CouvertureEconomieUne

Big data et IA pour modéliser l’investissement privé

© D.R

Démarche, liste des membres, objectifs… les détails de la première réunion du comité de pilotage du projet de création de l’Observatoire national

Gouvernance : Le gouvernement veut accélérer la mise en place de l’Observatoire national de l’investissement. Le comité de pilotage vient de tenir une première réunion en présence de toutes les parties prenantes. Les détails.

Un Observatoire national de l’investissement 2.0. Les responsables veulent s’appuyer sur les dernières technologies pour le déploiement de cet organe. Dans les détails, Mohcine Jazouli, ministre délégué chargé de l’investissement, de la convergence et de l’évaluation des politiques publiques, a présidé le premier comité de pilotage du projet de création de l’Observatoire national de l’investissement. Ce chantier s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des Hautes instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI de mobiliser 550 milliards de dirhams d’investissements privés et créer 500.000 emplois entre 2022 et 2026. Ces objectifs ont été formulés et mis en œuvre aux niveaux régional et sectoriel, en coordination et avec la participation de tous les acteurs du secteur public et du secteur privé au niveau national et au niveau des douze régions, pour faire de l’investissement un moteur de décollage économique dans notre pays.

Dans ce sens, l’Observatoire national de l’investissement permettra de coordonner les efforts de tous les organismes et institutions qui produisent des statistiques liées à l’investissement, au climat des affaires et à l’emploi, et de les traduire en indicateurs objectifs et à valeur ajoutée pour suivre l’investissement privé et ses évolutions. Grâce aux technologies du big data et de l’intelligence artificielle, cet Observatoire, outil de collecte des informations liées à l’investissement, collectera, traitera et analysera les données afin de mieux encadrer et piloter le développement de l’investissement privé et sa modélisation. Concrètement, cet Observatoire sera conçu et développé selon une démarche basée sur la notion de construction conjointe, en s’appuyant sur l’expérience et les connaissances statistiques de tous les partenaires de l’Observatoire, représentés au sein du comité de pilotage. Il s’agit notamment du ministère de l’intérieur, le ministère de l’économie et des finances, le Haut-Commissariat au Plan, Bank Al-Maghrib, la Direction générale des impôts, la Trésorerie générale du Royaume, l’Office des changes, la Direction des établissements publics et de la privatisation, la Direction des études financières et prévisions, la Direction des domaines de l’Etat, l’Agence nationale de la conservation foncière, du cadastre et de la cartographie, la Caisse nationale de sécurité sociale, l’Agence marocaine pour le développement des investissements et des exportations, l’Office marocain de la propriété industrielle et commerciale, l’Observatoire marocain pour les TPE, petites et moyennes entreprises, le Comité national pour le climat des affaires et les Centres régionaux d’investissement.

Le ministre Jazouli a présidé le premier comité de pilotage du projet de création de l’Observatoire national de l’investissement.

Charte
L’accélération du chantier de l’Observatoire national arrive alors que les investissements connaissent une nouvelle dynamique. La Commission nationale des investissements (CNI) a approuvé des projets d’investissement d’un montant total dépassant 152 milliards de dirhams (MMDH) depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle Charte de l’investissement et son opérationnalisation, a indiqué, mardi à Rabat, Mohcine Jazouli. En réponse à une question sur «les mesures pour stimuler l’investissement privé» posée par le groupe de la Confédération générale des entreprises du Maroc à la Chambre des conseillers, le ministre a fait savoir que ces projets permettront de créer 71.300 emplois directs et indirects, confirmant que l’investissement privé au Maroc «a connu une dynamique positive». De plus, le ministre a estimé que, comparativement aux anciens dispositifs de soutien à l’investissement, la nouvelle Charte de l’investissement a permis d’attirer un plus grand nombre de projets d’investissement contribuant davantage à la création d’emplois. Afin de poursuivre cette dynamique de l’investissement au niveau local, M. Jazouli a mis en avant l’action du gouvernement pour la mise en œuvre d’une nouvelle vision des Centres régionaux d’investissement (CRI). Cette vision vise à les transformer en acteurs majeurs de la promotion de l’investissement régional en leur fournissant un cadre juridique adéquat et les ressources nécessaires afin d’accompagner davantage de projets d’investissement.
Parallèlement, le ministre a indiqué qu’en exécution des Hautes Instructions Royales, le gouvernement œuvre à promouvoir l’investissement privé productif et créateur d’emplois, et à l’orienter vers les secteurs prometteurs afin de réaliser une avancée qualitative en matière de développement. Concernant l’opérationnalisation de la nouvelle Charte de l’investissement, M. Jazouli a rappelé l’activation du dispositif de soutien principal à l’investissement et du dispositif dédié aux projets stratégiques, avant de souligner une amélioration du climat des affaires et une facilitation du processus d’investissement grâce à la mise en œuvre de la nouvelle feuille de route pour l’amélioration du climat des affaires 2023-2026. A noter enfin que le Maroc s’est doté d’une nouvelle Charte de l’investissement. Cette dernière vise essentiellement à «porter l’investissement privé aux deux tiers de l’investissement global à l’horizon 2035, conformément aux recommandations contenues dans le Nouveau modèle de développement».
Les objectifs de cette charte portent sur la création d’emplois stables, la réduction des disparités entre les provinces et les préfectures du Royaume en matière d’attraction des investissements, l’orientation de l’investissement vers les secteurs d’activité prioritaires et les métiers d’avenir. Il s’agit également de l’amélioration de l’environnement des affaires et la facilitation de l’acte d’investir, le renforcement de l’attractivité du Royaume en vue de l’ériger en hub continental et international pour les investissements directs étrangers, l’encouragement des exportations et du développement des entreprises marocaines à l’international et l’incitation à la substitution des importations par la production locale.

Cet Observatoire sera conçu et développé selon une démarche basée sur la notion de construction conjointe, en s’appuyant sur l’expérience et les connaissances statistiques de tous les partenaires de l’Observatoire.

Arsenal juridique

Arrêtés. En avril 2023, le gouvernement avait annoncé l’élaboration, dans les délais fixés, de l’arsenal juridique relatif au dispositif principal de soutien à l’investissement et au dispositif spécifique de soutien applicable aux investissements stratégiques. Un communiqué du département du chef de gouvernement avait alors signalé dans ce sens que «le chef de gouvernement Aziz Akhannouch a apposé sa signature sur les arrêtés relatifs à la mise en œuvre du dispositif principal de soutien à l’investissement. Le gouvernement aura ainsi édicté l’ensemble des textes réglementaires relatifs à la mise en œuvre du dispositif principal de soutien à l’investissement et du dispositif de soutien spécifique applicable aux projets d’investissement à caractère stratégique, objets du décret 2.23.1 adopté par le Conseil de gouvernement en date du 26 janvier 2023 et publié au Bulletin officiel en date du 23 février 2023». Ces arrêtés s’inscrivent dans le cadre du respect par le gouvernement des dispositions de l’article 40 de la nouvelle Charte de l’investissement, qui stipule que «l’Etat s’engage à édicter les textes nécessaires à la mise en œuvre du dispositif de soutien principal et du dispositif de soutien spécifique applicable aux projets d’investissement à caractère stratégique, dans un délai n’excédant pas trois (3) mois à compter de la date de la publication de la loi-cadre au Bulletin officiel», avait rappelé le communiqué.

Bilan

Montant total

La Commission nationale des investissements (CNI) a approuvé des projets d’investissement d’un montant total dépassant 152 milliards de dirhams (MMDH) depuis l’entrée en vigueur de la nouvelle Charte de l’investissement et son opérationnalisation.

Comparaison

Comparativement aux anciens dispositifs de soutien à l’investissement, la nouvelle Charte de l’investissement a permis d’attirer un plus grand nombre de projets d’investissement contribuant davantage à la création d’emplois

Activation

L’activation du dispositif de soutien principal à l’investissement et du dispositif dédié aux projets stratégiques, a eu comme effet une amélioration du climat des affaires et une facilitation du processus d’investissement grâce à la mise en œuvre de la nouvelle feuille de route pour l’amélioration du climat des affaires 2023-2026.

Articles similaires

ActualitéUne

En application des Hautes Instructions Royales, M. Akhannouch préside une réunion consacrée au recensement général de la population

Mobilisation générale pour la réussite du Recensement général. En application des Hautes...

ActualitéUne

Une réunion mercredi du Conseil de gouvernement

Un Conseil de gouvernement se tiendra mercredi sous la présidence du chef...