Comptes nationaux : La reprise se confirme

Comptes nationaux : La reprise se confirme

Consommation, investissement… les clignotants sont au vert au T2-2021

L’année 2021 semble déjà faire oublier 2020. Et pour cause, le Produit intérieur brut (PIB) en volume a enregistré un rebond de 15,2% durant le deuxième trimestre 2021 au lieu d’une récession de 14,2% une année auparavant. C’est ce que confirme la dernière note du Haut-commissariat au Plan (HCP) au sujet des performances économiques au deuxième trimestre de l’année 2021. «Aux prix courants, le PIB a connu une augmentation de 16,8% durant le deuxième trimestre 2021. De ce fait, la hausse du niveau général des prix a été de 1,6% au lieu d’une baisse de 0,4% une année passée», précise la même source signalant une augmentation de la demande intérieure. «La demande intérieure a progressé de 16,7% au deuxième trimestre 2021 au lieu d’une baisse de 12,7% la même période de l’année 2020, contribuant ainsi pour 18,2 points à la croissance économique nationale au lieu d’une contribution négative de 13,8 points», explique le HCP ajoutant dans ce cadre que les dépenses de consommation finale des ménages ont connu une hausse de 15,2% au lieu d’une baisse de 16,8%, contribuant pour 8,5 points à la croissance au lieu d’une contribution négative de 9,8 points. De même, la consommation finale des administrations publiques a affiché une augmentation de 4,8% au lieu de 3%, avec une contribution à la croissance de 1,1 point au lieu de 0,6 point. De son côté, l’investissement brut (formation brute de capital fixe et variation de stocks) a enregistré une hausse de 28,9% au lieu d’une forte baisse de 15,1%, avec une contribution à la croissance de 8,6 points au lieu d’une contribution négative de 4,7 points, durant le même trimestre de l’année précédente.
Exportations en hausse

Selon le HCP, les exportations ont affiché une hausse de 25,6% durant le deuxième trimestre 2021 au lieu d’une baisse de 32,3%, avec une contribution à la croissance de 7,7 points au lieu d’une contribution négative de 12,7 points. De leur côté, les importations de biens et services ont augmenté de 27,2% au lieu d’une baisse de 25,7%, avec une contribution à la croissance négative de 10,7 points au lieu d’une contribution positive de 12,4 points une année passée.

Dans ce cadre, les échanges extérieurs de biens et services ont continué à dégager une contribution négative à la croissance, se situant à 3 points au lieu de 0,4 point le même trimestre de l’année précédente. Par ailleurs, le HCP signale une aggravation du besoin de financement de l’économie. «Aux prix courants, avec la hausse du PIB de 16,8% au lieu d’une baisse de 14,6% et l’augmentation des revenus nets reçus du reste du monde de 44,9% au lieu de 22,9%, le revenu national brut disponible a connu une progression de 17,2% au lieu d’une baisse de 12,2% durant le deuxième trimestre de l’année 2020», explique-t-on au HCP. Et de conclure: «Compte tenu de la hausse de 13,3% de la consommation finale nationale en valeur au lieu d’une baisse de 10,8% enregistrée une année auparavant, l’épargne nationale s’est située à 30,5% du PIB au lieu de 27,7%. L’investissement brut a atteint 33,4% du PIB au lieu de 29% durant le même trimestre de l’année précédente. Le besoin de financement de l’économie nationale a connu ainsi une hausse, passant de 1,3% du PIB à 2,9%».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *