«Al Jayl Al Akhdar» et «Forêts du Maroc» : Mohamed Sadiki dresse un premier bilan

«Al Jayl Al Akhdar» et «Forêts du Maroc» : Mohamed Sadiki  dresse un premier bilan

Les deux stratégies affichent déjà des réalisations

Bien qu’elle prône des orientations sociales, en mettant l’élément humain au cœur de ses priorités, la nouvelle feuille de route tend également à consolider la dynamique d’investissement opérée dans le secteur à travers une approche participative et une dynamique public-privé indéfectible.

La nouvelle stratégie agricole «Al Jayl Al Akhdar» et «Forêts du Maroc» sont sur de bons rails. Bien que leur déploiement soit progressif, l’exécution de ces deux dispositifs marque après une année et demie de leur démarrage des signaux positifs.
Mohammed Sadiki, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts, a dressé lors de son passage lundi devant la commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants un premier bilan de la mise en œuvre de ces deux feuilles de route.
Retour sur les principales réalisations de 2021 et les chantiers prévisionnels de 2022.

Investissement agricole : 3,7 milliards DH d’incitations prévus par le FDA

La stratégie agricole Al Jayl Al Akhdar qui vient avec de nouvelles ambitions pour le monde rural conforte l’ambition du Maroc de transformer de façon structurelle son agriculture. Les engagements pris dans ce sens capitalisent sur les acquis du Plan Maroc Vert. Bien qu’elle prône des orientations sociales, en mettant l’élément humain au cœur de ses priorités, la nouvelle feuille de route tend également à consolider la dynamique d’investissement opérée dans le secteur à travers une approche participative et une dynamique public-privé indéfectible. En 2021, le Fonds de développement agricole (FDA) a alloué 4 milliards de dirhams d’incitations pour mettre en œuvre les premiers projets de cette stratégie. L’investissement privé s’est élevé pour sa part à 5,2 milliards de dirhams. Les prévisions de 2022 portent ainsi sur un appui de 3,7 milliards de dirhams de la part du Fonds de développement agricole ainsi que des investissements privés de l’ordre de 4,8 milliards de dirhams. Retour sur les principales réalisations.

Irrigation : Les efforts se poursuivent

Pour ce qui est de l’irrigation, une superficie de 110 millions d’hectares est identifiée dans le cadre de la mobilisation du réseau dans la grande hydraulique. Les travaux engagés en 2021 ont concerné une superficie de 70.000 hectares dont 21.900 achevés à ce jour. En 2022, il sera procédé à la finalisation de 10.000 hectares supplémentaires portant ainsi la superficie achevée à 31.950 hectares. La tutelle a également identifié 350.000 hectares à aménager avec de l’irrigation localisée sur la période 2020-2030. «La superficie irriguée à ce jour s’élève à 708.000 hectares dont 438.000 hectares réalisés au titre du Maroc Vert (2008-2019) et 110.000 hectares entre 2020 et 2021», souligne le ministre lors de son exposé.

Et de préciser que le programme prévu pour 2022 permettra de couvrir 45.000 hectares additionnels pour atteindre 753.000 hectares. Le budget prévisionnel est de l’ordre de 2,22 milliards de dirhams». Les prévisions relatives aux programmes d’extension de l’irrigation à l’aval des barrages existants ou en cours de construction portent sur une superficie de 72.500 hectares à l’horizon 2030. Les travaux concernent à ce jour 35.000 hectares dont 1.850 hectares réalisés l’année dernière. Pour 2022, les travaux se poursuivront sur 36.000 hectares, notamment au niveau des périmètres du Saiss, Sebou et Boudnib. Notons que plusieurs chantiers relatifs à l’irrigation seront lancés à partir de 2022 et ce dans le cadre de partenariats public-privé opérés dans le secteur. Citons dans ce sens le projet de Kadoussa au niveau d’Errachidia dont l’irrigation démarrera d’ici le début de l’année sur une superficie de 5.000 hectares. A cela s’ajoute le bassin de 5.000 hectares qui sera irrigué dans le cadre du projet de Dakhla. Parmi les projets prévus on relève également ceux de Tan Tan, du Gharb (30.000 hectares), de Bir jdid (3200 hectares) et Chtouka à Agadir (15.000 hectares).
Un budget prévisionnel de 2,1 MMDH pour l’agriculture solidaire

S’agissant de l’agriculture solidaire, 279 projets ont été mis sur les rails en 2021 profitant ainsi à 175.000 bénéficiaires. Ils permettront ainsi de créer 8.604 journées de travail et générer une valeur ajoutée de 4,52 milliards de dirhams. Cette dynamique sera maintenue au titre de l’exercice 2022 qui connaîtra en plus de la finalisation des 279 projets en cours la réalisation de 22 projets durables et la programmation de 40 nouveaux projets d’un coût global de 754 millions de dirhams. Le ministre a dans ce sens souligné que le budget prévisionnel pour l’agriculture solidaire est de 2,1 milliards de dirhams.

Développement rural : Une bonne dynamique s’opère

Mohamed Sadiki a également fait le point sur les actions menées pour renforcer le développement rural. Un budget prévisionnel de 6,7 milliards DH avec une contribution de 2,15 milliards DH du Fonds de développement agricole sera alloué pour la mise en œuvre des projets inscrits dans le cadre des programmes intégrés du développement local et le désenclavement des zones montagneuses et oasiennes. Des engagements de l’ordre de 176 millions de dirhams sont prévus pour la réalisation des dispositions du projet de développement rural dans l’Atlas enclenché depuis 2 ans et qui porte sur des composantes relatives au développement des filières animales et végétales ainsi que la modernisation et la valorisation des projets agricoles. Au programme également l’exécution du programme de développement rural au niveau de la région de Tanger-Tétouan Al-Hoceima mené, depuis une année déjà, en partenariat avec la Banque islamique de développement.

Il sera procédé en 2022 à la plantation des arbres fruitiers sur une superficie de 4.600 hectares, la construction de 41 kilomètres de routes rurales ainsi que l’aménagement hydraulique de 600 hectares. Les engagements à mobiliser dans ce sens sont estimés à 231 millions de dirhams. 2022 connaîtra par ailleurs la poursuite de la mise en œuvre d’un programme intégré à Taza en partenariat avec le Fonds international de développement agricole, en l’occurrence la poursuite de plantation de 4.200 hectares d’arbres fruitiers, le démarrage de 2.300 hectares additionnels sans oublier la construction de routes rurales. Sur ce volet, la tutelle poursuivra la réalisation des projets prévus dans le cadre du partenariat international pour une enveloppe de 143 millions de dirhams. Les efforts de mobilisation seront renforcés pour la réalisation de 9 nouveaux projets d’un budget global de 41,4 millions de dirhams. Rappelons qu’en 2021, il a été procédé à la mise en œuvre de partenariats conclus avec 16 provinces d’un montant de 1,11 milliard de dirhams ainsi que 46 conventions avec les acteurs locaux portant sur une enveloppe de 181,7 millions de dirhams dont une participation de 57,9 millions de dirhams de la part de l’Andzoa. La tutelle a également poursuivi la réalisation de 6 projets découlant du partenariat international d’un budget de 44,9 millions de dirhams et la réalisation de 9 autres d’un montant de 964 millions de dirhams.

Forêts du Maroc : Plusieurs chantiers ouverts

Mohamed Sadiki a donné par ailleurs un avant-goût du démarrage de la stratégie «Forêts du Maroc» qui vient mettre fin aux problèmes structurels dont souffre ce secteur. 2022 connaîtra le lancement de plusieurs projets relatifs au développement et à la réhabilitation des forêts. L’exercice 2022 marquera en effet une continuité des efforts engagés en 2020, notamment le déploiement progressif du programme de reboisement participatif, la gestion optimale des semences forestières, le développement et modernisation des semis forestiers, la création et gestion des parcs nationaux, la digitalisation du programme de développement forestier ainsi que la mise en place d’un nouveau modèle participatif. Il est à souligner que le patrimoine forestier du Maroc couvre une superficie de 9 millions d’hectares. La valeur du secteur est pour sa part estimée à 17 milliards DH.

Agriculture, eaux et forêts, développement rural et pêche

Investissement : Un budget de 15,5 MMDH arrêté pour l’exercice 2022

Le passage du ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts devant la Commission des secteurs productifs à la Chambre des représentants a été consacré à la présentation du budget sectoriel dudit département au titre de l’exercice 2022. Au total, 19,6 milliards de dirhams seront mobilisés en 2022 marquant ainsi une hausse de 6% comparé à l’année précédente. L’essentiel de ce budget sera consacré à l’investissement, soit 15,5 milliards de dirhams, en progression de 7% par rapport à l’exercice précédent contre 4,1 milliards de dirhams pour le fonctionnement (+3%).

S’agissant du budget d’investissement, 11,03 milliards de dirhams de cette enveloppe iront à l’investissement agricole, soit 4,4 milliards de dirhams pour l’irrigation et l’aménagement de l’espace agricole, 5,5 milliards de dirhams pour le développement des filières de production agricole, 640 millions de dirhams pour la sécurité sanitaire, 348 millions de dirhams pour l’enseignement et la recherche et 90 millions de dirhams pour le soutien et les services polyvalents. Le budget d’investissement prévu pour le développement rural est estimé à 2,68 milliards de dirhams. Il sera consacré aux programmes visant à réduire les disparités sociales et spatiales dans le monde rural (2,15 MMDH) et à assurer le désenclavement et un développement inclusif des zones rurales et de montagne (539 MDH).

Le département consacrera par ailleurs 1,54 milliard de dirhams pour l’investissement dans les eaux et forêts, notamment pour la mise en œuvre des programmes de protection et de sécurisation du domaine forestier (316 MDH), d’aménagement et développement forestier (771 MDH), de lutte contre la désertification et protection de la nature (331 MDH), ainsi qu’un programme transversal pour accompagner les interventions du département (126 MDH). S’agissant de la pêche maritime, le budget d’investissement est estimé à 221 millions de dirhams. Il sera alloué aux programmes de développement de la pêche et aquaculture et valorisation des ressources (175 MDH), de la qualification, la promotion socioprofessionnelle et la sécurité des gens de mer (23 MDH) et du pilotage et de la gouvernance (24 MDH).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *