Banque centrale populaire : Une digitalisation accélérée et une résilience confirmée face à la Covid

Banque centrale populaire : Une digitalisation accélérée et une résilience confirmée face à la Covid

La Banque centrale populaire a accéléré l’enrichissement de son offre digitale en 2020.

Circonstance l’oblige. Le groupe bancaire a lancé une panoplie de parcours facilitant l’accès aux citoyens aux services bancaires dans un contexte marqué par la limitation de déplacement. Les offres ont porté entre autres sur la demande de crédit consommation depuis l’application Pocket Bank ou encore sur l’entrée en relation avec les Marocains du monde. Les indicateurs relevés à fin 2020 témoignent de cette transition. Il ressort que 65% des transactions réalisées auprès du groupe ont été effectuées à travers le canal digital. La Banque centrale populaire relève également 79% des ouvertures de comptes digitalisées et 530.000 clients actifs en ligne, soit un trafic en hausse de 32,5% comparé à 2019.

Ces indicateurs ont été dévoilés en marge d’un point de presse virtuel durant lequel le management du groupe a établi une radioscopie de l’activité Banque centrale populaire au titre de l’exercice 2020. Principal constat : l’activité bancaire du groupe a maintenu un rythme soutenu en 2020 malgré l’atonie de la conjoncture. L’exécutif de la Banque centrale populaire observe dans ce sens une «évolution soutenue des dépôts bancaires dépassant celle des crédits qui conforte et une dynamique des crédits bancaires en particuliers les crédits à la trésorerie». Sur le plan financier, le Produit net bancaire consolidé a affiché une résilience au titre de l’exercice 2020. Cette bonne dynamique intègre un effet de paramètre lié à l’acquisition de trois nouvelles filiales. Autre facteur ayant contribué à la solidité du PNB, on cite l’optimisation du coût des ressources au Maroc et le développement du périmètre à l’international. A cet effet, le PNB a marqué une progression de 8,3% pour atteindre les 19,28 milliards de dirhams fin 2020.

Le Résultat net consolidé s’est en revanche replié de 67% revenant ainsi à 1,28 milliards de dirham contre 3,88 milliards de dirhams une année auparavant. La rentabilité est en effet altérée par l’impact combiné du don Covid et du coût du risque. La BCP fait part également d’un additionnel important du coût du risque. «Ceci reflète la posture conservatrice du groupe dans l’appréhension du risque de crédit», relève-t-on de la BCP. Le coût du risque bancaire de la BCP s’est ainsi situé autour de 2,56 milliards de dirhams en baisse de 138,8%. Le résultat net part du groupe s’est pour sa part décontracté de 59% basculant de 2,99 milliards de dirhams à 1,22 milliard de dirhams.

Rappelons que lors de cette webconférence, la BCP s’est exprimée sur ses futurs projets. Citons dans ce sens l’externalisation de son Fonds OPCI dès cette année. Cet instrument que le Groupe bancaire a mis en place depuis une année, porte sur 170 agences du Groupe au Maroc d’une valeur dépassant le 1 milliard de dirhams. Le Groupe ambitionne également de capitaliser sur ces acquis et poursuivre l’élan amorcé en matière de rentabilité offerte aux actionnaires et au renforcement des fonds propres.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *