Xena Aouita : «Je veux encourager la nouvelle génération marocaine de vidéographes et réalisateurs»

Xena Aouita : «Je veux encourager la nouvelle génération marocaine de vidéographes et réalisateurs»

Entretien avec Xena Aouita, chanteuse maroco-américaine

Xena Aouita, qui n’est plus à présenter, est la seule artiste à chanter lors de l’Oriental Fashion show organisé récemment à Marrakech. La chanteuse maroco-américaine, qui raconte son expérience lors de cet événement grandiose, s’exprime également sur l’hommage qui lui a été rendu par l’Unesco. L’artiste, qui vient de lancer son nouveau single intitulé «Move», livre aussi ses regards sur sa vision particulière pour réaliser ses vidéoclips.

ALM : Vous êtes la seule artiste à vous produire récemment à l’événement Oriental Fashion show. Pourriez-vous nous raconter comment vous avez vécu cette expérience ?

Xena Aouita : C’était un moment très spécial pour moi. En fait, j’avais plusieurs événements à célébrer à la fois parallèlement à cette grande manifestation. D’abord, mon anniversaire, puis le lancement de mon nouveau vidéoclip et ma performance, spécialement à Marrakech, au premier grand événement au Maroc après la Covid-19. C’était ainsi un privilège pour moi d’être la seule artiste à participer à l’Oriental Fashion show. Par l’occasion, j’aimerais bien remercier la présidente, Hind Joudar, Ghizlane Samir de m’avoir permis de faire partie de leur éminent événement. Aussi, j’ai apprécié d’interpréter mon nouveau single devant des personnalités marocaines et étrangères, comme l’ambassadeur égyptien et la délégation de son pays, ainsi que des stars arabes à l’instar de Leila Oloui, Ilham Shaheen et du designer international, Hani Al-Baheiry, qui ont apprécié ma performance. Parallèlement à l’Oriental Fashion show, j’ai joué au Louvre durant la Fashion show week de Paris, c’était vraiment un rêve que j’ai pu réaliser surtout que j’ai pu chanter devant un grand public issu de différents pays et j’y étais habillée par une styliste russe.

Vous avez également reçu récemment un hommage de l’Unesco. Quelle en est la valeur ajoutée pour votre parcours ?

Ma performance et ma consécration par l’Unesco étaient vraiment incroyables ! C’est le rêve de plusieurs artistes de s’y produire et d’être primés par cette organisation. Cela donne une grande valeur. Pour moi, c’était une éminente réalisation. Dieu soit loué de m’avoir donné cette opportunité et ce privilège. Cela compte beaucoup pour moi.

Qu’en est-il de votre collaboration avec un réalisateur américain pour votre nouveau clip ? Est-ce que vous pouvez nous en dire plus?
Je viens de lancer mon nouveau single intitulé «Move» (Bouge). Il a été, avec le vidéoclip, enregistré à Houston au Texas. Les paroles de ce tube, enregistré à Apollo studios, sont conçues par mes soins ainsi que par le producteur, Spade. Ainsi, j’ai lancé la vidéo avec Neff, un vidéographe qui a collaboré avec les artistes, Don Toliver, Cactus Jack et bien d’autres. C’est l’un des meilleurs vidéoclips que j’ai lancés. J’adore tout à son propos.

Est-ce que cette expérience vous mènera à collaborer avec d’autres réalisateurs dont ceux marocains?

Déjà, j’ai collaboré, à mes débuts, avec des réalisateurs marocains de renom. Après, j’ai fait le choix de collaborer avec des jeunes pour les soutenir et faire valoir mes idées. Pour moi, un réalisateur ne fait qu’«exécuter» l’image. Dans mes œuvres tournées à Marrakech et Casablanca, c’était plutôt mes idées. Quant au tournage, on ne fait qu’exécuter mes idées. C’est pour cela que je traite avec des jeunes à qui je confie mes idées pour les exécuter. En fait, c’est moi qui fais quasiment la réalisation de mes clips. Quant aux réalisateurs étrangers, c’est pour la deuxième fois que je traite avec Neff. Et cela ne me dérange absolument pas de travailler avec des Marocains et d’autres de différentes nationalités. Ce qui m’importe c’est que mes idées les touchent et ma vision du single soit exécutée d’une façon qui me satisfait.

Auriez-vous d’autres projets ?

Je suis actuellement au Maroc comme chaque été. J’adore passer mes vacances dans mon cher pays. Pour l’heure, je travaille sur le lancement de nouveaux singles. Aussi, je veux lancer d’autres vidéoclips au Maroc pour encourager la nouvelle génération de vidéographes et réalisateurs. Pendant cette période estivale, j’aurai, au Maroc et à l’étranger, des performances dont je tiendrai mon public informé dès que j’en aurai le programme.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *