135.000 entreprises en mode stand-by et 6.300 à l’arrêt définitif

135.000 entreprises en mode stand-by et 6.300 à l’arrêt définitif

Le HCP analyse l’impact du Covid-19 sur les entreprises organisées

Une grande partie des sociétés impactées par cette conjoncture sont des TPE. Elles représentent, en effet, 72% de la structure globale des entreprises en crise.

Pas moins de 142.000 entités marocaines sont à l’arrêt définitif ou temporaire en ce temps de crise, soit plus de la moitié de l’ensemble des entreprises (57%). De ce total 135.000 entreprises ont dû suspendre temporairement leurs activités au moment où 6.300 ont baissé le rideau de manière définitive. C’est ce qui ressort de la dernière enquête de conjoncture du Haut-Commissariat au Plan. Le département d’Ahmed Lahlimi a réussi en trois jours seulement à évaluer l’impact immédiat de la situation pandémique sur le tissu entrepreneurial national. Ainsi, un échantillon de 4.000 entreprises a été ciblé par cette enquête qui s’est déroulée du 1er au 3 avril par téléphone auprès de ces entités organisées opérant dans les secteurs de l’industrie manufacturière, de la construction, de l’énergie, des mines, de la pêche, du commerce et des services marchands non financiers.

Se référant aux données formulées par le HCP, une grande partie des sociétés impactées par cette conjoncture sont des TPE. Elles représentent, en effet, 72% de la structure globale des entreprises en crise. Les PME arrivent en deuxième position avec une part de 26% tandis que les grandes entreprises ne représentent que 2% des entreprises en arrêt d’activité de façon temporaire ou définitive. L’analyse par secteur démontre une forte incidence au niveau de la branche hébergement et restauration. En effet, 89% des entreprises qui opèrent dans ce segment sont actuellement à l’arrêt. Les industries “textile et cuir” souffrent également de cette crise qui a provoqué l’arrêt de 76% des unités. Le Covid-19 a, également, essoufflé les industries métalliques et mécaniques où 73% des entreprises ont été obligées de suspendre leurs activités. Il en est de même pour le secteur de la construction. Le HCP fait ressortir une proportion importante d’entreprises à l’arrêt, laquelle est évaluée à 60%. Il est à noter que l’enquête du HCP intervient dans le cadre des travaux de suivi des effets socio-économiques de la pandémie Covid-19 sur l’économie nationale menée par cette instance. Cette enquête qualitative examine l’impact sous différents angles, notamment en termes d’employabilité, de production et d’activité à l’export.

Près de 726.000 emplois réduits

Il va sans dire que cette crise sanitaire a de lourdes répercussions sur l’emploi. L’impact de cette situation sur l’employabilité des entreprises n’est plus à démontrer. Se référant à l’enquête du HCP, 27% des entreprises étaient contraintes de réduire leurs effectifs momentanément voire définitivement. Depuis le début de la crise sanitaire jusqu’à début avril, près de 726.000 postes, hors secteurs financier et agricole, auraient été réduits, soit 2% de la main-d’œuvre des entreprises organisées. Cette proportion s’élève à 21% pour les TPE, à 22% pour les PME et à 19% pour les grandes entreprises. Notons que plus de la moitié des effectifs réduits (57%) sont observés au niveau des très petites, petites et moyennes entreprises. Pour ce qui est des secteurs ayant observé une réduction notable d’emplois en cette période, les services arrivent en tête avec 245.000 postes de travail réduits, soit 17,5% de l’emploi total de ce secteur.
L’industrie observe, pour sa part, une réduction de 195.000 postes, soit 22% de la main-d’œuvre du secteur.
Le secteur de la construction a vu, quant à lui, ses effectifs se réduire de 24%, soit 170.000 postes. Le HCP indique, par ailleurs, que l’industrie de l’habillement aurait enregistré une réduction de 34% de l’emploi total depuis le début de la crise sanitaire au pays. Ce ratio revient à 31% pour l’hébergement, à 27% pour la construction des bâtiments et à 26% pour la restauration.

La production réduite de moitié

Au Maroc, seulement 43% des entreprises maintiennent, actuellement, leurs activités en ce temps de crise. La moitié d’entre elles roulent au ralenti. Elles ont, en effet, dû réduire leur production pour s’adapter à la conjoncture. Selon le HCP, 81% des entreprises ont réduit leur production de moitié voire plus. Ce constat est fait au niveau de 49% des TPME en activité pendant la période de référence de l’enquête. Il ressort, par ailleurs, que 62% des entreprises qui sont encore en activité dans le secteur de la construction auraient dû réduire leur production. Parmi les autres secteurs concernés, on cite l’hébergement et la restauration (60%), les industries chimiques et parachimiques (52%), le transport et entreposage (57%) et l’industrie du textile et du cuir (44%).

67% des entreprises exportatrices impactées

La situation sanitaire actuelle avec tout ce qu’elle engendre comme restriction de mobilité à l’échelle internationale freine l’élan des entreprises exportatrices. 67% d’entre elles semblent être impactées par cette conjoncture. Le HCP indique, à cet effet, qu’une entreprise exportatrice sur 9 aurait arrêté définitivement son activité. Aussi, 5 entités sur 9 auraient procédé à un arrêt temporaire alors qu’un tiers des entreprises restent encore en activité mais elles auraient dû réduire leur production.

S’agissant de l’évolution de l’emploi au niveau du secteur exportateur, l’enquête fait ressortir une réduction de 133.000 postes à ce niveau, soit 18% de l’ensemble des emplois réduits tous secteurs d’activités économiques confondus. Ainsi, plus de 50.000 emplois auraient été réduits au niveau des entreprises exportatrices opérant dans l’industrie du textile et du cuir, soit 62% du total réduit dans ce secteur. Selon le HCP, le secteur de l’information et de la communication aurait réduit 7.200 postes, soit 60% du total des emplois de ce secteur au moment où cette proportion aurait atteint 38% au niveau du secteur de l’industrie métallique et mécanique, soit 14.000 emplois réduits. On peut relever, également, une réduction de 11.000 postes dans le secteur agroalimentaire (35%) et 10.000 postes d’emploi au niveau du secteur de la chimie et parachimie (30%).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *