Culture

Voici comment Abdelali Abd-Rabi hypnotisera… les entrepreneurs !

L’imagination n’est pas l’apanage de l’art. C’est aussi l’affaire … d’entrepreneurs ! Un credo que le praticien en hypnose Abdelali Abd-Rabi fera valoir le 8 octobre le temps d’une animation à Marrakech, soit la veille des tant attendues Assemblées annuelles de la Banque mondiale et du FMI.

«Entreprendre autrement». Ainsi explicite à ALM ce préparateur mental l’idée de sa performance dont il donne un avant-goût. «Il s’agit de dire que nous, les humains, disposons de ressources insoupçonnées», révèle-t-il. A cet effet, il s’appuie à la réalité qui est, pour lui, «une construction mentale». Le tout en dévoilant les dessous de sa méthode.

Aller jusqu’à «l’inconscient»
A commencer par le « fonctionnement du cerveau». Dans ce sens, il se veut assez explicite. «Le cerveau nous manipule même quand on n’est pas bien par exemple. C’est donc une construction. Il est question de créer une interaction autour du cerveau parce que c’est l’inconscient qui nous guide», détaille-t-il. D’où le recours à une «démonstration via l’hypnose». Dans sa démarche, il fait des « exercices» pour montrer qu’il «y a quelque chose qui nous échappe ». Cela peut être des «peurs, voire des douleurs». «A l’issue de la démonstration, les participants peuvent repartir sans douleurs», avance-t-il.

A ce propos, il livre sa recette. «Les gens de la finance sont des humains avant tout. Il s’agit de leur parler de comment exploiter les ressources de leur cerveau», explique-t-il. Un raisonnement judicieux puisque l’esprit humain a ses propres croyances qui le freinent. A cet égard, il a une réponse immédiate. «Comment gérer les émotions, la douleur, les moments de joie, les choses qui nous tombent ?! Tout cela doit commencer dès l’école primaire. L’humain apprend très peu», estime-t-il. Quant à la finance, c’est, pour lui, «très bien». «Mais il faut avoir de la bonne santé avant tout. L’idée c’est de prendre conscience que nous devons nous occuper de nous-mêmes avant d’être entrepreneurs, voire quoique ce soit», tranche-t-il tout en s’inspirant du vécu.

Une « fausse idée de la réalité » !
Pour mieux appuyer son propos, il avance un constat judicieux. «Nous avons une idée de la réalité qui est fausse. Nous définissons la réalité qui est filtrée d’après ce que nous sommes. Ce qui fait un blocage et nous empêche d’avancer », diagnostique-t-il. Dans ce sens, il établit un rapport avec les entrepreneurs. A ses yeux, « l’idée d’entreprendre autrement c’est pour dire qu’en réalité tout est possible quand nous ouvrons notre esprit. D’où l’imagination sous l’angle de l’hypnose. C’est comme un rêve. Et avec un rêve tout est possible ». Et ce n’est pas tout ! « Entreprendre autrement c’est avoir un regard très différent, s’autoriser même des choses. D’où l’imagination qui est, bien qu’elle puisse nous jouer des tours, utile pour surmonter des obstacles. Pour cela nous avons besoin de bienveillance », conclut le coach en PNL qui intervient également en entreprises.

Articles similaires

Culture

Cinéma : Daaaaaalí, aïaïaïaïaïaïaïe !

Il fallait bien cinq grands noms pour tenter de cerner cette figure...

Culture

Festival international du court-métrage de Tyr Le film marocain «la vérité» en lice

Le film marocain «La vérité» est en lice pour la compétition officielle...

Culture

Elle supervise le programme «Le Droit par l’Art»: L’artiste Nawal Sekkat met au service des universités son expertise artistique

Dans le cadre du Plan d’accélération de la transformation de l’écosystème de...

Culture

Une œuvre initiée par Amal Ayouch et Sanae Assif: «Rêve sans frontières» à Rabat : Regards croisés sur l’œuvre de Fatema Mernissi

La Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger abrite le...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux