Cafés-causeries de l’Initiative américaine d’autonomisation par le commerce : Cafés-causeries de l’Initiative américaine d’autonomisation par le commerce Un fructueux échange marque l’étape Maroc

Cafés-causeries de l’Initiative américaine d’autonomisation par le commerce : Cafés-causeries de l’Initiative américaine d’autonomisation par le commerce Un fructueux échange marque l’étape Maroc

Le commerce et l’entrepreneuriat ont été à l’ordre d’une réunion virtuelle qu’a tenue Camille Richardson, sous-secrétaire adjointe au commerce des États-Unis pour les marchés mondiaux au Moyen-Orient et en Afrique, avec un groupe de femmes entrepreneures et de représentantes gouvernementales marocaines et américaines.

Une rencontre qui s’inscrit dans le cadre de la série de cafés-causeries de l’Initiative d’autonomisation par le commerce que la sous-secrétaire adjointe Richardson organise avec des femmes entrepreneures dans de nombreux pays de la région, dont le Kenya, l’Ethiopie et le Maroc. Le tout sera couronné par un événement multirégional à Dubaï en collaboration avec Trade Winds Dubai, en mars 2022, avec des activités coïncidant avec la Journée internationale de la femme 2022.

L’échange, ayant eu lieu la semaine dernière avec les femmes entrepreneures du Maroc, tend à encourager la prospérité par un engagement commercial mutuellement avantageux. «Les panélistes ont partagé de précieuses perspectives sur l’entrepreneuriat féminin, les opportunités commerciales au Maroc et le potentiel des relations d’affaires entre les entreprises dirigées par des femmes aux États-Unis et au Maroc», apprend-on dans ce sens. Intervenant dans ce sens, Shakir Farsakh, responsable commercial principal au consulat général des États-Unis à Casablanca, a souligné le potentiel du marché marocain et les opportunités de coopération commerciale entre le Maroc et les États-Unis.

«Etant donné que Casablanca est le centre économique du Maroc, le Service du commerce extérieur du consulat des États-Unis à Casablanca s’emploie à promouvoir les nombreux avantages du commerce entre nos deux pays», apprend-on à cet effet. Notons que cette discussion autour d’un café au Maroc reflète la haute priorité que la mission diplomatique des États-Unis au Maroc accorde non seulement aux relations commerciales entre les États-Unis et le Maroc, mais aussi à l’importance de trouver des opportunités économiques dans tous les secteurs, y compris pour les femmes entrepreneures dynamiques du Maroc.

Ce programme fait suite à la récente visite virtuelle de la sous-secrétaire adjointe Richardson au Maroc, qui a eu lieu du 16 au 18 mars étant marquée par des réunions productives avec des entrepreneurs marocains et des représentants du gouvernement marocain relevant du ministère du transport, de l’équipement, de la logistique et de l’eau et de l’Office national de l’eau et de l’électricité. Rappelons que le Maroc et les États-Unis d’Amérique ont signé en 2004 un accord de libre-échange en vigueur depuis 15 ans. A ce titre, les exportations du Maroc vers les États-Unis ont augmenté de plus de 200 %. L’accord de libre-échange avec les États-Unis, ainsi que l’amélioration constante de l’environnement des affaires au Maroc contribuent aux efforts du Maroc visant à devenir «la porte d’entrée de l’Afrique».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *