Yahia Abounizar Khalif, un artiste peintre au pinceau créatif

Yahia Abounizar Khalif, un artiste peintre au pinceau créatif

Il utilise plusieurs techniques et styles

Il est assez polyvalent. L’artiste-peintre marocain Yahia Abounizar Khalif conçoit des oeuvres variant entre l’abstrait mêlé au réalisme, le portrait, la calligraphie et le graffiti. Aussi, ses techniques diffèrent entre l’acrylique sur toile, la technique mixte sur papier pastel et le dessin avec crayon sur papier peint entre autres. Ce qui lui importe c’est de créer. Pour lui, la créativité est synonyme de «simplicité». Quant à la peinture, elle est, au sens de cet artiste né au Maroc et ayant grandi en France, «une nourriture et pureté pour l’âme, l’oxygène de l’esprit et une source d’énergie positive pour évacuer le stress». «La peinture et l’art sont aussi une thérapie spirituelle dans une ère marquée par les pressions dans la vie», s’exprime-t-il à propos de son art et en allusion aux souffrances en temps de corona.

Déjà, il comptait organiser, en cet été, une exposition sous le thème «La joie physique», mais elle a été, comme il le précise «reportée» de par la situation sanitaire. Cependant, il a tout récemment été honoré pour son exposition organisée, en 2019, au centre culturel russe à Rabat en présence d’un grand public. Cette année, un hommage lui a été rendu en présence de l’ambassadeur russe et du directeur du centre pour ce show de toiles dédié au soixantième anniversaire du voyage de Youri Gagarine dans l’espace. Cet honneur, qui fait «plaisir» à l’artiste, lui a été notamment fait pour une toile marocaine qu’il appelle «Cosmonach».

En 2020, il a initié une exposition virtuelle avec d’autres artistes-peintres internationaux. Une manière, pour lui, de «défier la pandémie de Covid-19». Dans la même année, il a conçu, en art de rue et de graffiti, un tigre décoré au mur. En fin 2020, il a également organisé l’exposition «Samidoun» (Persévérants). Un événement qui se voulait, à son sens, de «consolider l’idée du retour à la vie normale et mobiliser les artistes autour de la sensibilisation au respect des mesures de prévention contre la pandémie qui a imposé une distanciation sociale tout en renforçant les valeurs de solidarité culturelle».

Au cours de la même année, l’artiste a conçu différentes oeuvres d’art abstrait mêlé de réalisme. Et ce n’est pas tout ! L’artiste, âgé de 38 ans, peut même décorer des pièces pour enfants dans des maisons ou des espaces éducatifs. De quoi varier les créations de cet artiste qui obtenu son master en art, sciences et culture à Paris en 2017. Dans la même année, il a décroché un Prix international décerné par l’Unesco qui lui a également accordé un autre Prix en 2020 à Paris parmi 160 artistes. En 1998, cet artiste, qui se qualifie de «premier» à exposer en Europe des oeuvres meublées de portraits de la famille alaouite et de présidents français à l’occasion du centenaire de la Première Guerre mondiale avec la participation du Maroc et la France, a reçu le Prix national dédié aux dessins pour enfants.

Aussi, il a reçu plusieurs médailles et hommages auprès de multiples ambassades et consulats. Comme il a organisé un grand nombre d’expositions individuelles internationales et nationales outre ses participations à des expositions collectives. Un bon parcours pour un jeune artiste.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *