400 millions de dollars de transactions passés via la blockchain : OCP réalise une prouesse africaine

400 millions de dollars de transactions passés via la blockchain : OCP réalise une prouesse africaine

En termes d’utilisation de technologie disruptive dans l’industrie et l’agriculture, OCP performe. En effet, le Groupe et la Banque de commerce et de développement de l’Afrique de l’Est et australe (Trade and Development Bank – TDB) viennent de dévoiler que 400 millions de dollars de transactions commerciales ont été menés via la technologie blockchain précisant que 270 millions de dollars ayant déjà été exécutés, avec le reste prévu durant les prochains mois. De ce fait, plusieurs milliers de tonnes d’engrais sont expédiés du Maroc vers l’Éthiopie dans le cadre de ces transactions.
Les détails.

La technologie au service du commerce intra-africain

OCP passe à la vitesse supérieure et devient ainsi «la première entreprise africaine à exécuter une transaction commerciale intra-africaine utilisant la technologie blockchain. Cette transaction a permis de financer l’expédition d’engrais phosphatés du Maroc vers l’Éthiopie», indique l’entreprise expliquant que cette initiative s’inscrit dans la stratégie de digitalisation du Groupe. L’objectif étant de contribuer notamment à soulager le déficit de financement du commerce en Afrique et à stimuler le commerce intra-africain, en particulier dans le secteur des engrais, à travers l’inclusion digitale.
Un gain de temps considérable en période de pandémie

L’usage du numérique permet d’optimiser le temps, notamment dans ce contexte de la Covid-19 où les activités sont en baisse. Partant de là, la technologie blockchain de «dltledgers» offre à toutes les parties prenantes la possibilité d’effectuer la transaction numériquement et de compléter l’opération d’import-export en moins de deux heures alors que les transactions «papier» équivalentes sont généralement conclues en trois semaines ou plus à cause du délai nécessaire aux fournisseurs pour le transfert de documents physiques à l’acheteur via le système bancaire traditionnel.
«Avec le ralentissement actuel de la logistique mondiale et des chaînes d’approvisionnement, les transactions de financement du commerce peuvent prendre jusqu’à six semaines, en raison de la fermeture des frontières et des aéroports qui continue d’engendrer des retards supplémentaires», argumente le Groupe OCP ajoutant que dans le cas de cette opération, les parties peuvent télécharger, afficher, modifier et valider la documentation dans une blockchain privée, simultanément et en temps réel. Parallèlement, cette technologie dispose d’une empreinte carbone plus faible et permet de faire des opérations «plus sécurisées grâce aux technologies de cryptage et de vérification», relève l’entreprise. Ce dispositif technologique présente également des avantages : plus de transparence et de traçabilité, et la réduction de risques grâce à l’élimination d’éventuelles erreurs et ambiguïtés dans l’échange et la modification des documents. Il faut signaler que ces transactions sont réalisées alors que le commerce global est en recul de 5 à 10% en 2020, comparativement à l’année précédente et parallèlement à la baisse en demande de financement commercial.

L’appui de Tarde Developpement Bank

Sur le plan financier, TDB a facilité «plus d’un demi-milliard de dollars en financement du commerce en Éthiopie en 2020, et a soutenu près d’un milliard de dollars en importations d’engrais du Groupe OCP vers l’Éthiopie au cours des trois dernières années», affirme OCP. Dans le même sens, l’institution financière simplifie le financement du commerce en Éthiopie en fournissant des solutions qui répondent aux besoins en devises et permettent l’importation de produits agricoles et énergétiques dont les engrais, le blé ou encore le sucre. En même temps, l’importation d’engrais hausse le rendement des cultures et les niveaux de productivité, améliore la sécurité alimentaire, augmente les recettes en devises provenant des cultures commerciales et soutient l’emploi local, indique OCP. Au niveau de TDB, il faut dire que dès octobre 2019 la banque est devenue «la première institution financière de développement africaine à conclure une transaction de financement du commerce en utilisant la technologie blockchain, en finançant l’importation de 50 000 tonnes de sucre blanc de l’Inde vers la région qu’elle dessert», rapporte la même source soulignant que cette transaction a servi «d’exemple à l’industrie mondiale du financement du commerce, tout en créant un modèle que TDB a pu répliquer pour d’autres transactions telles que cette transaction intra-africaine».

Un partenariat gagnant pour l’Afrique

Afin de surmonter les problématiques dont fait face le continent africain, il est essentiel de mettre en place des partenariats intra-africain. Une approche que le Groupe OCP a adoptée depuis quelques années déjà pour relever le défi d’une agriculture structurée, efficace et durable. «Cette coopération s’inscrit également dans le mandat de TDB qui vise à promouvoir le commerce intra et interrégional, ainsi que son intégration dans la région qu’elle dessert et sur le continent, dans la lignée des actions de l’AfCFTA (African Continental Free Trade Area)», explique la même source. Il faut préciser que l’agriculture a un rôle central dans l’économie éthiopienne. Elle dispose d’une part atteignant 31 % du PIB du pays et représente 66 % de son marché du travail. Dans ce schéma, les engrais sont essentiels pour le développement du secteur. Notons que près de la moitié de ces produits sont importés auprès du Groupe OCP depuis le Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *