Bourse de Casablanca : Un nouveau compartiment de cotation pour les entreprises de taille intermédiaire

Bourse de Casablanca : Un nouveau compartiment  de cotation pour les entreprises  de taille intermédiaire

Ceci concerne principalement les Entreprises de taille intermédiaire (ETI). Conjointement, l’Autorité marocaine du marché de capitaux (AMMC) et la Bourse de Casablanca viennent de mettre en place un nouveau compartiment dans le but d’améliorer l’accès au financement de ces entreprises par le marché boursier en cette période de relance.

Ce nouveau compartiment pour la négociation des titres de capital au niveau du marché principal, dit «Principal F», répond à la demande des professionnels et des émetteurs de faciliter l’accès à la Bourse aux ETI, qui ne peuvent satisfaire aux critères d’admission des compartiments du marché principal A et B, et qui ne peuvent être considérés comme des PME éligibles au marché alternatif.

En améliorant son offre de financement, la Bourse de Casablanca vise à soutenir les entreprises marocaines à dépasser la crise actuelle, en leur donnant accès à un pool d’investisseurs, notamment institutionnels et internationaux, fortement demandeur de nouveaux papiers, et en leur ouvrant de nouvelles perspectives de développement.

Pour être cotée sur ce nouveau compartiment, une entreprise doit répondre à certains critères liés notamment à la diffusion dans le public d’un minimum de 10% des titres du capital, avec la possibilité d’appliquer, après accord de l’AMMC, un seuil inférieur selon la capitalisation de l’émetteur, sans être toutefois en dessous de 5%, à la réalisation d’une opération d’un montant minimum de 100 millions de MAD, en fonction des caractéristiques de l’opération et au respect des autres conditions des compartiments A et B du marché principal, notamment en termes de nombre d’exercices certifiés et de normes pour les comptes consolidés.

En entreprenant la création de ce nouveau compartiment, la Bourse de Casablanca indique dans un communiqué vouloir répondre à la nécessité d’accompagner de manière volontariste le tissu économique marocain en cette période de relance, faisant usage des nouvelles prérogatives octroyées par le nouveau règlement général, notamment les dispositions de l’article 2.1.4.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *