Balance commerciale : Le gap frôle les 81 milliards de dirhams

Balance commerciale : Le gap frôle les 81 milliards de dirhams

Le déficit marque un creusement de 10,4%

Les voyages, principale composante des échanges de services, affichent un solde excédentaire en baisse de 72,3%, soit 10,67 milliards de dirhams de moins que la même période de l’année passée. Une évolution qui est attribuable au recul des recettes de voyages de 12,44 milliards de dirhams soit un repli de 62,7%.

Bien que les exportations soient sur un trend haussier, l’écart commercial est loin d’être résorbé. Se référant aux données de l’Office des changes, le déficit commercial s’est creusé à fin mai de 10,4%, soit une accentuation de 7,62 milliards de dirhams. Le manque à gagner est ainsi estimé à 80,95 milliards de dirhams contre 73,33 milliards de dirhams à la même période de l’année précédente. Le taux de couverture s’est pour sa part amélioré de 2,7 points grimpant à 61% au cinquième mois de l’année contre 58,3% une année plus tôt. Il est à noter que depuis la reprise progressive de l’activité économique suite à la levée des restrictions, les ventes du Maroc affichent une bonne dynamique à l’export. Les expéditions connaissent en effet un redressement soutenu marquant ainsi une croissance à deux chiffres en glissement annuel. Détail des principales tendances commerciales relevées à fin mai 2021.

Hausse de 49,5% des exportations
automobile
Globalement, les exportations du Maroc se seraient consolidées selon l’Office des changes de 24,1% comparé à la même période de l’année précédente gagnant en glissement annuelle 24,1 milliards de dirhams. Elles se sont ainsi chiffrées à 126,68 milliards de dirhams contre 1002,53 milliards de dirhams une année plus tôt. «Cette hausse concerne les ventes de la majorité des secteurs, principalement le secteur de l’automobile, celui du textile et cuir et celui des phosphates et dérivés», relève-t-on de l’Office des changes. Les expéditions du secteur automobile ont repris le niveau de 2019. Elles se sont hissées à 35,38 milliards de dirhams en consolidation de 11,7 milliards de dirhams, soit une progression de 49,5%. «Cette évolution s’explique, principalement, par la hausse des ventes du segment de la construction (+44%) et celles du segment du câblage (+47,4%)», peut-on relever de l’Office des changes. Les exportations du textile et cuir se sont pour leur part affermies de 38,8% réalisant un additionnel de l’ordre de 3,82 milliards de dirhams. Le secteur a ainsi réalisé des ventes à l’export de 13,62 milliards de dirhams contre 9,38 milliards de dirhams plus tôt. Une évolution attribuable à la hausse de 44,8% des ventes des vêtements confectionnés et de 55,3% de celles des articles de bonneterie. L’Office des changes relève par ailleurs une hausse de 17,4% des exportations des phosphates et dérivés ainsi qu’une progression de 6,7% des ventes de l’agriculture et de l’agroalimentaire. Les expéditions de l’électronique et de l’électrique ainsi que celle des autres extractions minières ont affiché des hausses respectives de l’ordre de 40,2% et de 55,2%.

Plus de 200 milliards DH de marchandises importées

Franchissant le seuil des 200 milliards de dirhams, les importations marocaines ont affiché à fin mai une hausse de 18,1%, soit des achats additionnels de l’ordre de 31,77 milliards de dirhams. Se référant à l’Office des changes, cette hausse s’explique par «l’augmentation des achats de la totalité des groupes de produits, principalement des produits finis de consommation (+12,64 MMDH), des demi-produits (+6,83 MMDH), des biens d’équipement (+6,28 MMDH) et des produits énergétiques (+2,79 MMDH). L’Office des changes précise dans ce sens que la hausse des importation des produits finis de consommation fait suite essentiellement à l’augmentation de 57,1% des achats des parties et pièces pour voitures de tourisme et de 54 ,2% de ceux des voitures de tourisme». En effet, après une baisse affichée en 2020 suite aux effets de la Covid-19, les importations de ces deux produits repartent à la hausse pour atteindre des niveaux presque similaires à ceux réalisés en 2019» , apprend-on de même source. Notons que les importations des demi-produits se sont élevées à 45,15 milliards de dirhams à fin mai 2021 progressant ainsi de 17,8%. Cette évolution est attribuable principalement à la hausse de 72,5% des achats des fils, barres et profilés en cuivre. Par ailleurs, les achats des biens d’équipement ont augmenté de 14,4%, passant, en une année, de 43,50 milliards de dirhams à 49,79 milliards de dirhams à fin mai 2021. «La part de ces deux groupes de produits dans le total des importations à fin mai 2021 se situe à 45,7%», souligne l’Office des changes.

36,34 milliards DH transférés par les Marocains du Monde

Pour ce qui est des échanges de services, leur balance a affiché au titre des cinq premiers mois un excédent en baisse de 38,9%. Les voyages, principale composante des échanges de services, affichent un solde excédentaire en baisse de 72,3%, soit 10,67 milliards de dirhams de moins que la même période de l’année passée. Une évolution qui est attribuable au recul des recettes de voyages de 12,44 milliards de dirhams soit un repli de 62,7%. Ces recettes se sont situées à 7,38 milliards de dirhams à fin mai 2021 contre 19,83 milliards de dirhams une année auparavant. En parallèle, les dépenses voyages ont baissé de 34,9% perdant ainsi 1,76 milliard de dirhams. En ce qui concerne les transferts de fonds des Marocains du Monde, ils se sont établis à 36,34 milliards de dirhams à fin mai contre 24,19 milliards de dirhams une année auparavant, marquant ainsi une hausse de 50,2% soit un additionnel de 12,15 milliards de dirhams.

Les IDE se stabilisent

Du côté des investissements directs étrangers, l’Office des changes relève une stabilisation de 7,85 milliards de leur flux se situant ainsi à un niveau identique à la même période de l’année précédente. Ceci résulte de la hausse de 16,8% des recettes au moment où les dépenses se sont accrues de 55% sur la même période. S’agissant des investissements directs marocains à l’étranger, ils se sont situés autour de 7,17 milliards de dirhams enregistrant une hausse de 98,5% à fin mai. Toutefois cet accroissement estimé à 3,56 milliards de dirhams reste inférieur à celui réalisé par les cessions de ces investissements (3,89 milliards de dirhams). A cet effet, le flux net des investissements directs marocains à l’étranger marque un repli de 19% comparé à la même période de l’année passée.

 

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *