Centre national de l’arganier : Les travaux seront lancés cette année

Centre national de l’arganier : Les travaux seront lancés cette année

Le CNA aura pour mission de représenter un écosystème unique au monde

Les travaux de construction du Centre national de l’arganier (CNA) seront lancés cette année. L’annonce a été faite par Aziz Akhannouch, ministre de l’agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts en marge de la célébration de la Journée mondiale de l’arganier.
Relevant de l’Agence nationale pour le développement des zones oasiennes et de l’arganier (ANDZOA), le CNA s’étale sur un terrain d’une superficie de 6.000 m2 et aura pour missions de représenter un écosystème unique au monde et un terroir riche par sa diversité biologique et culturelle et comme pôle de compétences pour assurer un service de proximité de haut niveau au profit des différents partenaires pour la promotion et le développement de toutes les activités liées à l’arganier.

Les objectifs stratégiques à atteindre par le CNA consistent en la promotion du patrimoine naturel et culturel matériel et immatériel lié à l’arganeraie et l’arganier par la réalisation et l’animation d’une plate-forme d’interprétation culturelle, environnementale et éducative. La conception et la réalisation d’une plate-forme de gestion des connaissances sur l’arganeraie (capitalisation, gestion, partage). L’encouragement de la recherche scientifique dans ce domaine par l’appui à la mise en place de programmes fédérateurs et la veille technologique.
Ce projet s’inscrit dans le cadre des efforts visant le renforcement de la recherche scientifique, le partage des connaissances sur l’arganier et la biosphère de l’arganeraie, la promotion du patrimoine naturel et culturel matériel et immatériel lié à l’arganier, outre le développement des produits et des dérivés de cet arbre endémique du Maroc.
La création de ce centre rentre dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations émises lors de Congrès international de l’arganier, tenu sous le signe «Capital naturel de l’arganeraie : valeur et valorisation», qui a connu la participation de chercheurs, d’académiciens nationaux et internationaux et des acteurs économiques qui s’intéressent aux différents aspects liés au secteur de l’arganier.

Parmi les recommandations de cette 5è édition figurent l’appel au développement de la recherche sur les sciences sociales afin de mieux comprendre le fonctionnement de l’espace arganeraie dans toutes ses dimensions, le renforcement de la communication autour des résultats de recherche sur l’arganier pour en assurer le partage et la vulgarisation, ainsi que d’élargissement du programme de recherche dans la valorisation des sous-produits et l’élaboration des procédés de transformation agroalimentaire.
Le système choisi pour la construction de cette institution est une combinaison de deux types majeurs de structures : un système en béton armé (poteaux, poutres, dalles…) et une structure en bois lamellé collé (poutre droite, poutre treillis…).
Le produit de ces différents éléments combinés aux choix des matériaux de second œuvre ainsi qu’aux critères de confort, d’ergonomie et de sécurité seront soigneusement mis en œuvre pour permettre le bien-être des utilisateurs sans négliger l’effet énergétique et économique du système.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *