Economie

BMCE Bank : Une progression de 4%

Après leur passage obligé devant le CDVM (conseil déontologique des valeurs mobilières), les résultats financiers de la BMCE Bank, au titre du premier semestre 2002, sont enfin publics. L’approbation des comptes s’est déroulée en conseil d’administration le 25 septembre dernier. C’est ainsi qu’un montant de 1,06 milliards de DH a été enregistré au titre du produit net bancaire agrégé (PNB). D’ailleurs, la progression atteinte est de l’ordre de 4% à fin juin 2002, en comparaison avec la même période une année auparavant. Cette sensible amélioration résulte notamment par l’importante quote-part «des activités génératrices de commissions». Il faut dire que la contribution des commissions dans le produit net bancaire agrégé des banques du royaume s’intensifie de plus en plus.
Au niveau de la BMCE Bank, la stratégie empruntée s’est notamment impliquée dans la promotion et le développement de produits particuliers. Il s’agit dans le cas d’espèce des produits et des revenus aussi bien de la bancassurance, les opérations relatives au commerce extérieur. Aussi, la salle des marchés de la banque a été par conséquent très active. En revanche, le résultat net agrégé a enregistré une réduction de l’ordre de 5,6%, compte tenu de la hausse des dotations nettes aux provisions clients. Ces dernières ont affiché une progression de plus de 51,6%. Aussi, le résultat net agrégé s’est établi à 191,2 millions de DH au terme du premier semestre 2002. Résultat qui est de l’ordre de 202,7 milliards de DH, une année auparavant. Quant au résultat brut d’exploitation agrégé, il a connu une tendance en hausse. Il a ainsi évolué de plus de 4,38%, pour se fixer à un montant de 446,5 millions de DH. Si l’on ne comptabilise pas les opérations sur immobilisations financières, cette progression pourrait s’élever et atteindre le taux de 6,95%.
Par ailleurs, le volume des dépôts agrégés de la clientèle, se solde par un montant de 39,2 milliards de DH, ce qui traduit une progression de 4,9%, par rapport au premier semestre de l’année précédente, soit au 30 juin 2001. De plus, en matière de répartition des dépôts clientèle s’est diversifiée. Entre les mois de juin 2001 et juin 2002, la quote-part des dépôts non rémunérés a augmenté de près d’un pourcent, passant ainsi de 48,4% à 49,6%. Si l’on relève un certain développement de l’activité de banque de détail, c’est qu’un certain nombre de facteurs y a contribué.
C’est ainsi que d’une part, le nombre des comptes actifs de la clientèle a progressé pour atteindre 87 000 nouveaux comptes. D’autre part, le nombre des contrats de bancassurance contractés a augmenté d’environ 50%. Autre volet, celui de la monétique s’est accru de près de 30% du stock des cartes monétiques valides. La bancarisation de la population est en bonne voie.

Articles similaires

EconomieUne

Nadia Fettah participe à Nairobi aux Assemblées annuelles 2024 de la BAD

La ministre de l’Économie et des Finances et gouverneur du groupe de...

EconomieUne

Le Maroc médiateur entre les USA et l’Europe ?

Un think tank américain propose de rassurer les partenaires européens sur l’alliance...

EconomieUne

World Future Health Africa 2024 : La Health Tech devra révolutionner le secteur de la santé en Afrique

Le digital a un rôle central à jouer pour révolutionner le secteur...

Economie

Nuti Ivo crée une tannerie moderne au Maroc

Ce projet devrait générer un chiffre d’affaires annuel de 300 millions de...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux

Articles les plus lus