114 millions d’Euros de la BAD pour le programme d’appui au développement inclusif et durable des zones agricoles et rurales

114 millions d’Euros de la BAD pour le programme d’appui au développement inclusif et durable des zones agricoles et rurales

Selon Achraf Hassan Tarsim, «à travers ce nouveau programme, la BAD a pour volonté de contribuer à l’essor d’une agriculture plus moderne qui porte en elle l’exigence, toujours plus forte, d’inclusion, de performance et de durabilité».

C’est acté. L’engagement de la Banque africaine de développement pour la mise en œuvre du programme d’appui au développement inclusif et durable des zones agricoles et rurales (PADIDZAR) est tenu. Il a été procédé à la signature de l’accord de prêt accordé, dans ce sens, par la BAD au Maroc. La cérémonie de signature a eu lieu mardi 22 novembre sous la présidence de Mohammed Sadiki, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, de Fouzi Lekjaa, ministre délégué chargé du budget, et Achraf Hassan Tarsim, responsable-pays de la Banque africaine de développement pour le Maroc.

La BAD avait en effet annoncé en octobre dernier la mobilisation sous forme de prêt de 114 millions d’euros pour appuyer le Maroc dans la mise en œuvre de ce dispositif portant sur l’adaptation climatique. Il s’agit en effet du premier financement axé sur les résultats dans le secteur agricole en Afrique du Nord. Il a pour finalité de contribuer à renforcer la résilience de l’agriculture marocaine aux effets du changement climatique et à améliorer les conditions de vie des populations dans les zones rurales prioritaires. «Parfaitement intégré et véritablement innovant, ce modèle de projet bénéficiera à sept régions prioritaires», assure dans ce sens Mohammed Sadiki. Le programme s’articule autour d’une double priorité. Le ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts énumère dans ce sens le renforcement de la résilience de l’agriculture aux effets du changement climatique ainsi que la consolidation du processus d’inclusion particulièrement pour les petits agriculteurs et les jeunes entrepreneurs.

«La Banque africaine de développement a été la première institution de développement à soutenir notre nouvelle stratégie agricole», ajoute M. Sadiki à ce propos. Pour sa part, Fouzi Lekjaa a salué «l’appui précieux et constant que la Banque africaine de développement apporte au Maroc pour la mise en œuvre de réformes structurelles essentielles». Du côté de l’institution financière, Achraf Hassan Tarsim affirme qu’«à travers ce nouveau programme, la BAD a pour volonté de contribuer à l’essor d’une agriculture plus moderne qui porte en elle l’exigence, toujours plus forte, d’inclusion, de performance et de durabilité». Et de poursuivre qu’«il vient jalonner le parcours d’une coopération réussie qui a contribué à faire évoluer le secteur agricole d’une logique de production à une logique de valeur ajoutée». Il est à préciser que ce nouveau programme permettra de déployer une approche de développement plus durable et plus inclusive.

Ce dispositif favorisera l’émergence d’une classe moyenne agricole, notamment par la création d’emplois en milieu rural et l’accompagnement des jeunes et femmes entrepreneurs agricoles. A rappeler que l’engagement de la Banque africaine de développement au Maroc date d’un demi-siècle déjà. Les financements s’élèvent à plus de 12 milliards de dollars américains couvrant les secteurs de la santé, de l’agriculture, de l’énergie, de l’eau, des transports, du développement humain et du secteur financier.

Le Padidzar en bref

Dans le détail, le programme d’appui au développement inclusif et durable des zones agricoles et rurales (PADIDZAR) soutiendra une utilisation plus efficiente des ressources en eau avec une meilleure valorisation de l’eau d’irrigation. Il introduira, ainsi, de nouvelles techniques de conservation du sol comme il permettra de renforcer les capacités des acteurs, notamment celles des associations des usagers des eaux agricoles et des coopératives agricoles. «Le programme appuiera ainsi le développement de systèmes de production encore plus efficients, plus résilients et plus durables et œuvrera à l’amélioration de chaînes de valeur toujours plus inclusives, plus performantes et plus pérennes. Il soutiendra également le renforcement des capacités institutionnelles pour faciliter la mise en œuvre des réformes et l’exécution des investissements», apprend-on à cet effet. Il est à préciser que ce programme est aligné sur les cinq priorités stratégiques de la BAD, les «High 5» en particulier la réalisation des objectifs «Nourrir l’Afrique» et «Améliorer la qualité de vie des populations africaines». Il s’inscrit conformément aux dispositions de la nouvelle stratégie agricole du Royaume du Maroc «Génération Green 2020-2030», et le Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *