970x250

Banque mondiale : Un programme sur les rails pour renforcer la résilience climatique du Maroc

Banque mondiale : Un programme sur les rails pour renforcer la résilience climatique du Maroc

Sa clôture est prévue pour fin 2023

Ce projet entend améliorer les cadres institutionnels de financement des activités de réduction des risques de catastrophes et à renforcer la résilience financière des populations ciblées face aux aléas naturels.

La Banque mondiale réitère son soutien au Maroc dans sa lutte contre les risques climatiques. L’institution de Bretton Woods met en place un programme pour la résilience et la gestion intégrée des risques de catastrophes. Un dispositif initié en partenariat avec le ministère de l’intérieur et le ministère de l’économie et des finances. La finalité étant de renforcer la capacité du Maroc à faire face aux aléas naturels et aux changements climatiques, notamment en appuyant l’élaboration d’une stratégie nationale de gestion des risques de catastrophe. Pour faire face à l’intensification des risques d’origine climatique ou naturelle au Maroc, ce projet entend améliorer les cadres institutionnels de financement des activités de réduction des risques de catastrophes et à renforcer la résilience financière des populations ciblées face aux aléas naturels.

«Afin d’atteindre ces objectifs, la Banque mondiale a compté à la fois sur des financements et sur une assistance technique», indique la Banque mondiale dans un communiqué. Ainsi, deux prêts de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement (BIRD) ont été alloués au titre d’un programme axé sur les résultats (PforR). Un instrument de financement utilisé pour la première fois par la Banque mondiale pour des opérations de gestion des risques de catastrophe. La Banque mondiale a également indiqué qu’en mettant l’accent sur le renforcement de la gestion et du financement des risques de catastrophes, le programme contribue directement à l’objectif 10 du cadre de partenariat-pays établi avec le Maroc, qui vise à «améliorer l’adaptation au changement climatique et la résilience aux catastrophes naturelles».

La clôture dudit programme est prévue pour fin décembre 2023. D’ici là, ce dispositif continuera d’œuvrer pour l’amélioration de l’impact des projets de réduction des risques de catastrophes financés par le Fonds de lutte contre les effets des catastrophes naturelles (FLCN) et de soutenir l’opérationnalisation de la nouvelle Direction de la gestion des risques naturels. Cette dernière veillera à la pérennité des progrès réalisés par ledit dispositif. Notons que le programme de la Banque mondiale a permis au Maroc de mieux s’adapter au changement climatique et d’améliorer sa résilience aux catastrophes naturelles. La Banque mondiale indique dans ce sens que le FLCN a fait l’objet d’une refonte. Il est ainsi passé d’un mécanisme d’intervention d’urgence à un fonds national de résilience. En mars 2022, le fonds avait soutenu 180 projets de réduction des risques de catastrophes, pour un volume d’investissement total de 304 millions de dollars, dont 111 millions cofinancés par le FLCN. Pour rappel, la contribution de la Banque mondiale aux efforts de résiliation engagés par le Royaume s’est faite à travers des investissements structurels dans la réduction des risques pour plus de 174.000 bénéficiaires, tout en assurant près de 9 millions de personnes contre les dommages corporels lors d’événements catastrophiques et en créant un fonds de solidarité au profit de près de 6 millions de personnes parmi les plus pauvres et les plus vulnérables du pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.