EconomieUne

Changement climatique : BAM se mobilise pour l’élaboration d’une stratégie de financement

Abdellatif Jouahri, wali de Bank Al Maghrib
Bank Al Maghrib (BAM) se mobilise aux côtés du ministère de l’Économie et des Finances et des autres régulateurs financiers pour l’élaboration d’une stratégie de financement de la lutte contre le changement climatique, a annoncé, vendredi à Rabat, le Gouverneur de la Banque Centrale, Abdellatif Jouahri.

« Cette stratégie devrait permettre d’évaluer le gap de financements verts et d’identifier les mesures et mécanismes à même de permettre au secteur financier national, ainsi qu’aux institutions financières étrangères, de massifier leurs contributions à la finance verte et climatique », a précisé M. Jouahri qui intervenait lors d’une conférence sur « l’impact macro-économique du changement climatique », co-organisée par BAM et la Banque centrale d’Espagne.

Cette stratégie, a-t-il soutenu, s’accompagnera de l’adoption d’une taxonomie financière verte nécessaire pour canaliser les flux financiers et prévenir le « green washing ».

Évoquant les efforts déployés par le Maroc pour faire face aux effets du changement climatique, M. Jouahri a passé en revue les conventions internationales en matière de climat ratifiées par le Royaume.

Le Royaume a lancé plusieurs programmes et stratégies sectorielles d’envergure, notamment le « Plan Climat National 2020-2030″, la  » Stratégie Nationale Bas Carbone à l’horizon 2050″et le « Plan National de l’Eau 2020-2050 », a-t-il rappelé.

Dans le secteur énergétique, les ambitions sont également élevées avec comme but de porter à 52% la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique d’ici 2030, a indiqué M. Jouahri, notant qu’en novembre 2021, le Maroc a présenté une Contribution Déterminée au Niveau National révisée avec un objectif, plus ambitieux, de réduction de 45,5% de ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030.

En matière de politique budgétaire, la loi-cadre sur la fiscalité adoptée en 2021 inclut parmi ses objectifs la promotion de la protection de l’environnement, notamment à travers l’instauration d’une taxe carbone, a-t-il dit.

« Au niveau de Bank Al-Maghrib, nous nous sommes inscrits depuis plusieurs années dans ces efforts nationaux et mondiaux de lutte contre le changement climatique et ses conséquences », a fait remarquer M. Jouahri. Ainsi, la Banque Centrale a édicté en 2021 une directive sur la gestion des risques financiers liés au changement climatique et à l’environnement et se penche actuellement sur de nouvelles directives réglementaires pour fournir aux banques des orientations sur les données à collecter et les indicateurs et métriques à mettre en place pour mesurer les risques climatiques émanant des grands emprunteurs et évaluer la part verte et durable de leurs portefeuilles.

Sur le plan de la gestion de ses réserves de change, Bank Al-Maghrib intègre le principe de durabilité dans sa directive d’investissement et ce, en favorisant les placements à caractère durable et responsable.

En tant qu’entreprise, Bank Al-Maghrib a renforcé ces dernières années son engagement environnemental, l’érigeant en axe majeur de sa politique de responsabilité sociétale. Elle a mis en place en 2019 une structure dédiée, pour une meilleure prise en compte du changement climatique dans ses missions et la réduction de l’empreinte environnementale de ses activités.

A cet égard, la Banque a réalisé en 2021 un bilan de ses émissions de gaz à effet de serre et a défini un plan de leur réduction comprenant principalement des programmes d’efficacité énergétique, d’utilisation des énergies renouvelables et de mobilité durable.

En 2022, elle a adopté une charte d’engagements pour une gestion responsable et durable des ressources en eau, contribuant ainsi à l’effort national en matière de rationalisation de cette ressource. Dans le même sens, BAM participe activement aux travaux de nombreuses instances internationales telles que le NGFS (le Réseau pour le verdissement du système financier) dont elle est membre du comité de pilotage, et renforce la coopération dans ce domaine avec les banques centrales partenaires et les institutions internationales, avec toujours pour objectif : mieux comprendre pour mieux agir.

Cette conférence a connu la présence notamment du ministre de l’Equipement et de l’Eau, Nizar Baraka, de la ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, Leila Benali, du président du Conseil économique, social et environnemental, Ahmed Reda Chami, du gouverneur de la Banque d’Espagne, Pablo Hernandez De Cos, de l’ambassadeur d’Espagne au Maroc, Ricardo Díez-Hochleitner, et des représentants des secteurs bancaire et financier marocains.

Articles similaires

ActualitéUne

La RAM et la CDG s’allient pour un écosystème TravelTech marocain

Royal Air Maroc (RAM) et la Caisse de dépôt et de gestion...

SociétéUne

Ce que révèle la carte sanitaire pour la région de Casa-Settat en 2023

Les écarts en matière de santé entre les régions continuent de se...

EconomieUne

SMIT : Une plateforme dédiée aux produits touristico-culturels en préparation

Basée sur la réalité virtuelle et l’IA générative

Economie

Retour des Summer Surprises de Emirates

Emirates lance des offres spéciales pour les voyageurs marocains qui se rendent...

EDITO

Couverture

Nos supplément spéciaux