970x250

Comparé à la campagne agricole 2020-2021 : La production des olives en progression de 21%

Comparé à la campagne agricole 2020-2021 : La production des olives en progression de 21%

La superficie oléicole est passée de 720.000 ha en 2007 à plus de 1.200.000 ha lors de la campagne 2021-2022. Niveau production, elle a quasiment triplé passant d’une moyenne annuelle sur la période 2003-2007 de 549.000 t à 1,9 million de tonnes durant les quatre dernières années.

Ainsi, la production des olives est à plus de 1,9 million de tonnes, soit une progression de 21% comparativement à la campagne 2020-2021, qui était d’environ 1,6 million de tonnes. La production de l’huile d’olives devrait atteindre 200.000 tonnes, selon les données du ministère de l’agriculture et Interprolive. Composante fondamentale du secteur agricole, la filière oléicole est la principale espèce fruitière cultivée au Maroc. Elle constitue 65% de l’arboriculture nationale avec une forte concentration au niveau de Fès-Meknès et Marrakech-Safi. Dans ce sens, la filière occupe une place importante dans la lutte contre l’érosion, la valorisation des terres agricoles et l’adaptation aux impacts des changements climatiques.

De plus, elle compte 51 millions de journées de travail par an, soit 13% de l’ensemble des journées de travail offertes par le secteur agricole. Cette filière permet également de couvrir 19% des besoins totaux en huiles alimentaires. Par ailleurs, les déchets solides des olives ou grignons bruts renferment la coque du noyau, la peau et la pulpe broyée de l’olive, environ 25% d’eau et encore une quantité d’huile qui favorisent leur altération rapide. «Le traitement des olives au Maroc génère une quantité non négligeable de grignons et la valorisation de ce sous-produit constitue une voie considérable pour le verdissement de la chaîne de valeur oléicole.

Les efforts de modernisation de la filière oléicole, consentis par les différentes parties prenantes, se poursuivent pour améliorer la production en qualité et en quantité et réduire l’impact des déchets sur l’environnement», rappelle la même source relevant que les unités de trituration s’orientent de plus en plus vers le processus à deux phases (huile d’olive + grignon humide) et les grignons générés peuvent être valorisés pour produire de l’énergie thermique, électrique ou encore comme bio-combustible.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.