2018, un exercice sous le signe de la consolidation pour ADM

2018, un exercice sous le signe de la consolidation pour ADM

La société poursuit son chantier de transformations structurelles

Les transformations structurelles amorcées par ADM au titre des dernières années portent leurs fruits. L’ensemble des chantiers menés par l’opérateur s’inscrit en consolidation. Les indicateurs arrêtés au titre de l’exercice 2018 confirment cette tendance.

Cette performance a été soulignée dans le dernier rapport d’activités de la Société nationale des autoroutes du Maroc (ADM). «2018 pour la Société nationale des autoroutes du Maroc aura été l’année de consolidation et d’accélération des transformations structurelles entamées depuis 3 ans et imprimées à la stratégie globale de notre société», souligne à cet effet Anouar Benaazzouz, directeur général de ADM.

La bonne santé d’ADM s’illustre par sa solidité financière. Les résultats affichés au titre de l’exercice 2018 s’avèrent satisfaisants. Ceci traduit la portée du plan de restauration financière engagé depuis 2016 ayant pour pilier l’optimisation et la rationalisation des coûts. Un effort qui a eu un impact satisfaisant sur le redressement des indicateurs financiers d’ADM. Notons que la société a misé gros sur  ce process de digitalisation sur la donne «transformation». La digitalisation représente en effet un axe du grand chantier d’industrialisation mené par la société.

Ceci porte sur la digitalisation et l’industrialisation complète des filières péage ainsi que sur la maintenance et l’informatisation de la gestion du trafic. Se référant à ADM, le chantier d’industrialisation est adossé au «plan d’automatisation» intégrant les programmes de mise à niveau de l’infrastructure de télécommunications, de modernisation des gares de péage, du développement du télépéage Jawaz, des métiers distants et du déploiement des équipements de terrain pour la supervision du trafic. Retour sur les faits marquants de l’exercice 2018.

Les agrégats financiers au vert

Sur le plan financier, ADM voit l’ensemble de ses agrégats au vert. Le chiffre d’affaires a grimpé de 5,3% se situant autour de 3,11 milliards de dirhams contre 2,95 milliards de dirhams en 2017. Un résultat qui, selon l’opérateur, est «d’autant plus satisfaisant qu’il a été obtenu sans révision tarifaire». Le résultat d’exploitation de la société s’est également inscrit en amélioration. On note dans ce sens une progression de 36,2%.

Il est ainsi passé de 1,22 milliard de dirhams à 1,66 milliard de dirhams. Le résultat net positif d’ADM a marqué pour sa part un pic de 132% comparé à l’exercice précédent. Il a dans ce sens grimpé à 104 millions de dirhams contre 45 millions de dirhams une année auparavant. ADM a réduit considérablement sa dette durant l’exercice 2018. Le ratio d’endettement a été maintenu à 1,5%. La dette de l’entreprise s’est située à 39,3 milliards de dirhams à fin 2018, en baisse de 3% par rapport à une année auparavant.

 Près de 3 milliards de dirhams  collectés des péages

2,92 milliards de dirhams est le montant global des recettes péages hors taxe qu’a collecté ADM en 2018. Ces recettes affichent une amélioration de 5,7% ventilée par une hausse de 6% des péages des véhicules légers et de 5,4 poids lourds. Ces deux catégories de véhicules ont représenté respectivement des parts de 68,9 et de 31,1% des recettes globales. Sur le plan trafic, ADM enregistre durant 2018 une circulation moyenne journalière de 23,3 millions véhicules kilomètres par jour. Ce trafic s’inscrit en amélioration de 4% comparé à l’exercice précédent. Une augmentation qui résulte de la hausse de 4,5% des véhicules légers représentant 79% de la circulation globale. Les parts restantes (21%) sont captées par les deux catégories de poids lourds dont le trafic s’est amélioré sur le réseau ADM de 2% en 2018.

La transition vers le  télépéage se confirme

Bien que le cash domine à hauteur de 57,4%, les transactions aux péages, ADM franchit un important pas en termes de dématérialisation. Le paiement en espèce a ainsi reculé de 6,1 points comparé à 2017 au moment où les transactions via le télépéage se sont consolidées de 7,9 points démontrant ainsi la transition des usagers vers ce nouveau mode de paiement. Le passage vers le télépéage a, par ailleurs, fait reculer le paiement par cartes privatives et bancaires et autres moyens de paiement de 2 points.

 Le Pass Jawaz séduit  davantage

L’engouement pour le Pass Jawaz se confirme. Ce moyen de paiement automatisé connaît d’année en année un grand succès. En seulement deux ans de sa mise en service, ADM relève un taux de croissance de 540% des détenteurs du Pass Jawaz. Leur nombre est passé de 60.000 en 2016 à 400.000 en 2018. Un succès qui, selon ADM, conforte l’adéquation du choix fait par la société, en tant que technologie performante, qui encourage la poursuite de ce chantier d’automatisation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *