Accueil Economie Agriculture durable, fer de lance de la stratégie «Al Jayl Al Akhdar»
EconomieSpécialUne

Agriculture durable, fer de lance de la stratégie «Al Jayl Al Akhdar»

Elle place la donne climatique au cœur de ses priorités

Promouvoir une agriculture résiliente et durable est l’une des orientations stratégiques définies dans le cadre de la nouvelle stratégie agricole. L’agriculture marocaine entame pour ce nouveau cap une mutation structurelle vers plus d’inclusion et de compétitivité. L’ambition étant de renforcer le modèle de développement agricole à travers une utilisation efficace et durable des ressources utilisées. «Al Jayl Al Akhdar» place ainsi la donne climatique au cœur de ses priorités.

A cet égard, la vision agricole projette de mettre en place un bon nombre d’actions préservant ainsi le secteur agricole des aléas climatiques. Ces mesures tombent à point nommé puisque le Maroc fait face à l’une des plus fortes vagues de sécheresse. Une conjoncture qui exige l’instauration de mesures proactives et structurantes. La stratégie agricole accorde dans ce sens un intérêt particulier à la gestion des ressources hydriques en encourageant le recours aux techniques innovantes. Il sera ainsi procédé à la mise en œuvre du programme de généralisation des techniques économes en eau dans le secteur irrigué. L’objectif fixé est de couvrir une superficie de 940.000 hectares à l’horizon 2027. D’autres actions sont engagées en vue de garantir le développement durable de la production agricole via la sécurisation des apports en eau d’irrigation. Plusieurs moyens sont à déployer dont le recours aux eaux non conventionnelles, la promotion de l’innovation et de la Green Tech ainsi que le développement de nouvelles variétés adaptées au contexte agroclimatique. Le développement de la filière d’une agriculture biologique figure également parmi les objectifs fixés dans le cadre de la nouvelle stratégie agricole. Cet aspect d’agriculture circulaire valorise en effet la réutilisation des matières organiques des cycles de production agricole aussi bien en termes d’élevage qu’en culture végétale. Al Jayl Al Akhdar vise dans ce sens à étendre les superficies bio pour atteindre les 100.000 hectares à l’horizon 2030 contre 12.000 hectares actuellement. La stratégie tend par ailleurs à renforcer la production bio aussi bien sur le marché local qu’à l’export.

La gestion des déchets constitue, également, une des pistes qui permettent d’inscrire le secteur dans l’agriculture circulaire. Dans ce sens, le département de l’agriculture œuvre à une meilleure gestion des sous-produits oléicoles (margines, grignons) à travers l’encouragement de la mise en place des unités de trituration bi-phasique et la valorisation de ces sous-produits. Dans ce cadre, une convention de partenariat relative aux projets de collecte, de traitement et/ou de valorisation des déchets issus de l’activité oléicole a été signée entre le ministère de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, le ministère de l’intérieur, les départements chargés du développement durable et de l’eau et la Fédération interprofessionnelle marocaine de l’olive (Interprolive).

Cette convention a permis la conclusion de deux conventions spécifiques pour la mise en place de deux bassins collectifs de traitement des margines à Meknès et à Ouazzane. Se référant à la tutelle, les déchets agricoles verts peuvent aussi être recyclés et utilisés comme emballage des produits agricoles par exemple. Ce type de projet sera encouragé dans le cadre de l’entrepreneuriat des jeunes. Il est à préciser que les déchets plastiques générés par l’activité agricole issus notamment de couverture des serres, du plastique de paillage, des gaines et tubes d’irrigation, du film de palissage et des emballages de produits phytosanitaires, nécessitent une intervention concertée de la part des différents départements. Le ministère de l’agriculture met l’accent dans ce sens sur la nécessité d’organiser la filière de collecte, de traitement et de recyclage.

C’est dans cette optique qu’une convention pour la valorisation des déchets plastiques d’origine agricole a été établie entre le secrétariat d’État chargé du développement durable, la wilaya de la région Souss-Massa, le conseil régional, la direction régionale de l’agriculture et l’Association agro-technologies du Souss-Massa afin de valoriser les déchets plastiques agricoles au niveau de cette région et mettre en place les bases de sa durabilité. Rappelons qu’en plus de l’intégration de la donne climatique dans la politique agricole, la stratégie «Al Jayl Al Akhdar» vise à promouvoir le capital humain agricole et l’intégration du secteur à son aval agro-industriel.

L’ambition étant de faire émerger une nouvelle génération de la classe moyenne agricole permettant à près de 400.000 ménages d’y accéder et en garantissant la protection sociale à environ 3 millions d’agriculteurs. La stratégie tend également à promouvoir une nouvelle génération de jeunes exploitants via la mobilisation et la valorisation d’un million d’hectares de terres collectives ainsi que la création de 170.000 emplois dans les services agricoles et la transformation.

Articles similaires

Le Festival Mawazine-Rythmes du Monde annonce son come-back en 2024

Après trois années d’interruption dues à la pandémie du Covid 19, le...

Salon Halieutis : Une vitrine pour l’économie bleue

Le Salon a ouvert ses portes mercredi à Agadir Evénement. Après un...

Coopération : La SFI réitère son appui aux réformes déployées par le Maroc

La Société financière internationale (SFI) réitère sa disposition à accompagner les réformes...

Le Maroc a accueilli près de 11 millions de touristes en 2022

Avec un taux de récupération de 84% par rapport à 2019 Retour...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux