970x250

Activités économiques : 2021, sous le signe de la relance

Activités économiques : 2021, sous le signe de la relance

L’ensemble des agrégats de l’économie marocaine ressort au vert. Ainsi, la valeur ajoutée du secteur primaire a affiché, au titre des premiers mois de l’année, une amélioration de 14,8% après une contraction de 8,2% relevée à la même période précédente.

Après avoir franchi avec résilience le cap 2020, l’économie marocaine a renoué avec la croissance au titre de l’exercice 2021. Malgré les incertitudes qui planent, les divers secteurs ont affiché un rebond de leur activité. Une dynamique portée essentiellement par une campagne de vaccination réussie et une campagne agricole prometteuse. Ces éléments réunis ont hissé le PIB vers le haut. En témoignent les derniers chiffres du Haut-commissariat au plan. Les comptes nationaux font en effet état au troisième quart de l’année d’un taux de croissance de 7,8% et ce après une récession de 6,7% observée à la même période de l’année passée.

L’ensemble des agrégats de l’économie marocaine ressort au vert. Ainsi, la valeur ajoutée du secteur primaire a affiché, au titre des premiers mois de l’année, une amélioration de 14,8% après une contraction de 8,2% relevée à la même période précédente. Un redressement porté essentiellement par l’activité agricole qui s’est améliorée sur ladite période de 17,7% contre 10,3% une année auparavant. Après une année de sécheresse, l’agriculture marocaine a réalisé une bonne performance au titre de la campagne agricole 2020-2021. La récolte céréalière a atteint un volume de 103,2 millions de quintaux en hausse de 221% par rapport à la précédente campagne et de 63% par rapport à la moyenne de cinq ans. Les exportations agricole et agro-alimentaire ont dépassé les 56 milliards de dirhams au titre des dix premiers mois de l’année progressant ainsi de 9,1% en glissement annuel.

Une dynamique portée par la consolidation des ventes à l’étranger de l’industrie alimentaire de 10,7% et des produits d’agriculture, sylviculture et chasse de 7%. Compte tenu de cette dynamique, la valeur ajoutée agricole au titre de l’année 2021 devrait atteindre les 130 milliards de dirhams (MMDH), en hausse de 18%. Le secteur de la pêche côtière et artisanale suit la même tendance. Une évolution positive a été observée courant 2021. Les débarquements ont ainsi atteint une valeur en hausse de 29% capitalisant ainsi sur la bonne performance de l’ensemble des segments du secteur. Pour ce qui est du secteur secondaire affiche également des signaux positifs. Sa valeur ajoutée en volume s’est inscrite en amélioration au troisième trimestre de l’année grimpant à 6,9% contre une baisse de 2,7% une année auparavant. Le secteur industriel a fait preuve d’une grande agilité tout au long de ces derniers mois. Les mesures de relance engagées ainsi que l’engagement des professionnels ont permis au secteur de renforcer sa résilience. La relance économique a été également portée par le secteur extractif dont la valeur des ventes a marqué un rebond de l’ordre de 47,2% aux dix premiers mois de l’année. Quant au secteur tertiaire, sa valeur ajoutée est passée d’un repli de 7,9% en troisième trimestre 2020 à une hausse de 6,6% au troisième quart de l’année passée. Aux prix courants, avec la hausse du PIB de 10,9% au lieu d’une baisse de 5,7% et l’augmentation des revenus nets reçus du reste du monde de 28,2% au lieu de 53,2%, le revenu national brut disponible a connu une progression de 12% à fin septembre au lieu d’une baisse de 3,4% durant le troisième trimestre de l’année 2020.

Il est à noter que toutes les instances augurent au Maroc une forte croissance au titre de l’exercice 2021. Un effort qui sera consolidé à court terme. Se référant aux dernières prévisions de Bank Al Maghrib, l’économie marocaine bouclera l’année sous une croissance de l’ordre de 6,7% cette année, soutenue par les progrès en matière de vaccination, le maintien des stimulus budgétaire et monétaire et la très bonne campagne agricole. La valeur ajoutée agricole augmenterait de 18,8% et celle des activités non agricoles de 5,3%. Au cours des deux prochaines années, le rythme de l’activité restera largement tributaire de l’évolution de la situation sanitaire aux plans international et national et des restrictions que les autorités seraient amenées à mettre en place. Dans le scénario central des prévisions de Bank Al-Maghrib, la croissance devrait se consolider à 2,9% en 2022 et à 3,4% en 2023. La valeur ajoutée des activités non agricoles poursuivrait son amélioration aux rythmes de 3,2% en 2022 et de 3,4% en 2023. Celle du secteur agricole reculerait de 2,8% en 2022 avant de progresser de 2% en 2023, sous l’hypothèse de récoltes céréalières moyennes de 75 millions de quintaux annuellement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *