970x250

6ème trophée de l’égalité professionnelle : Les candidatures multipliées par trois

6ème trophée de l’égalité professionnelle : Les candidatures multipliées par trois

«La préparation de ce trophée est impactée par le parcours du dialogue social». «Le travail de la femme est une question posée par les syndicats et le patronat».

«Le nombre des entreprises participantes au 6ème trophée de l’égalité professionnelle est multiplié par trois». L’augmentation précisée, jeudi à Rabat par le ministre de l’inclusion économique, de la petite entreprise, de l’emploi et des compétences, Younes Sekkouri, dénote l’intérêt grandissant pour cette récompense, que ce soit de la part des entreprises, du secteur public ou d’autres partenaires. Outre ce département, l’agence du Millennium Challenge Corporation (MCC) et son account (MCA) au Maroc sont des parties prenantes éminentes de ce trophée qui est, depuis 2016, passé de 52 entreprises participantes à 182. Et ce n’est pas tout.

Impact du dialogue social

Le responsable gouvernemental, qui venait d’arriver de Marrakech après avoir participé au forum d’affaires de la BERD, ne manque pas de préciser que «la préparation de ce trophée est impactée par le parcours du dialogue social». «Le travail de la femme est une question posée par les syndicats et le patronat», avance M. Sekkouri qui évoque les femmes qui travaillent sans salaire et dans l’informel. Il saisit son passage pour mettre en avant les mesures prises par le gouvernement en faveur du travail des femmes. Il s’agit, en premier, de l’encouragement de la déclaration du travail domestique des femmes. «600 millions DH seront opérationnalisés d’ici le début de l’année prochaine pour permettre de libérer le travail domestique de la femme», explicite l’orateur. L’autre mesure étant, entre autres, «l’encouragement des conventions collectives». «Le nombre d’entreprises qui n’ont pas encore conclu ces conventions est important», révèle-t-il. A cet effet, des incitations permettant aux entreprises qui s’engagent d’être récompensées sont prévues. «Nous sommes en convergence avec les ODD (Objectifs du développement durable)», enchaîne l’intervenant. Le tout en souhaitant qu’un tel trophée ne soit pas l’expression d’une circonstance ou une célébration passagère. Il veut notamment que cet événement soit «un aboutissement». «Nous voulons ancrer l’encouragement du travail des femmes dans l’entreprise de façon sérieuse», s’exprime-t-il. A cet égard, il propose l’élaboration d’un tableau de bord de rencontres au niveau local, une web TV sur l’entrepreneuriat, ainsi que l’accès aux entreprises à ce trophée. Et ce n’est pas tout ! L’intervenant met en avant «la place très importante du travail de la femme» dans la vision du chef du gouvernement, avec d’autres acteurs comme la CGEM et des partenaires internationaux entre autres, dont le détail est prévu ultérieurement.

«Catalyser» le trophée

De son côté, la directrice générale de l’agence Millennium Challenge Account (MCA) au Maroc, Malika Laasri, qui se félicite du grand nombre d’entreprises candidates à ce trophée, partage la volonté de M. Sekkouri. Dans ce sens, elle remonte au travail mené, depuis 3 ans, par la MCA avec le ministère. «L’engagement et la stratégie du gouvernement vont dans le même sens. Il s’agit de catalyser cette initiative», explique-t-elle à propos de ce sacre. Mieux encore, elle n’hésite pas à livrer ses regards sur l’égalité. «Le genre n’est pas en haut de la liste», estime-t-elle. Egalement de la partie, la directrice résidente de MCC au Maroc, Carrie Monahan, indique que «l’inclusion professionnelle de la femme est pour la MCC une priorité principale». La responsable, qui se félicite également de l’augmentation du nombre des participants en cette année, donne le chiffre de «plus de 100 participants en 2022». Aussi, ce sont, tel qu’elle l’indique, «23 activités» qui sont représentées dans cette édition. «L’inclusion contribue directement à la croissance économique», poursuit-elle sans manquer de s’exprimer sur les difficultés dans son pays à ce propos. Pour elle, il est question de «mettre en place des mesures spécifiques». «Sinon on perd beaucoup de talents», martèle-t-elle.

Et les gagnants sont…

Ce sont 3 trophées, 10 certificats d’excellence et 11 certificats d’accompagnement qui ont été octroyés. Il s’agit de CDG Capital, Renault et la BMCI qui ont récolté les trophées. Quant aux certificats d’excellence, ils sont remis à l’Université Euromed de Fès (éducation), Teleperformance/Samac (centre d’appels), Office national des aéroports (transport), Ali Aït El Hadj (installation électrique), Nestlé Maroc (agroalimentaire), Altran/Cap Gemini (automobile), Alsa (transport), oncologie et diagnostic du Maroc (santé), Spirit (aéronautique), et Crédit Agricole du Maroc (banque). De même, des certificats d’encouragement ont été remis à 11 entreprises, à savoir Madaef (hébergement et restauration), Bernitex (textile), Junekor (biscuiterie industrielle), Sofrecom Services Maroc (développement informatique), Groupe Scolaire Kadiri (enseignement), Decathlon Maroc (commerce), Ménara Préfa (services), établissement Ikraa (enseignement), l’Institution Attamayouz 2 (enseignement), Tissir Port (valorisation et congélation de poisson), et la Société Merveilles des Mers (conserverie de poisson).
Cela étant, les gagnants sont, tel que le précise la présidente du comité du trophée et directrice du travail, Salima Admi, sélectionnées parmi «113 entreprises qui ont candidaté par rapport à la première édition lors de laquelle la participation se chiffrait à 40. Ainsi, le chiffre est multiplié par trois».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.