Capitalisation boursière à fin 2019 : La part des investisseurs étrangers s’élève à plus de 200 milliards DH

Capitalisation boursière à fin 2019 : La part des investisseurs étrangers s’élève à plus de 200 milliards DH

A fin 2019, les investisseurs étrangers représentent 31,94% de la capitalisation boursière. Selon le dernier rapport de l’Autorité marocaine du marché des capitaux (AMMC) sur l’investissement étranger en instruments financiers, cette part atteint un montant de 200,19 milliards de dirhams (MMDH). Elle reste presque au même niveau que l’année précédente (32,56%).

Capitaux étrangers : Croissance de plus de 5% des montants investis
Du côté des montants investis, il ressort que les capitaux étrangers sont en croissance de 5,61%, à savoir de 189,56 milliards en 2018 à 200,19 milliards de dirhams en 2019. Cette évolution est attribuée à l’augmentation des prix des actions cotées composant les portefeuilles des étrangers, précise-t-on. Dans la même période, l’investissement étranger compte l’ensemble des entreprises cotées à la Bourse de Casablanca à des niveaux variables, en référence à leur capitalisation boursière. Il s’avère que pour 50 sociétés, l’investissement étranger constitue moins de 25% de leur capitalisation boursière (dont 43 sociétés pour moins de 10%). On note également que pour 9 sociétés, l’investissement étranger représente une part comprise entre 25% et 50%. Dans la même logique, 7 sociétés ont une part du capital entre 50 et 75% et 9 sociétés ont une part du capital détenu par les étrangers représentant plus de 75%.

Sur le plan de prépondérance des participants stratégiques, l’AMMC souligne que par convention toute participation qui représente plus de 4% du capital d’une société cotée est qualifiée de stratégique. De même, les participations stratégiques dominent l’investissement étranger en titres cotés, puisqu’elles représentent plus de 91% du total des montants investis, en quasi-stagnation par rapport au niveau enregistré en 2018. Au niveau de la quasi-stagnation de la part flottante des capitaux étrangers en actions cotées, il ressort que de manière générale, la part flottante (participations inférieures à 4 % du capital) de l’investissement étranger à la Bourse de Casablanca reste marginale dans la mesure où elle ne constitue que 2,71% de la capitalisation boursière à fin 2019. Dans le même sens et à l’échelle de la capitalisation boursière flottante, la part flottante de l’investissement étranger est de 11,33%.

Participation stratégique : Électricité et équipements électroniques se taillent la part du lion
Par secteur, «Électricité» et «Équipements électroniques et électriques» détiennent respectivement 86% et 84% des participations stratégiques, par les sociétés Taqa Morocco et Nexans Maroc. Ils sont suivis des secteurs «Boissons» (50%), «Télécommunications» (53%), «Ingénieries et biens d’équipement industriels» (52 %) et «Services aux collectivités» (51%). Du côté des investissements minoritaires (participations non stratégiques), on compte le secteur «Matériels, Logiciels et Services informatiques» (11,7%), suivi des secteurs «Distributeurs», «Boissons» et «Équipement Électronique et Électrique» avec des taux de détention respectifs de 10,8%, 6,3% et 5,1%.

Les investisseurs venant d’Europe et du Moyen-Orient dominent à 95%
A eux seuls, les investisseurs venant d’Europe et du Moyen-Orient détiennent 95% de l’investissent global des étrangers et plus de 30% de la capitalisation boursière. Dans son rapport l’AMMC dévoile qu’en termes de valeur, ils affichent un montant de 190 milliards de dirhams en 2019 en croissance de 4,39% par rapport à 2018 (182 milliards de dirhams). Il y est précisé aussi que la part des investissements du Moyen-Orient dans la capitalisation boursière demeure au même niveau que l’année 2018 avec 16,64% en 2019 alors qu’un léger recul a été remarqué du côté des investissements de l’Europe dont la part est passée de 14,63% à 13,7%. Par ailleurs, la part dans l’investissement étranger global a connu une augmentation pour le Moyen-Orient de 52,08% en 2019 contre 51,05% en 2018. En revanche, les investisseurs européens sont passés de 44,94% en 2018 à 42,93% en 2019.

Hausse de la part des investissements du Moyen-Orient : Les détails

Dans son rapport l’AMMC explique la hausse des investissements du Moyen-Orient (pour une valeur supplémentaire de 7,5 milliards de dirhams) par l’appréciation des prix des actions détenues par les investisseurs originaires de cette zone géographique. «Les Émirats Arabes Unis ont enregistré une valeur additionnelle de 6,6 milliards de dirhams pour atteindre un montant d’investissement global de 95,5 milliards de dirhams en 2019 (soit 47,7% de l’investissement global étranger), sous l’effet direct de la hausse du cours de l’action de l’opérateur télécoms Ittissalat Al-Maghrib (+8,13%) qui constitue l’actif principal du portefeuille émirati», relève la même source ajoutant que les investisseurs en provenance de l’Asie (hors Moyen-Orient) ont vu leur participation se hisser à 2,76 milliards de dirhams en raison de l’acquisition de 5,4% du capital d’une banque marocaine par l’intermédiaire d’un «Global Custodian» (institution financière qui fournit des services de garde de titres et des services associés à des investisseurs transfrontaliers principalement institutionnels) basé à Singapour.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *