Aquaculture : ProTerra fera de Dakhla un leader mondial dans la production du tilapia et l’agriculture saline

Aquaculture : ProTerra fera de Dakhla un leader mondial dans la production du tilapia et l’agriculture saline

Créée en 2014 après une visite de prospection à Dakhla par des investisseurs allemands, ProTerra Maroc investit aujourd’hui en force à Dakhla dans les secteurs de l’aquaculture et de l’agroalimentaire, et cible la production de 100 mille tonnes de tilapia par an.


Le vent, le soleil, le foncier et l’eau de mer la plus claire sont les quatre principaux facteurs qui ont encouragé ProTerra à investir dans l’aquaculture continentale et l’agriculture saline à Dakhla pour mettre sur le marché des produits exempts d’antibiotiques, d’hormones ou de produits chimiques selon les normes de l’ASC (Aquaculture Stewardship Council).
En effet, les poissons sont élevés dans des bassins sur la côte atlantique et des plantes d’eau salée (halophytes) sont également cultivées, et qui sont utilisées comme fourrage ou comme légumes. Tout cela se fait avec les sources d’énergie du soleil et du vent et l’eau de mer la plus claire comme ressource naturelle. Il n’existe actuellement aucun autre concept d’utilisation pour les terres utilisées, qui sont principalement constituées de pierres et de sable.

Aujourd’hui à Dakhla, la société se lance dans l’élevage du tilapia, le poisson d’élevage le plus répandu au monde. C’est le résultat de plusieurs années de croisements entre différentes espèces aux Pays-Bas. Cela permet non seulement de rendre le tilapia plus savoureux, mais aussi d’économiser la précieuse ressource que constitue l’eau douce.
Celle-ci a acheté les précieux poissons d’élevage à la société néerlandaise en janvier 2021. Ils sont ensuite développés dans leur propre station d’élevage et constituent la base de l’élevage dans l’aquaferme de ProTerra, et qui a mis en place une station de reproduction pour le tilapia et une station expérimentale supplémentaire pour les plantes et les poissons dans les locaux de Bio3 Dakhla à Taourta. Les plantes sont arrosées avec l’eau des bassins de poissons.

Centre de recherche

ProTerra s’efforce de mettre en place une production durable intégrée. Ce système de cycles nécessite une recherche et un développement continus. Il faut surtout étudier et évaluer les conditions locales, en particulier les conditions météorologiques. C’est la seule façon d’adapter les poissons et les plantes à l’environnement.
À cette fin, la société a construit un centre d’innovation sur son site de Tamaya. Il s’agit du centre de recherche et de développement de ProTerra Maroc Sarl. Il mène des recherches dans les domaines de l’aquaculture et de l’agriculture et travaille selon les critères de la durabilité, de l’écologie et de la protection de l’environnement.
À l’avenir, le centre ne sera pas seulement utilisé pour la recherche, mais aussi pour la formation continue des employés et des visiteurs intéressés par le biais d’expositions et d’événements.

L’agriculture saline

L’eau douce ne représente qu’environ 2 à 5% de l’eau totale du monde. L’un des objectifs de ProTerra est d’utiliser et d’améliorer les espèces végétales résistantes au sel pour une meilleure utilisation des sols salins. L’irrigation des plantes avec de l’eau salée est un défi pour les praticiens et les chercheurs du monde entier et présente un énorme potentiel de développement, en particulier pour les plantes succulentes.
Les plantes succulentes sont des plantes charnues qui sont adaptées pour survivre dans des environnements secs ou avec de fortes concentrations de sel en raison des caractéristiques du sol et du climat (dans ce dernier cas, on les appelle des plantes halophytes). Leur adaptation est liée à leur capacité à stocker de l’eau dans les feuilles, les tiges ou les racines et à diluer, voire à excréter, des niveaux de sel élevés.
Ces plantes se trouvent souvent près des côtes des océans. Elles peuvent absorber rapidement l’eau de pluie et utilisent souvent la brume marine du matin comme seule source d’eau.
«Les plantes ne doivent pas seulement être des aliments et du fourrage riches en protéines, mais elles ont aussi d’autres fonctions, elles protègent le sol contre l’assèchement et l’érosion, elles offrent de l’ombre et fournissent du bois de chauffage et du bois d’œuvre, et elles sont un biofiltre pour l’eau salée et l’eau douce», souligne à ALM Michael Wielage, gérant de la société.

Microalgues, le potentiel de l’avenir

A Dakhla, la précieuse microalgue spiruline est cultivée comme complément alimentaire sous la direction de ProTerra Maroc. Au cours de son développement, ProTerra Maroc a acquis 10 autres souches d’algues, qui sont actuellement testées pour leurs conditions de culture. L’eau saline des bassins d’algues est utilisée pour la culture de plantes salines, par exemple les salicornes.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *