Appuyant le Maroc dans sa démarche vers une relance intégrée et inclusive : Le social au cœur des priorités du FMI

Appuyant le Maroc dans sa démarche vers une relance intégrée et inclusive : Le social au cœur des priorités du FMI

Le chantier social sera le point focal de toutes les politiques économiques dans la région MENA. Le Fonds monétaire international (FMI) adhère pleinement à cette orientation et la place au cœur de ses priorités régionales pour ce nouveau cap.

Le Maroc sera parmi les premiers pays à profiter de l’expertise de l’institution financière internationale puisque le Royaume met sur les rails un chantier stratégique visant à promouvoir le volet social pour une relance intégrée et inclusive. « Le FMI noue avec le Maroc un partenariat prometteur qui a abouti sur les 10 dernières années à la réalisation de réformes structurelles ayant contribué à l’amélioration de la situation économique du pays et à la stabilité des agrégats macroéconomiques », peut-on relever de Jihad Azour, Directeur du département Moyen-Orient et Asie centrale du FMI lors d’un workshop virtuel auquel ont pris part des représentants de différents médias de la région.

Interrogé par ALM sur les éventuels axes de travail prévus avec le Maroc, M. Azour a indiqué que « les équipes du FMI sont en consultation permanente avec les autorités marocaines et suivent de près les grands chantiers en cours notamment le projet de la généralisation de la couverture sociale ». Un élément que le FMI juge important pour assurer une bonne relance non seulement au Maroc mais également dans les autres pays du MENA. « Nous estimons que la relance doit prendre en considération les enjeux sociaux. Nous avons revu notre programme avec la Jordanie pour élever les dépenses sociales et nous ferons de même pour les autres pays de la région y compris le Maroc ». M.Azour insiste lors de sa réponse sur une donne importante : « Chaque révision des dépenses globales doit être pour le soutien du secteur social et non pas à son détriment », précise-t-il. Le Maroc a bel et bien compris cet enjeu.

La crise sanitaire a révélé, en effet, des disparités sociales et territoriales auxquelles le Royaume a fait face en mettant en place un chantier ambitieux. Le Souverain lors dans son discours prononcé à l’ouverture de la session parlementaire d’automne a posé les jalons d’un plan de relance économique ambitieux articulé, entre autres, autour d’un grand projet de couverture sociale universelle. La finalité étant d’enrayer les effets de la crise et de favoriser la mise en œuvre optimale du nouveau modèle de développement du pays. Le projet de la couverture sociale porte sur quatre axes. Il s’agit d’étendre à l’horizon 2022 la couverture médicale. L’idée étant de permettre à 22 millions de bénéficiaires additionnels d’accéder à l’assurance maladie de base.

Il est, également, question de généraliser les allocations familiales au profit de 3 millions de familles bénéficiant, ainsi, à près de 7 millions d’enfants en âge de scolarité. La troisième orientation consiste à élargir la base d’adhérents au système de retraite en y incorporant environ 5 millions de Marocains parmi la population active non titulaire d’un droit à une pension. Et enfin généraliser l’accès à l’indemnité pour perte d’emploi au profit des Marocains ayant un emploi régulier.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *