970x250

Agrumes : Une production attendue de 460.000 t au périmètre de la Moulouya

Agrumes : Une production attendue de 460.000 t au périmètre de la Moulouya

La production d’agrumes au niveau du périmètre irrigué de la Moulouya devrait atteindre un volume d’environ 460.000 t durant la saison agricole 2021-2022, a indiqué la direction régionale de l’Agriculture de l’Oriental.

Ce volume est en progression de 10% par rapport aux résultats de l’année précédente, a souligné la direction régionale dans un communiqué, précisant que cette production comporte 205.000 t de clémentines et 159.000 t d’oranges Navel.
Sur le plan de l’exportation, les agrumes représentent 57% du volume global des produits d’origine végétale destinés aux marchés extérieurs, avec un volume exporté de 71.138 t en 2020-2021, dont 64% de clémentine.
Les agrumes représentent le cœur battant de l’agriculture dans la province de Berkane et le premier secteur employeur, cette province disposant de 86% de la superficie consacrée à cette arboriculture dans le périmètre de la Moulouya. De même, les agrumes représentent 42% des plantations de ce bassin et 25% de la superficie irriguée.

Ainsi, la superficie cultivée en agrumes a atteint 21.600 ha au niveau de ce périmètre irrigué, dont 65% destinés aux petits fruits, et cette superficie représente 17% de la surface globale destinée à cette culture au niveau national.
Par ailleurs, le secteur a enregistré ces dernières années un saut qualitatif en matière de systèmes d’irrigation, avec une superficie équipée en goutte-à-goutte représentant actuellement 80% de la surface totale destinée aux agrumes. L’agrumiculture a un impact très positif sur l’économie locale et nationale, avec une valeur ajoutée de 1,2 milliard de dirhams (MDH), représentant 23% de la valeur globale du secteur de production végétale, ce qui permet de générer plus de 2,8 millions de journées de travail par an au niveau des fermes et des stations de conditionnement et d’emballage, sans oublier la contribution aux rentrées en devises.

A noter que la province de Berkane dispose de 21 stations d’emballage et de 23 stations de conditionnement consacrées à l’exportation des agrumes, en particulier la clémentine de Berkane connue pour sa haute qualité au niveau national et international. Par ailleurs, la direction régionale de l’Agriculture a noté que la saison agricole 2021-2022 se déroule dans des conditions climatiques relativement tempérées en hiver, comme cela a été le cas en été à l’exception du mois d’août, qui a enregistré une température maximale de 37 degrés, avec une continuité des températures élevées jusqu’à fin octobre, ce qui a quelque peu impacté le volume des petits fruits.
Le volume des précipitations n’a, quant à lui, pas dépassé les 263 mm, contre 308 mm durant la même période de la saison dernière.

Pour ce qui est des retenues des barrages du complexe hydraulique de la Moulouya, elles ont fortement régressé, avec un volume de 207 millions m3, (28% du niveau normal en avril 2021) contre 413 millions m3 durant le même mois de la saison dernière, soit un déficit de 50%.
Dans ce contexte climatique difficile et devant le manque des ressources en eau dans le complexe hydraulique de la Moulouya, l’Office régional de mise en valeur agricole de la Moulouya (ORMVAM) a pris plusieurs mesures visant à rationaliser la gestion de la répartition des eaux d’irrigation au niveau de l’ensemble des zones de production de ce périmètre, notamment en fournissant les producteurs en eau au cours des phases les plus importantes de croissance des fruits.
Ces mesures portent aussi sur la mise en service continue des deux stations de pompage sur les rives gauche et droite de la Moulouya, en vue de remédier au manque accru en eau dans ce bassin, en plus de recourir à l’irrigation par goutte-à-goutte et aux bassins de stockage d’eau, ce qui permet une meilleure maîtrise de l’opération d’irrigation. Ces techniques ont pour effet d’atténuer considérablement les effets du manque d’eau et d’atteindre un niveau de productivité élevé, en comparaison avec les fermes qui ne sont pas dotées de ces systèmes.

Les efforts fournis pour assurer et rationaliser les ressources hydriques et répondre aux besoins des agriculteurs ont aussi eu un effet positif sur le moral des producteurs, qui aspirent à réaliser une saison agricole réussie malgré les conditions météorologiques défavorables, affirme la même source.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.