Cheptel caprin : Les éleveurs de Chefchaouen formés à la conduite alimentaire

Cheptel caprin : Les éleveurs de Chefchaouen formés  à la conduite alimentaire

La répartition du cheptel et son importance selon les provinces fait ressortir que Larache totalise 25% des bovins et ovins, alors que les caprins sont plus répandus et dominants à Chefchaouen qui en compte 32%.

Aider à rehausser la productivité et la compétitivité des élevages des ruminants par la maîtrise et l’adoption de techniques améliorées en matière d’alimentation afin de développer la production et la qualité de la carcasse animale tout en préservant les ressources naturelles. C’est l’un des objectifs principaux d’une journée de formation et de sensibilisation organisée dernièrement à Chefchaouen à la conduite alimentaire des chevreaux, et ce au profit des éleveurs de cette province. Initiée par l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) (à travers le Centre régional de la recherche agronomique (CRRA) de Tanger) et la Direction provinciale de l’agriculture (DPA) de Chefchaouen, cette rencontre, à laquelle ont pris part les techniciens d’élevage et les cadres de la DPA, a porté, notamment sur «les techniques améliorée de la conduite alimentaire en relation avec l’utilisation rationnelle des pâturages sylvo-pastoraux et particulièrement l’engraissement des chevreaux préparés à l’occasion de l’Aïd Al Adha», selon les initiateurs de cette journée.
Animée par Dr. Mohamed Ayadi et Dr. Mohamed Acherkouk, spécialistes et chercheurs à l’unité de recherche sur la production animale à l’INRA-CRRA Tanger, cette rencontre faisait partie d’une série de formations, organisée à l’initiative de l’INRA et la DPA de Chefchaouen dans la perspective d’améliorer la conduite d’élevage caprin en relation avec l’utilisation des ressources fourragères pastorales dans cette région. «Parmi les objectifs des activités de recherche et développement du CRRA de Tanger, améliorer la productivité et la compétitivité des élevages des ruminants par la maîtrise et l’adoption de techniques améliorées en matière d’alimentation en vue d’améliorer la production et la qualité de la carcasse animale tout en préservant les ressources naturelles», a fait savoir Dr Ayadi, avant d’ajouter que ce type d’activités s’inscrit dans le cadre de la stratégie d’amélioration de la production animale de la filière des viandes rouges au niveau national, à travers les Plans agricoles régionaux déclinés de la nouvelle stratégie du secteur agricole «Génération Green (2020-2030)».
En se basant sur les données statistiques communiquées à l’issue de cette journée de formation, le cheptel dans la région de Tanger-Tétouan-Hoceima est constitué de quelque 344.000 têtes de bovins, 785.600 têtes d’ovins et 443.200 têtes de caprins. La répartition du cheptel et son importance selon les provinces fait ressortir que Larache totalise 25% des bovins et ovins, alors que les caprins sont plus répandus et dominants à Chefchaouen qui en compte 32%, permettant ainsi de contribuer au développement économique et social de cette province.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *