1er forum des compétences marocaines en Asie : La mobilisation est de mise

1er forum des compétences marocaines en Asie : La mobilisation est de mise

«Le 1er forum des compétences marocaines en Asie est destiné à consolider la stratégie du ministère visant à s’intéresser à ces compétences résidant dans les pays émergents dans ce continent et œuvrant dans des secteurs à haute valeur ajoutée à l’instar du génie financier, des nouvelles technologies, de l’innovation et de l’intelligence artificielle».

L’aspiration est exprimée, mercredi à Rabat, par Nezha El Ouafi, ministre déléguée chargée des MRE, lors de cet événement tenu en ligne. Comme elle le précise, cette rencontre est également une occasion pour informer les MRE sur les opportunités d’investissement afin qu’ils puissent contribuer aux chantiers lancés par le Souverain. Le tout en annonçant les projets de son département.

Un programme national de mobilisation

Selon Mme El Ouafi, ce projet du programme national de mobilisation des compétences marocaines à l’étranger sera «présenté et examiné à fin 2020 lors de la réunion du comité technique relevant du comité ministériel chargé des affaires des MRE et de la migration». «Ce projet permettra de mobiliser 10.000 compétences marocaines résidant à l’étranger à l’horizon 2030. Pour l’heure, nous avons identifié 4.500 compétences», détaille-t-elle en rappelant d’autres projets. C’est le cas de celui de «MRE Academy» lancé en juin dernier et dont «l’exécution de la première phase est en cours». Aussi, la «Green MRE Academy» a été lancée avec l’Iresen. «Une convention a été signée pour le lancement de la nouvelle version du programme du forum «Fincom». Ce programme permettra de mobiliser annuellement environ 100 experts marocains résidant à l’étranger», ajoute la ministre qui annonce aussi le lancement en fin d’année d’une nouvelle plate-forme destinée à la mobilisation des compétences. La responsable, qui rappelle une étude qui a confirmé l’attachement de la génération montante à la mère patrie et que 62% des interrogés envisagent d’y investir, indique qu’un plan d’action pour accompagner et encourager les MRE à investir au Maroc est en cours d’élaboration. Aussi, l’accès facile au financement du Fonds MDM Invest a été revu.

Florilège du débat

Egalement de la partie, le président du Conseil de la communauté marocaine à l’étranger (CCME), Driss El Yazami, appelle à «évaluer la politique marocaine pour mobiliser les compétences». Par l’occasion, il précise qu’une prochaine étude sera publiée bientôt par le Conseil. Comme il le précise, elle sera destinée à l’évaluation de ces compétences «depuis trente ans». De son côté, Abdesselam El Ftouh, directeur du Pôle économique de la Fondation Hassan II pour les Marocains résidant à l’étranger, indique que «les pays d’Asie seront une destination pour la migration de compétences marocaines.

Cela contribuera à hisser le Maroc et son rayonnement dans le monde et en Afrique». Le tout en rappelant que la fondation veille à accompagner l’activité de ces compétences pour l’investissement. Pour sa part, Anass Bennani, directeur des partenariats et de la coopération au ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, rappelle le projet d’un partenariat avec le ministère en charge des MRE pour élaborer «un mécanisme consacré à mobiliser les compétences». Quant à Karim Ammor, président de la commission Asie relevant de la CGEM, il a présenté une stratégie pour cette mobilisation. Un plan qu’il décline en différents axes. Entre autres, il s’agit, comme il l’indique, des piliers «mentoring, investissement et business». Comme il l’a également annoncé, une application pour la rencontre d’entrepreneurs sera lancée. A leur tour, des représentants diplomatiques étaient présents à l’événement. C’est le cas de l’ambassadeur du Japon au Maroc, Takashi Shinozuka, qui a appelé à la «compréhension du partenariat régional». A son tour, l’ambassadrice de Malaisie au Maroc, Astanah Abdul Aziz, a lancé un appel. «J’invite les investisseurs marocains à penser à investir également à l’étranger», avance-t-elle.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *