Accueil Economie Arcelor entame en fanfare sa cotation en bourse
Economie

Arcelor entame en fanfare sa cotation en bourse

Arcelor a débuté en fanfare, hier, sa cotation en bourse de Paris, gagnant jusqu’à 12,3% à 15,33 euros dans les premières minutes après une brève réservation à la hausse du nouveau numéro un mondial de l’acier.
Les autorités de marché françaises avaient retenu 13,65 euros comme prix indicatif pour Arcelor, soit le cours de clôture du 28 janvier du titre Usinor, jour de la clôture de l’offre publique d’échange des titres Arcelor contre ceux du sidérurgiste français, du luxembourgeois Arbed et de l’espagnol Aceralia. Dans le même temps, à Bruxelles, le titre a commencé sur une hausse de 1,72% à 15,25 euros, tandis qu’à Madrid, il s’adjugeait 1,60% (15,25 euros). « C’est un groupe énorme, c’est normal que cela se passe bien », estime un trader commentant les premiers pas boursiers d’Arcelor. Un autre intervenant souligne qu’il s’agit d’une valeur « cyclique qui, comme les autres, est plutôt recherchée ». Lundi 18 février, la Deutsche bank a annoncé qu’elle démarrait son suivi du géant de l’acier avec une recommandation à « achat » avec un objectif de cours de 21 euros.
L’action Arcelor remplacera Usinor dans l’indice euronext 100 et fera son entrée dans le sbf 120 et le sbf 250 après trois jours de cotation. le nouveau leader mondial de l’acier est également donné comme entrant dans l’indice phare de la bourse de paris, le Cac 40. Né d’une fusion de trois milliards de dollars entre les sidérurgistes français Usinor, luxembourgeois Arbed et espagnol Aceralia, Arcelor est solidement installé à la place de numéro un mondial, que ses concurrents japonais, coréens ou américains ne devraient pas lui ravir de sitôt. « Avec une production annuelle prévue autour de 46 millions de tonnes d’acier, ses concurrents sont très loin derrière lui », relève un analyste parisien, spécialiste de l’acier. Par comparaison, les hauts-fourneaux du japonais nippon steel, numéro deux mondial, produisent 29 millions de tonnes par an, tandis que le coréen Posco (Pohang iron and steel co ltd) vient immédiatement derrière avec 28,4 millions de tonnes.
Globalement, Arcelor devrait décoller en termes de rentabilité dès 2003, année pour laquelle Sg securities prévoit une marge opérationnelle de 8,1% du chiffre d’affaires (hors synergies) contre 2,3% pour 2001 et 2002.

Articles similaires

Une caravane du CRI-Nord pour appuyer et accompagner les porteurs de projets

Destinée à sillonner jusqu’au 23 février les huit provinces et préfectures de...

Un livre blanc prône la stratégie «Total experience»

Destiné aux professionnels du marketing et de la transformation digitale

Introduction en Bourse : Les ingrédients de réussite dévoilés par les acteurs du marché

La réussite d’une introduction en Bourse est tributaire d’une bonne communication visant...

Salon Halieutis : De nombreuses entreprises primées à Agadir

Les lauréats recevant les prix des mains du ministre Sadiki. Consécration » ...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus