970x250

Artisanat : Des exportations en croissance de 31% à fin avril

Artisanat : Des exportations  en croissance de 31% à fin avril

Plusieurs mesures ont été prises pour accompagner le secteur

Les artisans sont appelés à s’inscrire au Registre national de l’artisanat en tant que cadre réglementaire destiné à la protection, l’organisation, la préservation et la promotion de leurs savoir-faire, ce qui leur permet également de bénéficier d’une couverture sanitaire ainsi que d’autres programmes d’accompagnement, d’encadrement et de formation assurés par l’Etat.

Le secteur de l’artisanat marque un bon redémarrage avec la reprise de l’activité touristique. Il enregistre ainsi une augmentation des exportations de 31% à fin avril 2022. Lors d’un récent passage à la Chambre des conseillers, la ministre du tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, Fatim-Zahra Ammor, a souligné que cette évolution dépasse de 19% le volume des exportations enregistré avant la crise sanitaire. Il faut dire que le secteur a fortement souffert de la crise sanitaire, notamment l’artisanat d’art. Et pour cause, ce dernier dépend des touristes étrangers, a fait observer la ministre, notant que ce segment compte 18% de la main-d’œuvre du secteur. Au cours de son intervention, la ministre a indiqué que le ministère s’est focalisé sur deux principaux axes, à savoir la structuration et l’organisation du secteur, et le développement de l’offre et de la commercialisation.

Registre national : Plus de 160.000 artisans inscrits

Le premier axe d’intervention du département de l’artisanat a pris en compte le fait qu’un grand nombre d’artisans travaille dans le secteur informel, ce qui implique une urgence en matière de structuration et d’organisation. A cet égard, Fatim-Zahra Ammor a fait part de la publication par le ministère des décrets d’application relatifs à la mise en œuvre des dispositions de la loi N 50-17 relative à l’exercice des activités de l’artisanat afin d’organiser et de promouvoir 172 professions, et la création d’une plateforme électronique du Registre national de l’artisanat permettant aux artisans de s’inscrire à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS). Pour la ministre, ces mesures revendiquées par les Chambres d’artisanat et les Chambres professionnelles sont à même d’accélérer le système de couverture sanitaire du secteur, en concertation avec l’ensemble des partenaires, précisant que plus de 164.000 artisans ont été inscrits audit Registre jusqu’à la première semaine du mois de juin. Dans ce sens, les artisans sont appelés à s’inscrire au Registre national de l’artisanat en tant que cadre réglementaire destiné à la protection, l’organisation, la préservation et la promotion de leurs savoir-faire, ce qui leur permet également de bénéficier d’une couverture sanitaire ainsi que d’autres programmes d’accompagnement, d’encadrement et de formation assurés par l’Etat. Concernant le deuxième axe, la ministre a expliqué que la mise en œuvre des programmes relatifs à l’appui technique aux complexes d’artisanat se poursuit comprenant la réhabilitation des infrastructures actuelles et la création de nouvelles infrastructures comme les espaces d’exposition, de vente et les maisons de l’artisan dans le monde rural. A ce titre, 64 projets sont en cours de réalisation. S’agissant de l’accompagnement des professionnels en matière de promotion des produits artisanaux, la responsable gouvernementale a évoqué le lancement d’une vaste campagne pour commercialiser les créations des artisans dans plusieurs grands centres commerciaux de plusieurs villes marocaines. Cette opération pilote sur laquelle travaille le ministère offre une opportunité aux artisans d’améliorer leurs revenus pour atténuer les répercussions de

la crise sanitaire. Renforcement des plateformes e-commerce

Les accords liés au e-commerce avec les plateformes du secteur ont été renforcés par la signature d’une convention de partenariat, entre le ministère et un établissement bancaire, pour proposer un nouveau produit de financement à des conditions préférentielles et un accompagnement non financier au profit de tous les artisans. Par ailleurs un programme de promotion des exportations afin que le secteur ne soit pas affecté par les aléas du tourisme a été élaboré. Par ailleurs, le ministère œuvre également à une révision de la Semaine nationale de l’artisanat pour permettre au plus grand nombre d’artisans d’en bénéficier, notamment à travers l’intégration de la dimension internationale axée sur les exportations.

Lancement d’un cadre contractuel complet entre les acteurs concernés

Quatorze conventions ont été signées à Rabat, le 14 juin 2022, entre le ministère du tourisme, de l’artisanat, de l’économie sociale et solidaire, la Maison de l’artisan et les partenaires institutionnels et professionnels. Il s’agit d’une convention-cadre entre le ministère du tourisme, la maison de l’artisan et la Fédération des Chambres d’artisanat, d’une convention-cadre entre le même ministère, la Maison de l’artisan et la Fédération des entreprises d’artisanat et de 12 conventions entre la Maison de l’artisan et l’ensemble des Chambres régionales d’artisanat. Pour la ministre du tourisme, de l’artisanat et de l’économie sociale et solidaire, l’objectif de ces conventions serait de lancer un nouveau cadre contractuel plus complet et de répondre aux aspirations et objectifs des différents segments de la filière, notamment les artisans individuels, les entreprises et entrepreneurs de l’artisanat, les syndicats ainsi que les coopératives. Il s’agit aussi de les accompagner au niveau de toute la chaîne de valeur. Dans cette perspective, la conclusion de ces partenariats s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du contenu de la stratégie de développement du secteur, notamment la partie relative au renouvellement du cadre de coopération entre les différents signataires. Notons que ces accords se focalisent sur 5 axes principaux, à savoir la production, le marketing, la formation, l’accompagnement de la digitalisation. A cela s’ajoute l’intégration des unités de production dans le tissu économique structuré. A partir de ces axes, les Chambres et la Fédération des entreprises de l’artisanat établiront un programme de travail annuel qui devra définir l’ensemble des activités à mettre en œuvre, et les moyens nécessaires pour y parvenir.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.