5G, très haut débit, Datacenters… L’infrastructure numérique pour assurer la relance

5G, très haut débit, Datacenters… L’infrastructure numérique pour assurer la relance

La crise de Covid-19 a reconfiguré les modes de travail, d’enseignement et d’accès aux services de base. De plus, le pouvoir transformateur du numérique sur les interactions économiques et sociales oblige les pouvoirs publics, les entreprises et les individus à s’adapter pour ne pas rater la coche du progrès technologique.

A l’heure où les pays du monde entier cherchent à reconstruire des économies plus résilientes dans un monde post-pandémique, il est essentiel de renforcer l’infrastructure numérique pour accélérer le développement économique et social au Maroc. L’émergence de la Covid-19 a forcé le passage des lieux de travail et des écoles au travail et à l’apprentissage en ligne, mais la transformation numérique n’a pas profité à tous et n’a pas été vécue de la même manière sur l’ensemble du territoire. Des travailleurs et des apprenants ont été confrontés à des difficultés structurelles pour l’accès aux données en ligne. La mise en place de la 5G, le développement du cloud et la connexion très haut débit nécessitent une infrastructure numérique performante.
Pour mettre en œuvre cette vision, il sera primordial de créer un environnement favorable au développement du digital. Celui-ci devra reposer sur plusieurs composantes dont les infrastructures nécessaires. Le défi de ces prochaines années sera de se doter davantage d’infrastructures dans le domaine du digital et d’assurer sa souveraineté numérique. Car en dépit des inégalités à l’échelle mondiale dans l’économie numérique, les pays en développement comme le Maroc ont des chances de tirer parti de la numérisation.

Un plan d’aménagement numérique en préparation

La crise de Covid-19 a reconfiguré les modes de travail, d’enseignement et d’accès aux services de base. De plus, le pouvoir transformateur du numérique sur les interactions économiques et sociales oblige les pouvoirs publics, les entreprises et les individus à s’adapter pour ne pas rater la coche du progrès technologique. Cette nouvelle donne doit favoriser la capacité d’exploiter la donnée aussi bien sur le plan individuel qu’à l’échelle d’un État ou d’une entreprise. Pour y parvenir, une infrastructure numérique fiable (Internet et réseaux) est indispensable. «Le déploiement d’une infrastructure du très haut débit (fixe et mobile y compris la 5G sur tout le territoire national, en priorisant les zones blanches, serait de nature à favoriser l’accès élargi des particuliers et des entreprises au numérique, de réduire les inégalités numériques sur le plan territorial et de favoriser l’inclusion des couches sociales défavorisées. La réduction de la fracture numérique entre les territoires reste, dès lors, un chantier majeur à accélérer moyennant un plan d’aménagement numérique», indique le rapport économique et financier accompagnant le projet de loi de Finances 2022.

Des datacenters performants gage de souveraineté

La souveraineté numérique tend à préserver le respect, l’intégrité et la confidentialité des données de ses citoyens et de ses secteurs stratégiques. Elle représente aussi la capacité d’un pays à maîtriser l’ensemble des technologies, notamment sur le plan économique et social. «A l’ère du numérique et la profusion du Big Data, le développement des centres de données et de calcul s’avère nécessaire», assure la même source. Quelques projets dans ce sens ont été lancés comme le Datacenter de l’Université Mohammed VI Polytechnique de Benguerir. Lancée en février 2021, cette structure intègre le SuperCalculateur le plus puissant d’Afrique. Il est baptisé «African Supercomputing Center» et permet au Maroc d’avoir une place dans le Top 100 mondial des centres intelligents. En termes de puissance, il est d’une capacité de 3,15 pétaflops à raison de trois millions de milliards d’opérations par seconde. Le Maroc aspire à dupliquer cet exemple sur l’ensemble du territoire et poursuivre le déploiement des infrastructures avancées. L’hébergement de la donnée fait également partie intégrante de la protection de l’information et donc d’assurer la souveraineté numérique. Notons qu’en 2017 le groupe marocain Medafrica Systems (Medasys), spécialisé en IT, avait lancé à Témara Maroc Datacenter, ce qui a été considéré à son démarrage comme la 1ère plate-forme Cloud Computing en Afrique francophone. Les données constituent désormais un actif stratégique pour la création de valeur d’ordre aussi bien privé que social.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *