Aéronautique : Les industriels s’engagent pour la décarbonation

Aéronautique : Les industriels s’engagent pour la décarbonation

Dans une lettre signée par les membres du GIMAS

La filière aéronautique s’est montrée résiliente et se prépare à la relance. L’objectif étant de rebondir et garder son potentiel compétitif dans un contexte qui appelle plus que jamais à l’innovation.

Une année après la chute brutale de l’activité du secteur aéronautique en raison de la crise de Covid-19, les entreprises présentes au Maroc, au creux de la vague, tentent progressivement de s’en sortir. La filière aéronautique s’est montrée résiliente et se prépare à la relance. L’objectif étant de rebondir et garder son potentiel compétitif dans un contexte qui appelle plus que jamais à l’innovation. Cette crise a révélé des faiblesses mais aussi des opportunités. C’est dans ce sens qu’a été organisé le «Digital Aerospace Meetings» en présence des principaux acteurs du secteur. La session qui s’est déroulée le 19 mai 2021 portait sur la thématique «Le Maroc aéronautique : relance décarbonée?». Il faut dire que la décarbonation, au même titre que la digitalisation, l’Industrie 4.0 et la conquête de nouveaux marchés, figure parmi les orientations stratégiques du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS). L’ambition de décarboner la filière aéronautique au Maroc franchit un nouveau cap. Les détails.

Vers une filière aéronautique «propre»

Les membres du GIMAS ont signé lors de cet évènement une lettre d’engagement moral pour la décarbonation. «L’industrie aéronautique spatiale mondiale, sous l’impulsion des avionneurs leaders et la volonté de plus en plus forte de voyager «propre», se doit d’emprunter sa transition énergétique et réduire ses émissions carbone. Cela implique une nouvelle règlementation qui régira notre manière de produire et de transporter nos équipements. Nos industries, faisant partie de la chaîne de valeur aéronautique mondiale, seront dans l’obligation de se conformer à ces nouvelles exigences», peut-on lire dans ce document. Partant de là, les entreprises membres du GIMAS s’engagent dans une démarche de réduction de leur empreinte carbone. «De ce fait, nous souhaitons mener la décarbonation de notre production dans les meilleures conditions d’accompagnement possibles avec l’appui des instances gouvernementales et institutionnelles, et au même rythme que les actions menées aux niveaux européen et mondial», indique la même source.

«Digital Aerospace Meetings»

Lors de cet évènement organisé en partenariat avec l’Agence marocaine de développement des investissements et des exportations (AMDIE), le GIMAS et le ministère de l’industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique, plusieurs questions ont été abordées afin d’apporter des réponses aux attentes des entreprises du secteur en particulier les PME. Comment l’Etat marocain se prépare-t-il à l’après-crise ? Quelles sont les leçons à retenir pour le Maroc et pour les entreprises ? Quelles sont les attentes des industriels dans ce nouveau contexte ? Y aura-t-il une offre Maroc pour les investisseurs et les entreprises implantées dans le pays ?… La reprise du secteur de l’aéronautique dans le monde sera lente, néanmoins les plans de relance déployés permettraient d’amortir les effets de la crise. En France par exemple, l’industrie a bénéficié d’un plan de soutien de 15 milliards d’euros dont 1,5 milliard dédié à l’innovation. Aux Etats-Unis un plan de relance historique a été décidé et qui soutiendra cette industrie. Au Maroc, le secteur s’est montré résilient, selon Karim Cheikh, président du GIMAS. Le Groupement avait d’ailleurs lancé plusieurs initiatives pour accompagner les entreprises du secteur dont le programme «Le Maroc Aéronautique 4.0» qui s’est décliné en 3 phases. La première porte sur la création d’un projet d’accompagnement Industrie du futur 4.0, pratique et terrain, différencié par un projet «Scalable» en fonction des enjeux des entreprises. Le deuxième axe capitalise sur les savoir-faire et les méthodes déployés dans les différentes entreprises afin de créer un écosystème complet permettant la formation, l’échange et le benchmark inter-sociétés. Le troisième axe sur lequel s’est basé ce projet est le déploiement des synergies entre experts en technologies, offreurs de solutions, Fablab sur un principe de «local to local» centrés sur les besoins de la PME.

L’aéronautique, un secteur prioritaire

L’accompagnement des entreprises du secteur aéronautique est essentiel dans ce contexte de crise. Pour Ali Seddiki, directeur général de l’industrie au ministère de l’industrie, du commerce, de l’économie verte et numérique, «l’aéronautique est un secteur prioritaire pour le Maroc».

Il a rappelé à cette occasion que la stratégie du développement du secteur aéronautique est nationale et est portée par le plus haut niveau de l’État relevant de ce fait qu’il y a une continuité dans l’accompagnement de cette activité quel que soit le gouvernement en place.

«L’aéronautique continuera d’être soutenue par l’Etat marocain», rassure-t-il. Sur les modalités de ce soutien, il précise que les points identifiés par le GIMAS sont les axes sur lesquels travaille la tutelle avec les acteurs du secteur. Pour ce qui est de la décarbonation de la filière aéronautique, le responsable souligne que l’enjeu de décarboner est fondamental pour le Royaume et pas uniquement dans le secteur aéronautique en particulier rappelant la mise en place prochaine des taxes carbone en Europe (qui reçoit une grande partie des exportations marocaines).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *