Une exposition qui allie les parcours d’artistes vétérans et jeunes

Une exposition qui allie les parcours d’artistes vétérans et jeunes

«Regard sur la photographie contemporaine marocaine» ouverte mercredi à Rabat

«Garder les lieux de cultures, de lumière et d’espoir. C’est ce que je veux ! Je veux aussi que les gens voient que les lieux de culture restent comme un rempart contre le désespoir et cette pandémie».

Mercredi, 10h30 à peu près. Mehdi Qotbi est déjà au Musée national de la photographie érigé dans le Fort Rottembourg. Il veille sur l’état de ce haut lieu de culture donnant merveilleusement sur l’océan Atlantique à Rabat. Déjà, le lieu est bien soigné mais il veut visiblement qu’il le soit plus. De l’entrée aux œuvres exposées tout en passant notamment par la photo du Souverain, rien ne lui échappe.

Tout est parfait comme le laisse voir le tour de l’exposition «Regard sur la photographie contemporaine marocaine». Une tournée qui donne aussi l’impression d’une complémentarité entre les œuvres exposées. «Il y a les œuvres de quelques artistes comme Laila Alaoui et Lalla Saidi. Ce sont des œuvres qui appartiennent à la Fondation nationale des musées (FNM). Nous avons complété ces parcours par des œuvres de jeunes, car la majorité appartient à des jeunes dont les œuvres ont été acquises pendant cette période de pandémie», précise le président de la FNM lors du vernissage de cette exposition où il y a aussi des œuvres d’autres artistes comme Daoud Oulad Sayed, également cinéaste.
A propos du choix de la période estivale pour ouvrir cet événement, M. Qotbi indique qu’il veut «garder les lieux de culture, de lumière et d’espoir».

Dans ce sens, il donne l’exemple du Musée Mohammed VI où des visiteurs, même de condition modeste, se rendent en famille. «C’est ce que je veux ! Je veux aussi que les gens voient que les lieux de culture restent comme un rempart contre le désespoir et cette pandémie», s’enthousiaste-t-il en revenant à l’exposition au musée national. Pour lui, ces photographies sont une façon de «montrer voire compléter ce que nous avons ouvert il y a une quinzaine de jours avec le ministre de la culture sur les acquisitions qui ont eu lieu il y a un an à la fois pour aider les artistes mais aussi pour enrichir les collections de la Fondation nationale des musées et du Musée Mohammed VI, ainsi que du Musée de la photographie».

Comme il tient à l’expliciter, cette exposition est composée d’acquisitions destinées à compléter l’exposition du Musée Mohammed VI. «C’est aussi pour montrer d’abord qu’avec le ministère de la culture, nous avons pu acquérir des œuvres qui viennent ici enrichir le Musée national de la photographie», avance M. Qotbi qui ne manque pas de s’exprimer sur la cité administrative. Il s’agit, pour lui, de donner à Rabat, ville lumière, capitale de la culture, «réellement la place qu’elle doit avoir comme un véritable moteur à la fois sur le plan national du Maroc mais aussi sur le plan continental».

D’ailleurs, le tour de l’exposition laisse, en outre, voir des œuvres illustrant la culture africaine. Et ce n’est pas tout ! Le président n’hésite pas à se féliciter du pays. «Le Maroc est cité aujourd’hui en exemple dans le monde pour ce qu’il fait dans le domaine culturel grâce à la politique entreprise par Sa Majesté. Nous avons une fierté de voir que nous pouvons ouvrir ces musées et donner de la lumière et à voir aux gens. Nous venons compléter et montrer qu’il existe un art aujourd’hui», exalte-t-il. Quant à la photographie, elle est, pour lui, un art mondial à part entière ; les photographes le sont aussi à son sens. «Nous essayons de compléter ce qui a été fait et se fait également par des galeries et d’autres lieux. C’est aussi pour compléter le paysage marocain et montrer que la photographie a une place aussi importante que les autres expressions artistiques», conclut-il.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *