970x250

Activité minière : Un siècle d’expertise et de savoir-faire

Activité minière : Un siècle d’expertise  et de savoir-faire

Elle a connu au fil du temps un développement, certes lent, mais avéré

l’activité minière contribue à hauteur de 10% au PIB national. Elle a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires de 66,5 milliards de dirhams ainsi que des investissements de l’ordre de 11,9 milliards de dirhams. Sa part dans les exportations nationales s’élève à 21,1%. En termes d’employabilité, le secteur génère plus de 40.000 emplois directs au niveau national.

Héritant d’une longue tradition minière, le Maroc se veut un important gisement d’opportunités sur ce segment. Le secteur minier est érigé comme étant l’un des piliers de l’économie nationale. Un positionnement illustré aussi bien par la richesse qu’il crée que par les investissements qu’il draine. En effet, l’activité minière contribue de façon non négligeable au Produit intérieur brut ainsi que dans les exportations nationales. Le secteur joue également un rôle important dans le développement territorial, la création de l’emploi ainsi que dans l’essor des transports et de l’activité portuaire.

Un secteur créateur de richesse et d’emploi

En chiffres, l’activité minière contribue à hauteur de 10% au PIB national. Elle a réalisé en 2020 un chiffre d’affaires de 66,5 milliards de dirhams ainsi que des investissements de l’ordre de 11,9 milliards de dirhams. Sa part dans les exportations nationales s’élève à 21,1%. En termes d’employabilité, le secteur génère plus de 40.000 emplois directs au niveau national. Ces indicateurs témoignent pleinement de l’importance que revêt ce secteur dans le développement socio-économique du pays. Il est utile de préciser que l’activité minière nationale a connu au fil du temps un développement, certes lent, mais avéré. Une dynamique portée par une expertise qui date d’un siècle et une géologie riche en substances minérales. En effet, le Royaume capte à lui seul près de 75% des réserves mondiales de phosphates. Il se place ainsi en tant que premier exportateur mondial de cette ressource et deuxième en termes de production. A fin 2020, la production de phosphates s’est élevée à 37,44 millions de tonnes de phosphates. Les produits transformés en engrais ont atteint pour leur part les 11,20 millions de tonnes. Pour la même période, 1.071 licences d’exploitation et 3.579 permis de recherches ont été approuvés.

Un cadre juridique renouvelé

2020 marque par ailleurs un cap important pour le secteur minier national. Il s’agit du premier centenaire du développement de l’activité minière au Maroc. Le premier code minier a été promulgué en 1914. Suivra la création de l’Office chérifien des phosphates en 1920 ainsi que du Bureau de recherches et de participations minières (BRPM). Il est évident que le Royaume a réussi à moderniser son activité minière mais ce potentiel reste jusque-là sous-exploité, sans oublier les enjeux relatifs aux exigences sociales et environnementales. En vue de relever les défis qui freinent l’essor du secteur, il a été procédé à la révision du code minier national. Un nouveau règlement est entré en vigueur en 2016 mettant fin au Code minier qui régissait le secteur depuis 1951. Ce nouveau cadre a ouvert la voie à de nouveaux types d’autorisations. Il a par ailleurs permis d’augmenter la durée d’exploitation minière, la relevant à 10 ans. La révision du code minier a été accompagnée par la mise en place d’une vision stratégique du secteur visant à renforcer la compétitivité de ce secteur et d’attirer davantage d’investissements. L’enjeu étant de découvrir de nouveaux gisements, d’optimiser la valeur ajoutée des substances minérales exploitées et d’affirmer les enjeux de développement durable. Citons en premier la feuille de route de 2013-2025 dont la finalité était d’améliorer les performances du secteur minier à travers la mise en œuvre des chantiers structurants. Cette vision a été épaulée par une feuille de route 2015-2025 portant sur le développement de la cartographie géologique et géothématique. Il est à noter que la stratégie dédiée au secteur minier a été revue six ans après sa mise en place donnant ainsi naissance au Plan Maroc Mines «2021-2030».

La reprise au rendez-vous

Il est à noter que le secteur minier a subi un impact foudroyant en ce contexte pandémique particulièrement en début de crise. Les indicateurs ont été dans le rouge durant le confinement pour reprendre progressivement sa cadence après la levée des restrictions. Se référant aux dernières statistiques du HCP, la valeur ajoutée minière aurait connu une augmentation de 5,5% au troisième trimestre de l’année 2021. De même, l’indice de production du secteur extractif s’est accru de 5,8% au troisième trimestre 2021, après une hausse de 3,8% un an auparavant, portant ainsi sa croissance au terme des neuf premiers mois de 2021 à 3,6%, après 2,5% à fin juin 2021 et 3,7% il y a une année. Une évolution qui s’inscrit en ligne avec la hausse de la production de phosphate roche, principale composante du secteur, de 5,7% au troisième trimestre pour s’apprécier de 3,3% à fin septembre 2021, après une augmentation de 4,8% un an plus tôt. Au cours du mois d’octobre 2021, le secteur de phosphates et dérivés a enregistré une hausse de la valeur de ses exportations de 74,3%, suite au raffermissement des expéditions de phosphate roche de 57,3% et de celles de ses dérivés de 82%.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.