970x250

Banque centrale populaire : Un Produit net bancaire de 10,5 milliards de dirhams au 1er semestre

Banque centrale populaire : Un Produit net bancaire de 10,5 milliards de dirhams au 1er semestre

Affichant une amélioration de 3%

La Banque centrale populaire (BCP) affiche des résultats au vert au premier semestre de l’année. Le produit net bancaire du Groupe affiche une consolidation de 3% atteignant à fin juin les 10,5 milliards de dirhams. Cette hausse profite d’après la communication financière de la BCP de l’évolution de la marge d’intérêt et de la marge sur commissions. Ces dernières se sont renforcées respectivement de 5,9% et 6,7%. Se référant au groupe bancaire, «cette performance traduit les efforts consentis par le Groupe dans l’optimisation du coût des ressources et de la bonne performance des filiales aussi bien au Maroc qu’en Afrique subsaharienne». Et de poursuivre que «ces réalisations ont permis de compenser la baisse de 16,9% du résultat des activités de marché, du fait de l’impact de la hausse des taux sur le portefeuille de trading».

La BCP observe au premier semestre de l’année une évolution de 4,4% des frais généraux. Ils se sont ainsi établis à 5,1 milliards de dirhams. Par ailleurs, le coefficient d’exploitation ressort à fin juin autour de 48,7%. Le Groupe continue par ailleurs d’améliorer son niveau de provisions et ce en dépit du contexte marqué par une levée des restrictions sanitaires dans l’essentiel de ses pays d’implantation. «En dépit du ralentissement économique, le coût du risque consolidé s’est ainsi allégé de près de 18% pour s’établir à 1,8 milliard de dirhams», relève-t-on de la BCP. Pour ce qui est du résultat net consolidé, il s’est redressé de 18,6% atteignant au premier semestre de l’année les 2,4 milliards de dirhams. Le résultat net part du groupe ressort quant à lui autour de 1,8 milliard de dirhams, en progression de 16,6%. Il est à souligner que le Groupe BCP a intensifié ses efforts dans l’ensemble de ses pays d’implantation en vue de maintenir la proximité avec ses clients, usant de l’ensemble de ses moyens humains et plateformes technologiques.

Les dépôts du Groupe se sont ainsi appréciés de 3,5% pour s’établir à 353,8 milliards de dirhams. Les crédits bruts se sont, pour leur part, affermis de 1,3%, comparé à fin décembre 2021, se chiffrant ainsi à 292 milliards de dirhams. S’agissant de l’activité Maroc, les résultats atteints par la BCP ressortent en phase avec le contexte économique. A cet égard, les dépôts de la clientèle au Maroc ont affiché une hausse de 3,8%, soit une consolidation de 10,2 milliards de dirhams pour atteindre les 278,5 milliards de dirhams à fin juin. «Cette évolution provient aussi bien des particuliers (+5,6 milliards de dirhams) que des entreprises (+4,4 milliards de dirhams)», explique la BCP dans sa communication financière. Et de préciser que «compte tenu de ces évolutions, la structure des ressources ressort améliorée avec une part non rémunérée qui se monte désormais à près de 74%». S’agissant du financement de l’économie nationale, l’encours total de la banque au Maroc s’est élevé à 202,3 milliards de dirhams à fin juin. «Dans un contexte de hausse des taux sur le marché, le PNB de la banque au Maroc a été impacté par une valorisation à la baisse du portefeuille de trading», fait savoir le Groupe.

Et d’expliquer que «ce recul a été toutefois atténué par la bonne évolution de la marge sur commissions qui gagne 11,7%, comparativement à la même période en 2021». Des réalisations qui réaffirment l’engagement de la banque au Maroc dans l’accompagnement de ses clients en toute circonstance, animée par ses valeurs de proximité et de citoyenneté. Par ailleurs, les filiales du Groupe ont continué au premier semestre d’améliorer leur contribution dans le PNB consolidé couvrant ainsi 51% des parts. «Avec une contribution de 25% au PNB consolidé, les filiales à l’international clôturent le premier semestre sur de bonnes performances. Ainsi, le PNB s’est amélioré de 7%, grâce notamment au redressement des activités d’intermédiation et des commissions (en particulier au niveau du Bénin, Congo et Madagascar) et la bonne tenue de l’activité trésorerie (notamment en Côte d’ivoire et au Cameroun)», explique le Groupe.

En parallèle, les filiales métiers au Maroc ont amélioré leur PNB de 4% au premier semestre. Une croissance portée par la reprise de l’activité des sociétés de financement spécialisées (notamment Maroc Leasing, Attawfiq Microfinance et Bank Al Yousr) et la bonne performance de Maroc Assistance International. Au total, la contribution des filiales métiers au Maroc s’est établie à 26 % au premier semestre 2022.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.