Commerce extérieur : Le déficit s’allège

Commerce extérieur : Le déficit s’allège

Il s’est résorbé de 25,6% à fin octobre

Les exportations se redressent d’un trimestre à l’autre. Elles continuent d’évoluer à un rythme plus élevé que celui des importations. On note ainsi une progression de 27,1% comparé aux trimestres précédents. Toutefois, la tendance des échanges extérieurs sur les dix premiers mois de l’année fait ressortir une baisse aussi bien pour les importations que pour les exportations. Se référant aux dernières statistiques de l’Office des changes, les achats du Maroc se sont rétractés de 16,6% tandis que les exportations ont reculé de 10,1% à fin octobre. Compte tenu de ces indicateurs relevés par l’Office des changes, le déficit commercial a affiché un allégement sur les dix premiers mois. L’écart s’est résorbé de 25,6%, soit une atténuation de l’ordre de 44,20 milliards de dirhams. Le taux de couverture s’est ainsi amélioré de 4,5% grimpant à 62,4%. Retour sur les principales évolutions observées à fin octobre.

Plus de 68 milliards DH d’importations en moins

La valeur globale des importations est revenue à 342,25 milliards de dirhams, soit 68,33 milliards de moins de ce qui a été réalisé à la même période de l’année précédente. Cette baisse s’explique par le recul des achats de la quasi-totalité des produits. Se référant à l’Office des changes, les importations des produits énergétiques se sont rétractées de 22,40 milliards de dirhams à fin octobre. La facture énergétique s’est ainsi établie à 41,14 milliards de dirhams contre 63,55 milliards de dirhams enregistrés à la même période de l’année précédente. «Le recul de la facture énergétique (-35,3%) est dû principalement à la baisse des approvisionnements en gas-oils et fuel-oils (-12.789 MDH)», apprend-on de l’Office des changes qui note par ailleurs une baisse de 19,82 milliards de dirhams des importations des produits finis de consommation et de 18,75 milliards de dirhams de celle des biens d’équipement. L’Office relève également une baisse de 11,39 milliards de dirhams des importations des demi-produits et de 2,64 milliards de dirhams de celles des produits bruts. En revanche, les achats des produits alimentaires se sont consolidés de 6,93 milliards de dirhams. Ces importations se sont chiffrées à 46,96 milliards de dirhams. Une progression qui s’explique par la hausse de 3,59 milliards de dirhams des achats du blé et de 1,47 milliard de dirhams de ceux de l’orge.

Les exportations automobiles toujours en repli

Pour ce qui est des exportations, elles ont perdu 24,12 milliards de dirhams de leur valeur au titre des dix premiers mois de l’année. Ainsi, les expéditions du Maroc sur le marché international ont généré un chiffre de l’ordre de 213,71 milliards de dirhams contre 237,84 milliards de dirhams atteints une année plus tôt. L’Office des changes a observé dans ce sens une baisse des ventes de l’ensemble des secteurs. La baisse la plus prononcée est celle des exportations automobiles. Le secteur a perdu 9,03 milliards de dirhams de son chiffre d’affaires à l’export totalisant ainsi des ventes de l’ordre de 57,75 milliards de dirhams contre 66,79 milliards de dirhams générés à la même période de l’année passée. «L’évolution des exportations du secteur automobile au titre des dix premiers mois de 2020 s’explique principalement par le recul des ventes du câblage (–24,2% ou -6.555 MDH), de la construction (-17,3% ou -4.870 MDH) et de l’intérieur véhicules et sièges (-12,5% ou -835 MDH) », relève-t-on de l’Office des changes. Et de préciser que «la part de ce secteur dans le total des exportations s’élève, ainsi, à 27% contre 28,1% un an auparavant». Le secteur du textile et cuir continue d’afficher une contre-performance à l’export. Ses exportations se sont inscrites en baisse de 5,86 milliards de dirhams, soit une variation négative de l’ordre de 18,7%. Le secteur qui subit toujours les effets de la crise sanitaire a été affecté par de 4,39 milliards de dirhams des ventes des vêtements confectionnés et de 1,4 milliard de dirhams des articles de bonneterie. Le secteur de l’aéronautique a vu ses ventes fléchir de 28,6% perdant ainsi 4,08 milliards de dirhams de son chiffre d’affaires à l’export. Les exportations de phosphates et dérivés ont pour leur part reculé de 2,2% au moment où celles de l’agriculture et agroalimentaire ont affiché une stagnation (-0,5%) par rapport au niveau atteint une année auparavant.

Les transferts MRE en hausse

S’agissant de la balance des services, elle ressort excédentaire mais à un niveau inférieur comparé à l’année précédente. L’excédent est estimé à 44,01 milliards de dirhams, en baisse de 42,1%. S’agissant de la balance voyages, l’excédent enregistré à fin octobre est en repli de 63,8%. Ceci s’explique par des recettes en baisse de 40,42 milliards de dirhams (-60,2%) conjuguées à des dépenses en retrait de 8,92 milliards de dirhams (-50,4%). S’agissant des recettes MRE, elles maintiennent leur trend haussier. Les envois de fonds se sont ainsi redressés de 1,7% se situant à 55,83 milliards de dirhams contre 54,88 milliards de dirhams une année auparavant. Pour ce qui est des investissements directs étrangers, leur flux net est en constante baisse. Une dépréciation de 31,2% a été relevée à fin octobre portant ainsi le flux à 11,69 milliards de dirhams contre 16,99 milliards de dirhams une année plus tôt. Les investissements directs marocains à l’étranger ont atteint pour leur part les 6,27 milliards de dirhams, en baisse de 33,5%. Les cessions de ces investissements ont plus que doublé sur les dix premiers mois de l’année. L’Office des changes observe dans ce sens une hausse de 1,41 milliard de dirhams.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *