970x250

Conférence mondiale villes & ports : Le développement de l’économie bleue au cœur du débat

Conférence mondiale villes & ports : Le développement de l’économie bleue au cœur du débat

Des acteurs urbains et portuaires prennent part à ce rendez-vous mondial

Avec sa position géographique stratégique, ses deux façades maritimes s’étalant sur 3.500 km, son littoral, ses ressources halieutiques et énergétiques, le Maroc jouit d’un capital maritime important et dispose d’un potentiel réel en matière d’économie bleue. C’est ce qu’a indiqué Nizar Baraka, ministre de l’équipement et de l’eau, lors de la 17ème Conférence mondiale villes & ports, dont la séance inaugurale s’est tenue, mercredi 11 mai, à Tanger. «L’économie bleue constitue désormais un pilier incontournable du nouveau modèle de développement du Maroc, et une nouvelle opportunité pour son développement durable», a-t-il affirmé.

Le Maroc ambitionne donc d’adopter, selon M. Baraka, une stratégie nationale de l’économie bleue durable et inclusive, adaptée aux vocations régionales et déployée autour des secteurs économiques traditionnels : la pêche, le tourisme et les activités portuaires, tout en développant de nouveaux secteurs porteurs de forts potentiels de croissance. «La mise en œuvre de cette stratégie passera certainement par la mise en place d’une gouvernance appropriée, et un renforcement du rôle central des territoires dans le développement des secteurs de l’économie bleue dans le cadre de la régionalisation avancée», a-t-il dit, faisant remarquer que «la recherche scientifique, la formation, l’innovation et la digitalisation sont également des facteurs importants pour l’accompagnement et la réussite de cette stratégie».
Initiée par l’Association internationale des villes et ports (AIVP), cette 17ème Conférence s’est tenue en partenariat avec la Société d’aménagement de la zone portuaire de Tanger Ville (SAPT) sous le thème «Inspiring Blue Futures». De par leur situation géographique particulière, «les villes portuaires ont un rôle important à jouer dans le développement de l’économie bleue et sur des questions cruciales telles que l’adaptation au changement climatique, la transition énergétique, la protection de la biodiversité, le développement de la culture maritime durable, la promotion des liens socioculturels entre l’économie bleue, le port et ses habitants,…» , a expliqué Mohammed Ouanaya, président-directeur général de la SAPT, avant d’ajouter que «ce sera pour nous une occasion précieuse de nous pencher sur des problèmes et des sujets de préoccupation communs, de partager des expériences et des connaissances, en particulier en ce qui concerne les projets dans le domaine de l’économie bleue et d’examiner et rechercher des solutions innovantes pour le développement durable des villes portuaires».

Ce rendez-vous mondial de trois jours constitue une occasion de réunir des acteurs du développement durable de la ville portuaire pour faire le point sur les enjeux, s’inspirer des projets, trouver les partenaires nécessaires à la mise en œuvre de stratégies. «Nous sommes donc réunis pour réfléchir à l’avenir de nos villes portuaires. L’objectif que nous partageons est clair :
Assurer la prospérité de nos villes portuaires, et leur exemplarité en termes d’empreinte environnementale, a déclaré Edouard Philippe, directeur général de l’AIVP, faisant remarquer que «ce qui implique que les villes, les ports et tous les acteurs de la mer, s’entendent pour que les activités portuaires continuent à se développer sans menacer notre poumon bleu qu’est l’océan».

Notons que la conférence «Inspiring Blue Futures» de Tanger va s’inscrire dans ce mouvement mondial, en amont de la Conférence des Nations Unies sur les océans qui aura lieu en juin et de la COP27 prévue en novembre.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.