Mohamed Melehi, également président de l’Association marocaine des arts plastiques (AMAP), n’a cessé de militer dans le domaine culturel et associatif, aussi bien au Maroc qu’à l’étranger, pour défendre l’art moderne au Royaume.

A lui seul, son art a pu se frayer un chemin au niveau mondial malgré la conjoncture difficile de la Covid. En avril dernier, une œuvre du défunt a été adjugée à plus de 5 millions de dirhams. Un record qu’il a battu aux enchères de Sotheby’s de Londres consacrées à l’art moderne contemporain en Afrique et au Moyen-Orient. D’une valeur entre 692.625 et 818.557 dirhams, l’œuvre a été acquise virtuellement à 5.024.683 dirhams. Parmi 71 œuvres de 48 artistes mises aux enchères, une œuvre du défunt a remporté les plus grosses enchères de cette vente.

Appelée «The Blacks», cette toile a été réalisée en 1963 à New York lorsque l’artiste marocain résidait dans cette ville américaine. Une œuvre d’une valeur ajoutée pour le palmarès grandiose de l’artiste.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *