Aéronautique : Redécollage imminent…

Aéronautique : Redécollage imminent…

Le secteur continue malgré la pandémie de gagner la confiance des industriels et de donneurs d’ordre

Le Maroc a réussi à gagner ses lettres de noblesse dans l’industrie aéronautique comme leader sur le continent africain et d’intégrer la cour des grands players mondiaux. C’est ce qu’a indiqué Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’industrie, du commerce, de l’investissement et de l’économie numérique, lors d’une rencontre-débat virtuelle organisée, mardi 16 mars, au profit des acteurs publics-privés dans l’écosystème aéronautique. L’intervenant a fait part de la confiance gagnée du Royaume auprès de grands investisseurs reconnus mondialement dans le secteur, qui se sont déjà installés ou ceux qui présagent de s’y implanter. M. Elalamy a tenu à rappeler que l’impact de la pandémie sur le secteur avec l’arrêt de 95% du trafic aérien, le Maroc n’a pas été fortement touché par cette crise et a pu également susciter l’intérêt des grands donneurs d’ordre, quant aux décisions concernant leur reprise après le Covid-19. Cette marque de confiance a permis au Maroc de la conclusion de plusieurs partenariats avec les géants de l’aéronautique, dont celui signé avec Boeing pour fabriquer et acheter au Maroc un milliard de dollars de pièces aéronautiques par an, permettant ainsi d’y créer autour d’un écosystème de sous-traitants. Dans ce contexte actuel, le secteur compte toujours 142 entreprises. Côté emploi, «nous avons eu 10% de pertes, contre 43% enregistrés au niveau mondial», a-t-il dit, avant d’ajouter qu’en matière de chiffre d’affaires à l’export, le secteur aéronautique marocain a connu un repli de 29% en 2020, contre 50% constatés à l’échelle internationale.

«Les intervenants ont convenu convenu cette montée en puissance du secteur aéronautique est due grâce à des stratégies de développement industrielles avec des infrastructures de qualité et un environnement propice à l’investissement dans de ce domaine. Ce qui a permis à l’écosystème aéronautique d’intégrer l’échiquier mondial au niveau de sa production et de ses performances», a fait savoir Karim Cheikh, président du Groupement des industries marocaines aéronautiques et spatiales (GIMAS). Les industriels peuvent se projeter sereinement, selon l’intervenant, dans l’avenir grâce à des plan et des actions de promotion et de communication sur le secteur. «Nous accompagnons également les PME et PMI dans l’amélioration des performances et l’excellence dans l’aéronautique avec les programmes du Maroc d’appui aux PME», a-t-il souligné. De son côté, Benbrahim Al Andaloussi, président de l’Institut des métiers de l’Aéronautique (IMA), a fait part que les investisseurs ont besoin de talents et des meilleures conditions possibles pour pouvoir s’implanter rapidement au Maroc. Dans ce contexte, l’IMA a été créé, selon l’intervenant, grâce à un partenariat entre les industriels, le département de l’industrie, le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour pouvoir répondre à la demande des industriels en ressources humaines.

Selon M. Al Andaloussi qu’en tant au cœur du dispositif de développement de l’industrie de l’aéronautique, l’IMA a pu conclure des partenariats avec le système universitaire pour permettre de contribuer à cette montée en qualité et en compétences du secteur.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *